Gérard Berry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berry (homonymie).
Gérard Berry (2009) brandissant une calculatrice Curta

Gérard Berry, né le 25 décembre 1948, est un informaticien français, membre de l'Académie des sciences française (depuis 2002), de l'Académie des technologies (depuis 2005), et de l'Academia Europaea (depuis 1993).

Aperçu biographique[modifier | modifier le code]

Gérard Berry est le fils d'un commissaire de police et d'une enseignante en mathématiques. Il a deux frères ingénieurs, dont l'un, Michel Berry, a fait les mêmes écoles que lui.

Il est ancien élève de l'École polytechnique et ingénieur général des Mines[1]. Après avoir obtenu le diplôme de l'École des mines de Paris (1973), il reste rémunéré comme chercheur dans cette École jusqu'en 2000, tout en poursuivant d'abord une thèse d'État en mathématiques (soutenue en 1979), puis en poursuivant des projets au sein de l'INRIA ou de l'École des mines, d'abord à Rocquencourt, puis à Sophia-Antipolis. À partir de 1980, son principal axe de recherche est le développement du langage Esterel qui permet d'exprimer la synchronisation temporelle de tâches et de prouver leur bon déroulement.

De 2001 à 2009, il a été directeur scientifique d'Esterel Technologies.

De 2009 à août 2012, il a été directeur de recherches, en détachement du corps des mines, à l'INRIA (Institut national de recherche en informatique et automatique), où il a été membre de l'équipe-projet Indes[2] et a présidé la commission d'évaluation de la recherche[3].

Depuis septembre 2012, il est professeur au Collège de France sur la chaire « Algorithmes, machines et langages »[4], tout en restant collaborateur extérieur du projet Inria Indes. Son cours 2012-2013 a pour nom « L'informatique du temps et des événements »[5].

Il a été auparavant le titulaire de deux chaires annuelles au Collège de France :

  • En 2009-2010, chaire « Informatique et sciences numériques », où il a donné un cours intitulé « Penser, modéliser et maîtriser le calcul »[6] ;
  • En 2007-2008, chaire d'innovation technologique Liliane Bettencourt, où il a donné un cours intitulé « Pourquoi et comment le monde devient numérique »[7]. Des parties de ces deux cours ont été redonnées en anglais à l'Université d'Édimbourg dans le cours appelé « Seven Keys to the Digital Future » en collaboration avec le Collège de France, L'INRIA et la Royal Society of Edinburgh.

Régent de Déformatique au Collège de 'Pataphysique.

Travaux[modifier | modifier le code]

Les vidéos et supports des cours qu'il a tenus au Collège de France en 2008 sous l'intitulé « Pourquoi et comment le monde devient numérique » sont accessibles en ligne sur le site du Collège[8], avec les vidéos des séminaires de personnalités extérieures invitées pour le cours.

Les vidéos et supports du cours au Collège de France en 2009-2010 sous l'intitulé « Penser, modéliser et maîtriser le calcul » sont accessibles en ligne sur le site du Collège[9], avec les vidéos des séminaires de personnalités extérieures invitées pour le cours.

Les vidéos et supports des cours qu'il a tenus à Edinburgh en 2010 sous l'intitulé « Seven Keys to the Digital Future » sont accessibles en ligne sur un site spécifique[10], avec les vidéos des séminaires de personnalités extérieures invitées pour le cours.

Sa contribution scientifique concerne cinq sujets :

Il est le créateur principal du langage de programmation Esterel et de son outillage.

Honneurs et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Membre de l'Académie des sciences, de l'Académie des technologies, et de l'Academia Europaea
  • 1979 : Médaille de bronze du CNRS
  • 1990 : Prix Monpetit de l'Académie des sciences
  • 1994 : Chevalier de l'Ordre des palmes académiques
  • 1999 : Prix Science et défense
  • 2005 : Grand prix de la Fondation EADS pour les applications de la science à l'industrie[11]
  • 2008 : Chevalier de l'Ordre du mérite
  • 2012 : Chevalier de la Légion d'honneur[12]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Berry, Gérard, La numérisation du monde, De Vive Voix, 2010
  • Berry, Gérard, Penser, modéliser et maîtriser le calcul informatique, Fayard, Collection Collège de France, 2008
  • Berry, Gérard, Pourquoi et comment le monde devient numérique, Fayard, Collection Collège de France, 2008

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]