Gérard Pelletier (journaliste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gérard Pelletier (né le 21 juin 1919 à Victoriaville, mort le 22 juin 1997 (à 78 ans) à Montréal)[1] est un journaliste, homme politique et diplomate canadien. Il a été député d'Hochelaga à la Chambre des communes du Canada de 1965 à 1975 et ministre de 1968 à 1975.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Gérard Pelletier (deuxième à partir de la gauche) en 1941, au siège social de la Jeunesse étudiante catholique

Gérard Pelletier est le plus jeune de dix enfants d'Achille Pelletier et de Léda Dufresne[2]. Il étudie au séminaire de Nicolet, au collège de Mont-Laurier et à l'université de Montréal[2] (B.A.). De 1939 à 1945, il milite à la Jeunesse étudiante catholique (JÉC), dont il est le secrétaire général et, en 1940-1941, le président[2]. Il épouse Alexandrine (dite Alec) Leduc le 27 février 1943[2]. Le couple aura quatre enfants (Anne-Marie, Louise, Jean et Andrée). En 1946, il est secrétaire du Fonds mondial de secours (World Student Relief) aux étudiants victimes de la guerre, à Genève[2].

Journalisme[modifier | modifier le code]

De 1947 à 1950, il est journaliste au quotidien montréalais Le Devoir[2]. Au cours de la même période, il est chroniqueur et scénariste pour Radio-Canada, la Canadian Broadcasting Corporation et l'Office national du film[2]. En 1950, il devient directeur de la publication Le Travail, organe de la Confédération des travailleurs catholiques du Canada[2]. En 1950, il participe à la fondation de la revue Cité Libre, dont il est rédacteur en chef[2]. De juin 1961 à 1965, il est le rédacteur en chef du quotidien montréalais La Presse, mais il est congédié en mars 1965[2]. Il est ensuite éditorialiste pigiste pour d'autres journaux, dont Le Devoir, The Toronto Telegram, The Montreal Star, Ottawa Citizen et Brandon Sun[2].

Politique[modifier | modifier le code]

Lors de l'élection fédérale canadienne du 11 novembre 1965, il est candidat du Parti libéral du Canada dans la circonscription électorale d'Hochelaga et est élu député à la Chambre des Communes du Canada, obtenant 47,76% des votes, devant le candidat du Nouveau Parti démocratique, qui obtient 19,62% des votes[3]. Gérard Pelletier est alors l'une des «trois colombes» de l'équipe du Premier ministre Lester B. Pearson, avec Pierre Elliott Trudeau et Jean Marchand[2]. Le 20 avril 1968, Pierre Elliott Trudeau succède à Lester B. Pearson comme Premier ministre du Canada et le même jour il nomme Gérard Pelletier ministre sans portefeuille dans son premier gouvernement, poste que Pelletier occupera jusqu'au 5 juillet 1968[4]. Gérard Pelletier est réélu député d'Hochelaga lors de l'élection générale du 25 juin 1968, avec 55,14% des votes, devant le candidat du Parti progressiste-conservateur (26,11%)[5]. Du 6 juillet 1968 au 26 novembre 1972, il est Secrétaire d'État du Canada[4]. Du 11 mai 1971 au 11 août 1971, il est ministre des Communications par interim[4]. Il est réélu député d'Hochelaga lors de l'élection générale du 30 octobre 1972, avec 44,34% des votes, devant le candidat du Parti progressiste-conservateur (24,47%)[6]. Du 27 novembre 1972 au 28 août 1975, il est ministre des communications[4]. Il est réélu député d'Hochelaga lors de l'élection générale du 8 juillet 1974, avec 49,86% des votes, devant le candidat du Parti progressiste-conservateur (30,38%)[7]. Il démissionne comme député et comme ministre le 28 août 1975 pour être nommé ambassadeur en France[4].

Carrière diplomatique[modifier | modifier le code]

Le 29 août 1975, il est nommé ambassadeur du Canada en France («ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Canada en France»)[4], poste qu'il occupe jusqu'en 1981[2]. De 1981 à 1984, il est ambassadeur du Canada aux Nations-Unies[2].

Après sa carrière diplomatique, il continue de participer notamment au Conseil des relations internationales de Montréal, au Centre d'études et de coopération internationale et à des organisations non gouvernementales dans le commerce et le développement international[2]. Il a aussi enseigné dans des universités.[2].

Publications[modifier | modifier le code]

Gérard Pelletier est l'auteur de plusieurs livres, articles et autres publications. Une liste partielle se trouve sur le site du Parlement du Canada[4].

Titre honorifique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michael D. Behiels, Pelletier, Gérard, dans l'Encyclopédie canadienne.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p Notice du fonds Gérard Pelletier (R11939) de Bibliothèque et Archives Canada
  3. Historique des circonscriptions depuis 1967, Hochelaga (1965/11/08), Parlement du Canada
  4. a, b, c, d, e, f et g PELLETIER, L'hon. Gérard, C.P., C.C., B.A. — Fiche de parlementaire sur le site du Parlement du Canada
  5. Historique des circonscriptions depuis 1967, Hochelaga (1968/06/25), Parlement du Canada
  6. Historique des circonscriptions depuis 1967, Hochelaga (1972/10/30), Parlement du Canada
  7. Historique des circonscriptions depuis 1967, Hochelaga (1974/07/08), Parlement du Canada
  8. Gérard Pelletier, C.P., C.C., B.A., sur le site du gouverneur général du Canada

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]