Gérard Prunier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gérard Prunier

Naissance 14 octobre 1942
Neuilly-sur-Seine (Seine) (France)
Nationalité Drapeau de la France Français,
Drapeau du Canada Canadien
Champs Histoire de l'Afrique orientale
Diplôme Sciences Po Paris, faculté des lettres de Nanterre, EHESS

Gérard Prunier, né le 14 octobre 1942 à Neuilly-sur-Seine (Seine)[1], est un historien français (et canadien par naturalisation) spécialisé dans la Corne de l'Afrique et l'Afrique de l'Est.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Gérard Prunier a fait des études de sciences politiques (à l'Institut d'études politiques de l'université de Paris de 1961 à 1966) et une licence de sociologie (à la faculté des lettres et sciences humaines de Nanterre de 1966 à 1969), avec une année de mobilité à l'Université d'Harvard et un séjour à Caracas[1]. Il a ensuite obtenu en 1981 un doctorat en histoire africaine à l'École des hautes études en sciences sociales sur une thèse intitulée La question indienne en Ouganda (1894-1972)[2].

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Ayant choisi de s'installer au Canada en 1970, il y enchaîne diverses activités avant d'être envoyé comme coopérant en Ouganda par le Service universitaire canadien outre-mer (SUCO). Devant les exactions d'Idi Amin Dada, il se réfugie en Tanzanie (1972-1974) et revient finalement au Canada où il est travailleur social à Ottawa avant de tenter un retour à la terre dans les Montagnes Rocheuses (1976-1979). Cette expérience aboutissant à une impasse, il décide alors de revenir à Paris pour écrire sa thèse et militer pour le parti socialiste. Il quitte celui-ci pour cause de désaccord sur la question rwandaise et en 1984, il rejoint le CNRS à Paris en tant que chercheur sur le domaine africain (il effectue des missions en Égypte, au Soudan, en Ouganda, au Kenya, en Éthiopie, à Djibouti, en Somalie, au Rwanda, au Burundi, au Congo-Kinshasa).

Il est détaché du CNRS comme directeur du Centre français des études éthiopiennes à Addis-Abeba de 2001 à 2006[1].

Gérard Prunier a publié cinq livres et plus de 120 articles[3].

Les aventures du héros du roman En désespoir de causes de Denis Tillinac présentent des ressemblances frappantes avec la vie de Gérard Prunier, qui l'a sans aucun doute très fortement inspirée.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Africa’s world war. Congo, the Rwandan genocide, and the making of a continental catastrophe, Oxford/New York, Oxford University Press,‎ 2009 (ISBN 978-0-19537420-9)
  • L'Éthiopie contemporaine (directeur), Addis Abeba et Paris, CFEE-Karthala,‎ 2007, 440 p. (ISBN 978-2-84586-736-9)
  • Le Darfour. Un génocide ambigu, Éditions de La Table Ronde,‎ 27 octobre 2005 (ISBN 978-2-71032-814-8)
  • From Genocide to Continental War: The "Congolese" Conflict and the Crisis of Contemporary Africa, C. Hurst & Co,‎ 2006 (ISBN 978-1-85065-665-4)
  • The Rwanda Crisis: History of a Genocide, New York, Columbia University Press,‎ 1995 (ISBN 978-0231104081)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c CV de Gérard Prunier sur le site de la Cour pénale internationale.
  2. Publiée ultérieurement sous le titre L'Ouganda et la question indienne (1896-1972) aux Éditions Recherche sur les Civilisations (ERC), 1990 (ISBN 978-2-8653-8206-4)
  3. http://www.cemaf.cnrs.fr/spip.php?article35