Gérard Jaffrès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jaffrès.

Gérard Jaffrès

Description de cette image, également commentée ci-après

Gérard Jaffrès sur scène en 2010.

Informations générales
Naissance 15 décembre 1956 (57 ans)
Saint-Pol-de-Léon, Bretagne Drapeau de la France France
Activité principale auteur-compositeur-interprète
Genre musical chanson française, rock celtique, folk breton
Instruments guitares, basse, claviers
Années actives Depuis 1973
Labels Vogue, Carrère, Coop Breizh, Kelou Mad production, Tonican, EMI Music Publishing (Be)
Site officiel www.gerardjaffres.com

Gérard Jaffrès, né le 15 décembre 1956 à Saint-Pol-de-Léon (Finistère) est un auteur-compositeur-interprète et musicien breton. L'été, il parcourt les côtes et les terres de sa Bretagne natale et l'hiver, les villes et villages de Belgique, sa terre d'adoption où il vit depuis 1973.

Sur une musique entre rock celtique et chanson française aux accents folk, il décrit l'ambiance de la Bretagne avec des images amusantes sous forme de « cartes postales » sonores. Il y raconte les histoires, les paysages et les légendes de sa région – plus particulièrement du Léon dans le Nord-Finistère – ou ce qu'il ressent dans la vie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les années rock'n'roll[modifier | modifier le code]

Bassiste dans l'orchestre du rockeur belge Burt Blanca.

Gérard Jaffrès naît en 1956 à Saint-Pol-de-Léon, dans le Finistère.
Quinze ans plus tard, Gérard part étudier au lycée Kerichen à Brest. Il apprend la guitare au contact des autres lycéens en jouant principalement le répertoire folk breton (Alan Stivell, Tri Yann) et la musique pop (Deep Purple, Led Zeppelin) en vogue en cette année 1972.

À seize ans, Burt Blanca, pionnier du rock'n'roll en Europe, l'engage comme bassiste. Le groupe étant basé à Bruxelles, il les suit en Belgique. Burt Blanca lui apprend le métier et Gérard devient musicien professionnel. L'aventure durera 11 années. Il y côtoie tous ceux qui firent la légende d’une musique associée à la liberté et à la jeunesse ; Chuck Berry, Bill Haley, Vince Taylor, Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, Dick Rivers, Gary Glitter, Little Richard, Johnny Clegg Il joue dans de nombreux pays : Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, France, Allemagne et même Afrique du Sud.

Début d'une carrière inopinée et atypique[modifier | modifier le code]

Début 1984, Burt fait une pause à cause d'une tournée impayée en Afrique du Sud. L'aventure se termine alors, mais Gérard reste en Belgique, inconnu du grand public. Il commence sa "tournée de galères", tout seul en plein milieu des années disco et écume tous les bars de la capitale belge en reprenant entre autres les succès de Richard Anthony et des idoles yéyé. Et là, le public répond présent. Durant cette période, il tente une percée en Bretagne, grâce notamment à une radio qui diffusait son disque. Réussite, il signe un contrat d'artiste chez Vogue et commence une carrière solo en formant son propre groupe. Compositeur et arrangeur, il collabore avec plusieurs artistes français et belges.

En 1985, il obtient le premier prix Tremplin France 3 avec son premier succès personnel, Belle, qui lui ouvre les portes des cabarets et pianos-bars bretons/belges. Les retours au pays se profilent déjà, et le breton joue chaque été dans les cafés. Puis, les concerts en plein air seront les seuls pouvant accueillir les fans de plus en plus nombreux.

Durant cette période, il enregistre quelques 33 tours vinyles et une dizaine de 45 tours, chez ses maisons de disques Vogue et Carrère entre autres.

Son premier album CD, intitulé Capitaine de galère, sort en 1991, et il s'entoure pour ses concerts de musiciens professionnels. Avec deux autres musiciens belges rencontrés autour d'une passion commune, le rock, il compose des chansons d'aventures mêlées d'exotisme et de souvenirs de voyages. Sa musique évolue progressivement pour s'orienter vers des compositions plus personnelles.

En 1992, il représente la Belgique au Festival de Salonique (Grèce) avec son premier tube J'te retrouve pas sorti en 1981. Composant également pour de nombreux artistes flamands, la chanson Oh Petite Fille! écrite pour Paul Severs (nl) devient disque d'or. Il compose et écrit en 1993 les paroles de son CD Les soldats de pierre, image fidèle de sa vie d'artiste. Sa chanson L'Artiste obtient le prix de la meilleure chanson du concours Sabam 1993. Les radios diffusent régulièrement ses chansons (Belle, Couleur Cheyenne, Amérasienne) et les rencontres avec les gens du terroir se passent tout au long des étés, sur les côtes lors de rencontres musicales.

La Bretagne en chansons[modifier | modifier le code]

Alan Stivell et Gérard Jaffrès

Lors d'un concert d'Alan Stivell en 1994, Gérard retrouve la musique bretonne de son adolescence. Cela agit pour lui comme un déclic vers un retour aux sources. En 1995, il s'éloigne de sa maison de disques et "Vogue-au-vent". Il créer sa maison de production (Kelou Mad) et sort un nouvel album, Kérichen 72, qui est un retour à ses racines bretonnes et à ses souvenirs d'enfance. Le public accroche, il obtient son premier disque d'or grâce à cet album. C'est désormais devant des milliers de personnes qu'il chantera La Maison sur les dunes, titre avec lequel Jean-Marie Nicolas réalise le clip, de façon à promouvoir son album en France, mais aussi en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne[1]. L'année suivante, il participe entre autres au festival Les Tombées de la nuit.

Et tout va très vite. En 1997, il sort Les années baluches, compilation de ses 45 tours des années 1980 (Monsieur de Paris, Le Vieux Sébastien, J'veux plus rêver ou encore À l'Encre de Chine) et quelques inédits comme Des guitares sonnent. L'année suivante sort chez Tonican en Belgique et Coop Breizh en Bretagne le single Au café du port (dont le chant de marin devient un véritable tube en Bretagne et en Belgique) qui annonce le succès de l'album.

En 1999, il montre tout son amour pour la Bretagne dans l'album Au creux de ma terre, où il mélange breton et français et ajoute des instruments celtiques pour sa tournée d'été ; c'est la consécration. Lors de ses concerts, ses airs sont repris en cœur par les spectateurs comme le chant de marins Au café du port, le rock En piste en virée, l'an-dro Lettre à mon amie et le célèbre Kenavo chanté à la fin de ses concerts. Cette année-là, il est même choisi pour être l'un des représentants de la Belgique au concours de l'Eurovision[2].

Début 2000, en Belgique sort une compilation appelée Couleur Bretagne. En avril il se produit au cabaret Vauban à Brest[3]. L'été 2000, il fait une tournée de plus de 50 dates avec notamment le Festival des Terre-Neuvas à Bobital avec Indochine, Hugues Aufray et Johnny Clegg entre autres. Le plus brabançon wallon des chanteurs bretons se produit ensuite aux Fêtes de Wallonie à Namur, aux Francofolies de Spa et aux fêtes de la Communauté française à Bruxelles.

"Jaffrèsmania"[modifier | modifier le code]

Le chanteur à Locmariaquer (Morbihan) en 2007

Gérard Jaffrès chante son Léon natal, ce coin de Bretagne où les conversations sont encore métissées de français et de breton. Ses influences musicales se rejoignent pour donner un rock celtique, mélange de musique traditionnelle bretonne et de chansons françaises rythmées. C'est donc en 2001 que les chansons purement bretonnes de son 6e album Le fou de bassan viennent étoffer son répertoire, excepté la reprise du célèbre chant traditionnel Wallon La P'tite Gayole mais remixé dans une version celtique et sur un rythme moderne. Il nous fait plonger dans la vie bretonne, avec des hommages aux fous de Bassan et aux marins "princes de l'océan", sans oublier les nombreux clichés bretons comme le "mariage à l'ancienne" ou l'histoire de Mme Gwenn et Mme Du. Avec Chanson pour les filles, thème traditionnel des marins qui ont le blues, il crée un titre incontournable sur les ondes radios.

Il participe en avril 2001 aux Nuits Celtes à Liège en compagnie de Tri Yann et Gilles Servat. L'année suivante, après avoir chanté en Bretagne où ses concerts déclenchent chaque été la même "Jaffrèsmania[4]" et en Wallonie[5], ainsi qu'aux Francofolies de Spa en Belgique (De Palmas, Yannick Noah)[6], en 2002 d'autres régions de France le découvrent (Normandie, Massif central, Nord de la France). Il est sollicité dans des plateaux télévisés de la Belgique francophone, sur la RTBF.

Viennent en 2003 deux nouveaux albums. Viens dans ma maison, qui est une sorte de best of, avec trois chansons inédites (Petit marin de bois, Viens dans ma maison, Les sonneurs de Bagad) dans lequel il y ajoute trois reprises de chansons bretonnes (Tri Martolod, La Jument de Michao, Santiano). Le 2e album, Chansons bretonnes et celtiques, est sorti uniquement en Belgique. Il édite pour ses fans un livre de partitions.

En 2005, il entraîne ses fans dans son 8e album intitulé Le beau voyage au cœur d’une variété rock celtique. On y croise des personnages typés tels qu'Océane, la jolie Breizh-îlienne, Youenn le marin ou encore Maëllo. Ce CD connaît le même succès qu'Au creux de ma terre. Il reste même en tête des ventes de CD en Bretagne[7]. À chaque tournée bretonne, il attire plus de 50 000 spectateurs[8].

À l’invitation de Renaud, il participe en février 2006 au concert de soutien à Íngrid Betancourt (otage franco-colombienne) organisé à Louvain-la-Neuve, en Belgique, aux côtés d'Hugues Aufray, Gilles Servat, Calogeroetc.[9]. En septembre, il participe au Beau Vélo de Ravel (Yves Duteil et Cré Tonnerre également à l'affiche)[10]. Peu après, lors des Fêtes de Wallonie à Namur, le chanteur reçoit un disque d'or pour avoir vendu 50 000 exemplaires de ses derniers albums[11].

« Le nouvel âge »[modifier | modifier le code]

Gérard Jaffrès et son fils Julien en 2008 au festival de Bobital (Côtes-d'Armor)

C'est en 2007 que sort son 9e album intitulé Mon pays t'attend, dont le titre fait référence non pas à la Belgique mais à son Finistère natal. Il y situe ses souvenirs d'enfance ou de premier groupe, ses histoires d’amours et ses préoccupations pour la Bretagne (les cafés qui ferment, la transmission de la culture). Quand la mélancolie est perceptible, l'humour s'ajoute aux chansons tendres et énergiques[12]. Il conserve la puissance du rock mais tend à travers ses textes les grandes voiles noires et blanches qui flottent toujours en lui[13].

2008 marque le retour aux sources du chanteur avec la sortie de son 10e album, Nos premières années ; un mélange de ses premiers succès et de nouvelles compositions, exclusivement rock ou folk. Pas de musique celtique mais du rock typé des années 1960 et de la chanson française. Il obtient un prix coup de cœur au grand prix du disque du Télégramme[14]. La tournée 2008 est passée dans toute la Bretagne avec entre autres le Festival des Terre-Neuvas à Bobital en compagnie des Sex Pistols, Adamo, Bashung jusqu'en Côte d'Azur avec une dizaine de dates entre Marseille et Cassis (première partie de Celtic Legends dans les arènes d'Eyguières, Carnoux). Vint ensuite la tournée automnale en Belgique (1re partie du groupe Slade à La Hulpe, Fêtes de Wallonie).

En mai 2009, un concert est organisé en ouverture de la Semaine du Golfe à Locmariaquer. La tournée d'été est bien remplie (Festival Mouezh ar Gelted, Saint-Brieuc, Retiers) et d'automne aussi (Nivelles, Écaussinnes, Beau vélo de Ravel avec Stanislas, Magic System). Un DVD et un CD live sortent en juin 2010, à partir d'un concert enregistré le 17 février 2010 à Bruxelles et obtiennent dès leur sortie un grand succès au niveau du public belge et breton. Lors de ce concert, Gérard Jaffrès était entouré de son fils Julien Jaffrès à la guitare électrique, Bernard Wrincq aux claviers (pianiste pour Adamo et Tina Arena), Julien Grignon à la batterie, Sophie Cavez à l'accordéon (d'Urban Trad), Stéphane Marinier à la guitare acoustique (Back Ouest), Alan Dombrie à la bombarde et aux flûtes, Sébastien Theunissen au violon, Delphine Kéraudren au violon et aux chœurs, Nicky Dann aux chœurs. Côté musical, il comprend une sélection de 23 chansons des huit albums précédents et une chanson inédite (Le nouvel âge). Lettre à mon amie est interprétée en duo avec Alec Mansion (Léopold Nord)[15]. La tournée s'étend jusqu'en Corrèze, à Toulouse.

En juin 2012, l'album Mystérieuses landes présente douze nouvelles chansons, dédiées cette fois-ci à la Bretagne Sud, sur une musique inspirée par les danses bretonnes. Ses grands succès sont édités par Radio bonheur dans une compilation de seize titres, dont un inédit, fin 2012. Le 14 décembre 2013, l'artiste belge d'adoption fête ses 40 ans de présence en Wallonie, lors d'un concert au cours duquel il est rejoint sur scène par le leader de l'orchestre rock de ses débuts, Burt Blanc, et qui se termine par sa fête d'anniversaire, étant né le 15 décembre[16].

Discographie[modifier | modifier le code]

concert au Drennec (Finistère, été 2009)

Albums[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Partitions et Paroles[modifier | modifier le code]

  • Fabuleuses chansons de Gérard Jaffrès, 2003, Coop Breizh distribution[17]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :