Gérard Mendel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mendel.

Gérard Mendel, né en 1930 et mort le , est un psychiatre, sociopsychanalyste[1] et anthropologue français.

Son nom est intimement lié à la discipline qu’il avait créée, la sociopsychanalyse, et à la parution de La révolte contre le père (1968), premier ouvrage qui le fit connaître au grand public. Il fut aussi éditeur, directeur de collection chez Payot pendant trente ans (le premier à faire traduire Winnicott), et plus récemment aux Éditions La Découverte.

Depuis 1968, il n'a cessé de développer son œuvre, qui comprend une trentaine d’ouvrages (et des dizaines d’articles et rapports), tout en construisant une pratique collective d'intervention institutionnelle. Il a ainsi contribué à ce qu’il a appelé une « psychologie sociale du sujet » par l'élaboration de concepts à l’articulation du psychique et du social.

Il est aussi, sous le pseudonyme de Gérard Delmain, l'auteur de plusieurs ouvrages de fiction romanesque.

La sociopsychanalyse[modifier | modifier le code]

Deux expériences personnelles ont conduit Gérard Mendel à créer la sociopsychanalyse :

  • La première lorsqu’en 1942 (il a 12 ans), il voit deux gendarmes français, connus de la famille, venir arrêter son père juif[2] : le jeune garçon prend alors la mesure de la force de l’autorité à laquelle se soumettent « aveuglément » ces fonctionnaires, qu’il sait œuvrer contre leur gré, sans menaces directes. Un travail de pensée jamais interrompu[3] prend ainsi pour lui ce moment pour origine autour des deux thèmes qui structurent la sociopsychanalyse : le pouvoir et l’autorité.
  • La deuxième se développe progressivement avec la poursuite parallèle de son travail de psychanalyste, dont il tire trois enseignements essentiels :
    1. Ce qui se vit dans les séances de psychanalyse ne rend pas compte de toute la psyché humaine, mais d’une seule dimension fondamentale, celle du psychofamilial, dimension structurée par les processus inconscients, recouvrant les premières relations familiales et le développement affectif et sexuel infantile.
    2. Pour favoriser ce retour vers l’enfance, le cadre de la psychanalyse exclut nécessairement tout un pan de la réalité actuelle, la réalité sociale, au contact de laquelle la personnalité pourtant continue de se construire et de se former, comme en témoigne les modes d’être différents selon les cultures. Mendel qualifiera cette deuxième dimension de psychosociale. Il souligne en même temps que dimension psychofamiliale et dimension psychosociale existent en même temps chez tout un chacun, complémentaires et articulées, avec des effets réciproques et différents selon les moments et les contextes de la vie.
    3. Le dispositif utilisé pour la psychanalyse a un grand impact sur la qualité de la production psychique  : c’est avant tout le cadre inventé par Freud (divan-fauteuil, analyste en retrait coupure d’avec la réalité sociale) qui facilite les associations libres et l’émergence des productions de l’inconscient. Mendel construira le dispositif institutionnel, cadre collectif propre à faire émerger comme à développer la dimension psychosociale chez les participants.

Si la dimension psychofamiliale, objet de la psychanalyse, est pour l’essentiel dominée par les fantasmes, la dimension psychosociale se construit et se développe à partir des actes qu’on réalise, actes dont le pouvoir propre est celui de modifier la réalité : après, c'est-à-dire après un acte, ce n’est plus comme avant, et c’est irréversible. Le pouvoir de l’acte et le pouvoir sur l’acte, moteurs de la psychosocialité, conduiront G. Mendel vers la création de son concept majeur, l’actepouvoir, avec son corollaire, le mouvement d’appropriation de l’acte, mouvement anthropologique fondamental comme l’est celui des processus inconscients. Le pouvoir ici concerne davantage ce que l’on fait que le pouvoir sur les autres.

Ainsi, l’outil de travail de la sociopsychanalyse n’est pas l’individu isolé mais le petit groupe (groupe homogène de travail ou groupe de pairs) inscrit dans une structure sociale concrète ou institution (d'où la proximité de la sociopsychanalyse avec l'analyse institutionnelle). Pour mieux en comprendre le fonctionnement et les effets sur les participants (à l’intérieur du groupe comme entre les groupes institutionnels), Gérard Mendel a constitué son propre groupe-outil d’étude, le groupe Desgenettes (1971)groupe clinique de recherche et d’intervention dans le champ social[4]. Ce véritable réseau de recherche et d'intervention dans des institutions communique mensuellement par le moyen d'un bulletin dont les contributions sont rassemblées par le groupe Desgenettes pour être diffusées à l'ensemble des groupes actifs. Chaque année, les groupes se réunissent au cours d'un Weekend commun, pour comparer et critiquer leurs expériences. Afin de rendre limpides les échanges entre groupes, un premier groupe est choisi comme modérateur, alors qu'un autre expose ses résultats. L'on prend ensuite un temps de concertation d'un quart d'heure, au cours duquel chacun des groupes auditeurs se réunissent pour élaborer leurs questions et leurs commentaires. Puis, le groupe exposant se retire à son tour pour élaborer ses réponses aux questions posées. Et ainsi de suite au fil des deux jours de rencontre, pour chacun des groupes présents. L'important réside dans ces temps de concertation où se mobilise la compréhension collective et peut être exploré le concept de "projection" et "contre-projection" de groupe à groupe... L'expérimentation de cette forme de communication fondée sur les groupes, et non plus sur les individus qui les composent, entend contribuer au mouvement historique autogestionnaire... L'essentiel de ce travail est publié par le groupe Desgenettes à la Petite Bibliothèque Payot, sous le titre Sociopsychanalyse n°1 à n°8.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Son œuvre, dense, qu’appuyait une immense culture, a ainsi la particularité d’avoir été confrontée en permanence à une pratique collective de terrain par le biais de groupes d’intervenants, dont le plus ancien est le groupe Desgenettes-Agasp (créé en 1971). À la différence de nombreux autres psychanalystes très souvent isolés dans leur pratique solitaire, Gérard Mendel travaillait avec un tel groupe comme il participait aux côtés d’autres groupes en France, Argentine, Belgique, Québec. De nombreux livres cliniques rendent compte de ces interventions réalisées dans une grande variété de lieux de travail, de l’école à la maison de retraite, en passant par l’entreprise, les syndicats, les associations, les collectivités locales. Une méthode d’intervention dans les institutions a été inventée : la mise en place d’un dispositif Institutionnel dont les caractéristiques principales sont la constitution de groupes homogènes de métiers et la communication indirecte (par le biais de comptes-rendus écrits) entre eux. Ce dispositif a pour vocation de s’inscrire dans le cours naturel de la vie institutionnelle. Les dispositifs les plus anciens sont en place depuis plus de 20 ans. L’exercice de son « actepouvoir » par chacun est ainsi une proposition constructive face à la fin de la société patriarcale et de son corollaire, l’autorité, proposition assortie de pratiques concrètes pour l’exercice de la démocratie participative (cf.Pourquoi la démocratie est en panne, 2003).

Depuis Pour décoloniser l’enfant (1971), La société n’est pas une famille (1992) jusqu’à Une histoire de l’Autorité (2003), Gérard Mendel a toujours été préoccupé par le vide laissé par la fin de la relation d’autorité comme modèle des rapports sociaux et par l’impossible retour de cette forme, aujourd’hui plus infantilisante que préparatoire à l’autonomie et à la responsabilité. Il a privilégié l’école, de la maternelle à la terminale comme un des lieux d’application de sa méthode afin d’y installer l’apprentissage de la démocratie par le développement de la socialisation des jeunes, aussi bien entre eux qu’avec leurs partenaires enseignants. C’est à partir d’un dispositif aménagé pour ce lieu éducatif, le dispositif d’expression collective des élèves (DECE) sur leur propre vie scolaire, que se construit pour tous les élèves d’une même classe (et non plus pour les seuls délégués) une socialisation différente, « non-identificatoire » dans la mesure où elle se construit aussi dans les relations entre pairs : non plus seulement compétitive, individualiste et élitiste, mais davantage collective, égalitaire et solidaire.

Plus de 500 classes du primaire et du secondaire ont à ce jour pratiqué ce dispositif, dans un lien médiatisé par l’écrit, via le Conseiller d’orientation-psychologue, avec l’équipe enseignante. Un grand nombre de ses articles, conférences, interventions radiophoniques et télévisées ont été consacrés à cette ligne forte de son œuvre ; un film qui a été tourné dans un collège rural en 2000 en témoigne (« La démocratie dans l’école, JP Lebel, Périphérie).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • LA REVOLTE CONTRE LE PERE. UNE INTRODUCTION A LA SOCIOPSYCHANALYSE, 1974, Payot-poche (son ouvrage le plus connu)
  • Pour décoloniser l'enfant, Coll.: Petite bibliothèque Payot, 1989, ISBN 2228881155
  • Une histoire de l'autorité. Permanences et variations, Ed.: La Découverte-poche, 2007, (ISBN 2707140589)
  • La crise est politique, la politique est en crise, Ed.: Payot, coll.: Science de l'homme,1985, ISBN 2228223506
  • Pourquoi la démocratie est-elle en panne ? Essai sur la démocratie participative, Ed.: La Découverte, coll.: Cahiers libres, 2003, ISBN 2707141011
  • La Psychanalyse revisitée, Ed.: La Découverte, 1998, ISBN 2707128589

Proposition de bibliographie plus complète:

  • 1961 Approche des mécanismes psychologiques de la création romanesque, thèse pour le doctorat en médecine (Jean Delay, président du jury), Paris, 143 p.
  • " Image du corps propre ou bien organisateur de la temporalité, avec un texte d'Henri Ey, in Entretiens psychiatriques, 1962, p. 176?204.
  • 1962 " Le roman comme fiction et comme ensemble ", Revue française de psychanalyse, mars?juin 1963, p. 301?320.
  • 1963 " La sublimation artistique ", Revue française de psychanalyse, sept.?déc. 1964, p. 729?808. Trad. italienne : " Saggi sulla creativa ", in Il pensiero scientifico, ed. Roma, 1977.
  • 1967 " Psychanalyse et paralittérature ", in Entretiens sur la paralittérature, centre de Cerisy?la?Salle, Plon, Paris, 1970, p. 441?457.
  • " Fatigue, dépression névrotique et suicides inconscients ", Revue de médecine psychosomatique, IX, 2, rééd. in Perspectives psychiatriques, numéro spécial sur le suicide, 1974.
  • " La Révolte contre le père. Une introduction à la sociopsychanalyse, Payot, Paris, 436 p., 2e éd. rev. et corn, 1969, 7e éd., PBP, 1988. Trad. espagnole : Peninsula Barcelone, 1971. Trad. Allemande S. Fischer, 1972. Trad. italienne : Vallechi, 1972.
  • " Du fantasme au tableau, la spécificité artistique ", in A. Berge, A. Clancier, P. Ricoeur, L. H. Rubinstein (dir.), Entretiens sur l'art et la psychanalyse, Mouton, Paris-La Haye, p. 313?326.
  • 1969 La Crise de générations. Étude sociopsychanalytique, 4e éd. Petite Bibliothèque Payot, 1981. Trad. Espagnole Peninsula, Barcelone, 1972. Trad. allemande : Suhrkamp Verlog, 1972.
  • 1971 Pour décoloniser l'enfant. Sociopsychanalyse de l'autorité, 7e éd., Petite Bibliothèque Payot, postface inédite, PBP, 1989. Trad. allemande : Walter Verlog, 1973. Trad. portugaise : Don Quixote, Lisbonne, 1973. Trad. Grecque Athènes, 1973. Trad. italienne : Armando, Rome, 1974. Trad. espagnole : Ariel, Barcelone, 1974. Trad. néerlandaise : Van Loghum Slaterm, Deventer, * * * 1977.
  • " Pourquoi la position en flèche de l'étudiant, cet héritier privilégié ? ", Revue de médecine psychomatique, éd. Prévot, Toulouse, p. 251?270.
  • 1972 " Anthropologie différentielle. vers une anthropologie sociopsychanalytique ", PBP, 417 p.

Préface à Droits et Responsabilités des jeunes, éd. de l'Unesco, Paris. Trad. anglaise, allemande, espagnole, russe.

  • " De la régression du politique au psychique ", in Sociopsychanalyse 1. Psychosociologie ou psychomanipulation ", PBP, p. 11?65. Trad. espagnole in Sociopsicoanalisis 1, Amorrortu, Buenos Aires, 1974.
  • " La théorie de la plus-value de pouvoir et la pratique de sa désoccultation ", in Sociopsychanalyse 2. La plus-value de pouvoir, PBP, p. 11 ? 129. Trad. anglaise in the Psychanalytic Study of Society, vol. 6, International Universities Press, New York, 1975. Trad. espagnole in Sociopsicoanalisis 2, Amorrortu, Buenos Aires, 1974.
  • " Déposition au procès de Bobigny ", in G. Halimi, Avortement : une loi en procès. L'affaire de Bobigny, Gallimard, Idées, Paris.
  • 1973 L'Angoisse atomique et les Centrales nucléaires, avec Colette Guedeney, 246 p., Payot, Paris.
  • " Psychanalyse et sociopsychanalyse ", in Sociopsychanalyse 3, PBP, p. 13?62. Trad. italienne in Ilpotere e l'autorita, Guaroldi, Firenze,
  • 1974. " La métabolisation du pouvoir social institutionnel et l'insoutenable fantasme de mauvais parent ", in Sociopsychanalyse 3. Psychanalyse et sociopsychanalyse, PBP, p. 103?162. Trad. espagnole in Sociopsicanalisis 2, op. cit.
  • Le Manifeste éducatif, avec Christian Vogt, PBP, 307 p. Trad. espagnole : Siglo Veintiuno, Mexico, 1975. Trad. italienne: Emme Edizioni, Milano, 1975.
  • 1974 " Qui est l'intervenant ? ", in Sociopsychanalyse 4., PBP, p. 11?67.

" Sociopsychanalyse dans une institution psychanalytique ", avec Gérard Lévy, in Sociopsychanalyse 4, p. 67?198. Préface à H. Collin et M. Parodelle, les Jeunes et le Mouvement communautaire, éd. Complexe, Bruxelles. Die Mutter und die Vaterimagines ", in Fragen nach den Vater, Verlag Karl Alber Freiburg, München, p. 253?259.

  • 1975 " La sociopsychanalyse institutionnelle : pour qui ? pour quoi ? ", in Sociopsychanalyse 5, P BP, p. 11 ?40.

Pour une autre société. Après les rapports sociaux du capital, Payot, Paris, 220 p. Trad. portugaise : Moraes Editores, Lisboa, * * 1977. Trad. italienne : Citadella Editrice Assisi. Préface à M. Sorgensen, Un lycée aux lycéens. Le lycée expérimental d'Oslo, le Cerf, Paris.

  • 1976 " La sociopsychanalyse comme alibi et comme défense ", in Sociopsychanalyse 6, PBP, p. 96?160.

Note préliminaire sur les clivages complémentaires, in Sociopsychanalyse 6, p. 185?196. Préface à G. Lévy et CI. Rueff, Enseignants, à vous de choisir, Payot, Paris.

  • " Sociopsychanalyse ", in D. Huisman (dit.), Encyclopédie de la psychologie, vol. 4, Nathan, Paris.

Mbambara, village collectif Ujaama, avec l'AGASP-groupe Desgenettes, vol. ronéoté, 230 p.

  • 1977 La Chasse structurale. Une interprétation du devenir humain, PBP, 346 p.

Préface à J. Beillerot, Un stage d'enseignants ou la régression instituée, Payot, Paris.

  • 1978 " La sociopsychanalyse institutionnelle : une pratique et une théorie locales du pouvoir collectif ", in Sociopsychanalyse 7. La misère politique actuelle, PBP, p. 89? 100.
  • " Le traintrain et les comètes ", in Socîopsychanalyse 7, p. 211?214.
  • 1979 Quand plus rien ne va de soi. Apprendre à vivre avec l'incertitude, 259 p., Robert Laffont, Paris.
  • " Sociopsychanalyse et personnalité sociale ", entretien avec Augustin Jeanneau, Psychiatrie française, n° 4, p. 11 ?3 1.
  • " La crise de la psychanalyse ", Pouvoirs, n° 11, p. 89?104.
  • " La violence est un langage ", Raison présente, n° 54, p. 3754.
  • " L'enfant, être social ", exposé introductif au 33e congrès de l'Association nationale des assistants sociaux, Bordeaux, éd. ESF, Paris.
  • 1980 " La sociopsychanalyse institutionnelle ", in Ardoino, J. Dubost, A. Levy, E Guattari, G. Lapassade, R. Lourau, G. Mendel, l'intervention institutionnelle, p. 237?301. Trad. espagnole: Folios Ediciones, Mexico, 1981.
  • " Un lycée d'Oslo ou un Sumerhill français : le CES de Cassis ", avec Vincent Ambite, in Sociopsychanalyse 8. Pratiques d'un pouvoir plus collectif aujourd'hui, P B P, p. 5 7? 74.

" La sociopsychanalyse institutionnelle est aussi une analyse de l'idéologie dominante ", in Pratiques d'un pouvoir plus collectif aujourd'hui, p. 203?224.

  • François George, " Entretien avec Gérard Mendel ", Le Monde, 26 octobre ; in Entretiens avec le Monde. La société, la Découverte-le Monde, Paris, 1985
  • 1981 Enquête par un psychanalyste sur lui-même, avec François George, Stock, Paris, 197 p.
  • " Vidéo?action et pseudo?transparence sociale ", in Medium, recueil d'essais offerts à René Berger, Lausanne, p. 13?24.
  • " L'enseignement de l'histoire des crimes nazis, les problèmes psychoaffectifs ", Historiens et Géographes, n° 285.
  • 1982 " Projet de création d'un centre pour le développement des recherches psychanalytiques ", in M. Godelier (dit.), les Sciences de l'homme et de la société en France, la Documentation française, Paris, p. 521?528.
  • " Recherche spontanée, recherche impliquée ", in les Sciences de l'homme et de la société en France, op. cit., p. 529548.
  • " La juventud comme clase ideologica antiautoritaria ", Revista de Estudios sobre la Juventud, n° 2, Mexico.

" À propos de l'acte?pouvoir : le pouvoir sur ses actes de travail constitue?t?il une motivation ? ", in Colloque 1982 de la Société française de psychologie, éd. de l'Entreprise moderne, Paris.

  • " La decadencia de la sociedad patriarcal y los transformaciones en la familia y en la psicologia del nino y del adolescente ", De juventud, n' 5, Minnisterio del cultura, Madrid.
  • 1983 54 millions d'individus sans appartenance. L'obstacle invisible du septennat, Robert Laffont, Paris, 224 p.

Entretiens avec des groupes d'OS (1980-1983), avec J.F Moreau et l'AGASP-Groupe Desgenettes, 2 vol. ronéotés, 341 et 104 p.

  • " Travail et personnalité : organisation du travail, personnalité psychofamiliale et personnalité sociale ", in Actes du 2e congrès de psychologie du travail de langue française, éd. A. Chénier, Paris.

Préface à A..-M. Gaillard, Couples suédois vers un autre idéal sexuel, Éditions universitaires, Paris.

  • " Psychanalyse et société ", En Jeu, n' 3.
  • " Qu'est-ce qu'un établissement scolaire? ", Éducationhebdo, n° 33.

1984 Préface à A. Requejo y Osorio, Sociopsicoanalisis y educacion, ed. Hogar del libro, Barcelona.

  • " Freud, Marx et quelques autres ", in L. Chertok (dit.), Dialogue franco-soviétique sur la psychanalyse, éd. Privat, Toulouse.
  • " Le magistrat entre le profane et le sacré ", Justice, revue du syndicat de la Magistrature, décembre. 1985
  • " Les risques psychologiques du changement ", Autogestions, n° 22.

Préface à Être. Bien-être. Mieux être. Encyclopédie de la santé, Larousse.

  • 1986 On est toujours l'enfant de son siècle. Le XXe siècle : un regard psychopolitique, Robert Laffont, Paris, 297 p.

Préface à Ph. Carrer et alii, l'Enfant breton et ses images parentales, Institut culturel de Bretagne.

  • EDF : une culture d'entreprise (1982-1986), avec l'AGASP-Groupe Desgenettes, 1 vol. ronéoté, 171 p.
  • La Recherche spontanée (1983-1986), avec l'AGASP-Groupe Desgenetttes, rapport au ministre de la Recherche, 2 vol. ronéoté, 344 et 236 p.
  • " Les catholiques face à l'État et au social ", Incroyance et Foi, n° 38.
  • " L'institution et les processus inconscients ", rapport au colloque de l'Institut des psychologues cliniciens, ParisVII, Cahiers de NPC, n° 4.
  • Un contrôle rationnel de la politique est-il possible ? ", Raison présente, n° 78, Paris.

1987 Préface à CI. Rueff-Escoubés et J.-F. Moreau, la Démocratie dans l'école, Syros, Paris.

  • " Institutionnalisation de la recherche et typologie du chercheur spontané ", rapport du 3e colloque du Travail social, in Actes du troisième colloque : Produire les savoirs du travail social.
  • 1988 La Psychanalyse revisitée, la Découverte, Paris, 206 p., réed. La Découverte poche, 1988. Trad. espagnole : Sigla Veintiuno, Mexico, 1990. Trad. italienne Lucarini, Roma, 1990. Nouvelle trad. italienne Edizioni Scientifiche CSIFRA, Bologna, 1998.
  • " Recherche impliquée et recherche spontanée ", in " Recherches impliquées. Recherche action : le cas de l'éducation ", colloque de l'INRP, De Boeck Université, Bruxelles.
  • 1989 La Conduite des tranches nucléaires. La dimension des facteurs humains et son incidence sur la sûreté, rapport EDF, 345 p., ronéoté.
  • " Réflexions sur l'interface psychologie sociale. Psychopathologie du travail. Quelle psychologie ? Quel social ? Quel travail ? ", in Actes premières journées de psychologie du travail, PIRTTEM-CNRS.
  • " À propos des cultures allemande et française ", conférence inaugurale du colloque pour le 25e anniversaire de l'Office franco?allemand (OFA), in P. Dibie et C. Wulf (dir.), Ethnosociologie des échanges culturels, Anthropos, Paris, 1998.
  • " Les différents volets de l'insertion sociale ", conférence inaugurale du 1er colloque international sur les Associations secondaires, Marseille, in Actes du colloque.
  • " Orienter sa vie ", conférence inaugurale des 38e journées nationales d'études sur l'Orientation, la Sorbonne, septembre 1989, in Actes des journées.
  • " Changer le travail ", Alternatives économiques, 7, numéro spécial : Quinze ans de crise.
  • 1990 " À propos de la socialisation non identificatoire. Sa pratique possible chez l'enfant contemporain à l'école ", université d'été de l'Association française des psychologues scolaires, UFR sciences de l'éducation, Paris V, in Actes, p. 27-43.
  • " Le personnalisme vert ", Politis, février." Les processus non identificatoires de socialisation dans le développement de l'enfant et de l'adolescent. Théorie de l'acte-pouvoir individuel et collectif ", rapport au colloque de l'Association française de psychiatrie, Cahiers de l'AFP, Ville d'Avray.
  • " Usagers ou clients de "prévention générale" ", colloque européen de Prévention générale, Grasse, in Actes du colloque, p. 24?94.
  • " Plaisir ", in J. Dumazedier (dir.), l'Univers des loisirs, éd. Letouzey et Ané, Paris.
  • " La création à l'envers ", lÉducation?hebdo, n° 437?438.
  • 1991 " La sociedad no es una familia. De la aporia social del psicoanalisis a la psicologia social como aporia ", El Espacio institucional, n° 2, Lugar Editorial, Buenos Aires.
  • " Société civile, société politique : la discorde ? ", Transversales, n° 10.

1992 La Société n'est pas une famille, la Découverte, Paris, 307 P. Trad. espagnole : ed. Paidos, Buenos Aires, 1993. Trad. italienne: ed. CSIFRA, Bologne, 1998.

  • " Crise de société : le monde en profonde mutation ", conférence d'ouverture du colloque international sur les Jeunes de la rue et leur avenir dans la société, coordonné par J. Pector, Montréal, in Une génération sans nom ni oui, PIMP, Montreal.
  • " Los processos de solializacion no identificatoria en el desarrollo psicollogico del nino et del adolescente ", XVIle congrès mondial de la Fédération internationale pour l'éducation des parents, in Actes du congrès, Mexico.

Collab. au scénario, le Bout de ses actes, film de 52 minutes de J.-P. Lebel, prod. Périphérie (Bobigny)?France 3.

  • " Del psicoanalisis al sociopsicoanalisis ", in Psicologia social hoy, Lugar Editorial, Buenos Aires.

1993 Préface à Azar et Sarkis, Freud, les Femmes, l'Amour, éditions Z, Nice. " Les enseignants et le deuil interminable de l'autorité ", Cahiers pédagogiques, n° 319 : La démocratie à l'école, Paris. " Le partage du travail : avec ou sans démocratie participative ", Transversales, n° 21.

  • 1994 " L'inconscient au risque de la société, la société au risque de l'inconscient ", entretien avec Tony Andreani et Yvon Quiniou, Actuel Marx, numéro spécial : L'inconscient du social, PUF, Paris, p. 99-119.
  • " Poder y autoridad en los espacios escolores ", IICE, Revista de la Faculdadde Filosofia y Letras, Buenos Aires.

Anne-Brigitte Kern, " Entretien avec Gérard Mendel ", Sciences humaines, n° 41.

  • " De la famille à la société ", entretien avec A. Tarpinian, Revue de psychologie de la motivation, n° 17.
  • 1995 " À propos de la socialisation aujourd'hui de l'enfant et de l'adolescent ", Nervure, journal de psychiatrie, VIII, 4, Paris.
  • " L'apprentissage de la citoyenneté à l'école ", Transversales, n° 32.

Préface à Apprendre la démocratie et la vivre à l'école, ouvrage collectif de la Confédération générale des enseignants, éd. Labor, Bruxelles.

  • 1996 Préface à M. Llory, Accidents industriels : le coût du silence. Opérateurs privés de parole et cadres introuvables, l'Harmattan, Paris.
  • Préface à P. Raniard, L'individualisme, un suicide culturel. Les enjeux de l'éducation, l'Harmattan, Paris.
  • Itinéraire : sociopsychanalyse, intervention institutionnelle, psychosociologie du travail ", in Y. Clot (dit.), les Histoires de la psychologie du travail, Octores, Toulouse.
  • Sociopsicoanalisis y educacion, Ediciones Novedades Educativos, Buenos Aires, 133 p.
  • De Faust à Ubu. L'invention de l'individu, l'Aube poche, 254 p.
  • L'Homme de masse ou un enfant du siècle, avec Bernard Favre, scénario pour un documentaire TV de 52 minutes.
  • 1997 Changement et Participation à l'université. Modernisation administrative. Le cas de Paris XII, avec S. Bonnafous, B. Dizenbourg, J.-F. Moreau, Presses universitaires de Grenoble, 167 p.
  • La Mouvance des communistes critiques. Enquête sur le désarroi militant. Une écoute sociopsychanalytique, avec J.L. Prades et D. Sada, l'Harmattan, Paris, 196 p.
  • " Le Familiogramme institutionnel ", in Actes du colloque international de psychodynamique du travail, tome 2, Paris. Trad. italienne: Psicomotricita, n° 5, Milano.
  • " L'institution en double péril de l'organisation et de l'inconscient ; perspectives sociopsychanalytiques (1971-1997) ", Revue internationale & psychosociologie, IV, 6?7.
  • Préface à Cl. Rueff?Escoubès, la Démocratie dans l'école, Nouvelle édition Syros, Paris.

1998 L'Acte est une aventure. Du sujet métaphysique au sujet de l'actepouvoir, la Découverte, Paris, 571 p. " L'acte et le pouvoir de l'acte ", entretien avec J.-M. Gauthier, Cahiers de psychologie clinique, 0 10, numéro spécial : Le pouvoir, Bruxelles.

  • " Peut-on répondre à la "crise" sans modifier la structure des organisations ? ", Revue internationale de psychosociologie, V, 8.
  • " Le vouloir de création ", autohistoire d'une œuvre en collaboration avec Roger Dosse, L'Aube, Paris.
  • 1999 Préface à Th. Feral, Culture et Dégénérescence en Allemagne, l'Harmattan, Paris.
  • 2002 " Les méthodes de l'intervention psychosociologique", ( avec JL Prades), Editions La Découverte (coll. Repères).
  • "Une histoire de l'autorité" (Permanences et Variations) Ed. La Découverte
  • 2003 "Pourquoi la démocratie est en panne" (Construire la démocratie participative) Ed. La Découverte, Coll. "Cahiers libres" Paris

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Émile Jalley, « Critique de la raison en psychologie. La psychologie scientifique est-elle une science ? », Paris, L’Harmattan, 2007. p. 97.
  2. Moment que G. Mendel a décrit lui-même comme fondateur de sa recherche dans Enquête par un psychanalyste sur lui-même, Stock, 1981
  3. Comme en témoigne l’ensemble de son œuvre, dont un de ses derniers ouvrages fut Une histoire de l’autorité, permanences et variations, paru à La Découverte en 2002.
  4. . Il deviendra l’AGASP en 1974, et sera suivi de la création d’autres groupes de sociopsychanalyse, en France et à l’étranger. comme le collectif lyonnais d'action et de recherches sur l'institution et ses fonctions (CLARIF)