Géotope

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Au cours des années 1990, le patrimoine géologique fait son apparition au sein de la sphère patrimoniale et en particulier au sein du Patrimoine naturel.

Vue du Mont Uluru (Ayers Rock) avec le Kata Tjuta (l'Olgas) en arrière plan, patrimoine géologique, écologique et esthétique exceptionnel
Coupe géologique simplifiée présentant le Mont Uluruet le Kata Tjuta
Le mont Uluru est aussi un site sacré pour les aborigènes (ici : peintures rupestres)


Les termes géotope, géosite, géodiversité, géoconservation et géotourisme sont progressivement forgés à l'image de ceux déjà familiers pour le grand public et qui sont construits avec le préfixe bio.

La notion de géotope a plusieurs acceptions[modifier | modifier le code]

  • La première, adoptée par la communauté des géoscientifiques est assez restrictive.
    Selon André Strasser[1] (professeur de géosciences à l'Université de Fribourg), Les géotopes sont des « portions de la géosphère délimitées dans l'espace et d'une importance géologique, géomorphologique ou géotectonique particulière. Ils sont des témoins importants de l'histoire de la Terre et donnent un aperçu de l'évolution du paysage et du climat »


Les géotopes sont des formes du relief, ayant une valeur scientifique (relativement à l'histoire de la planète, au patrimoine géologique, aux grands paysages souterrains, au patrimoine commun de l’humanité...) et ayant parfois une valeur culturelle particulière (Reynard & Pralong, 2004) :

  • À cette première définition des scientifiques italiens apportent un élargissement par une approche plus culturelle. Mario Panizza et Sandra Piacente, de l'Université de Modène, retiennent eux la définition suivante : "Tout objet géologique présentant une certaine valeur, qu'elle soit scientifique, historico-culturelle, esthétique, ou socio-économique."

La dénomination de géotope suscite quelques réserves car elle n'a aucun rapport avec le patrimoine géomorphologique et géologique dans son sens premier. Ce terme désigne en effet la plus petite unité spatiale sur laquelle peuvent être étudiés des flux de matière et d'énergie. Ce succès tient en grande partie au fait qu'il constitue un pendant au concept de biotope (Joly, 2000).

Diversité des géotopes[modifier | modifier le code]

Potentiellement, les géotopes se décomposent en autant d'objets géologiques qu'il y a de disciplines au sein des géosciences.
Il existe donc par exemple des géotopes :

Mais aussi des géotopes qui appartiennent à l'imaginaire culturel de chaque civilisation, par exemple :

Certains géotopes combinent plusieurs de ces intérêts. Ainsi, le mont Uluru en Australie combine un intérêt géoscientifique (c'est la partie émergée et qui a résisté à l'érosion d'un synclinal), géoécologique (car il abrite une faune et une flore très particulière) mais également religieux (pour ses peintures rupestres et les croyances qui lui sont associées) et bien sûr esthétique.

Il existe donc des géotopes naturels (site fossilifère) ou artificiels (mine ou carrière) ; des géotopes ponctuels (bloc erratique) ou d'une superficie plus importante (vallée glaciaire) ; des géotopes passifs (stratotype) ou actifs (glissement de terrain).

Évaluation[modifier | modifier le code]

Elle est nécessairement pluridisciplinaire, faisant notamment intervenir la géomorphologie, la géologie, la spéléologie, l’écologie, l'histoire des sciences et éventuellement l’ethnologie et les sciences sociales.

Inventaires[modifier | modifier le code]

Des inventaires, à différentes échelles, parfois hiérarchisés (Grandgirard 1997, Panizza & Piacente 1993, Coratza & Giusti 2005) sont faits dans un nombre croissant de pays, sur des principes cartographiques encore non standardisés (Carton et al. 2005).

En France[modifier | modifier le code]

Un Inventaire National du Patrimoine Géologique (INPG) a officiellement été lancé en 2007 par l'état (à travers le Ministère chargé de l'écologie). Sa méthodologie a été discuté et testé par la Conférence Permanente du Patrimoine Géologique (CPPG), instance de réflexion créée et présidée par la Direction de la Nature et des Paysages (DNP) du Ministère chargé de l'écologie et rassemblant le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN), le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), l'Association Réserves Naturelles de France (RNF), les Musées de France, la Société Géologique de France (SGF) et la Fédération Française Amateur de Minéralogie et de Paléontologie (FFAMP).
Une méthodologie commune[2],[3] contribue à la cohérence des inventaires régionaux entre eux.

La loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, dit que l'État assure la conception, l'animation et l'évaluation de l'inventaire du patrimoine naturel qui comprend les richesses écologiques, faunistiques, floristiques, géologiques, minéralogiques et paléontologiques de la France.

Des inventaires régionaux sont en cours ou ont été faits, par exemple[4],[5], avec le soutien de la DIREN (devenue DREAL) et du Conseil régional, par le Conservatoire des sites dans le Nord/Pas-de-Calais, avec une validation par le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel.

En Allemagne[modifier | modifier le code]

Le recensement a été effectué sur la base d'un concours organisé entre 2004 et 2006 par l’Académie des Sciences de la Terre de Hanovre (AGH) et a déterminé ainsi 77 géotopes significatifs. Il s'agissait, par la même occasion, de déterminer des sites candidats au label « Patrimoine mondial de l'UNESCO ». Les sites proposés devaient constituer un « phénomène naturel extraordinaire » (außergewöhnlicher natürlicher Ausprägung), présenter un caractère de permanence et faire l'objet d'une documentation accessible au public. Il pouvait s'agir d'objets particuliers, de collections tout aussi bien que de paysages.

Des 180 propositions reçues, la commission d'experts en retint 77. Les nominations furent prononcées le 12 mai 2006 au parlement régional de Hanovre ; c’est le Ministère fédéral de l'Éducation et de la Recherche (Allemagne) qui a délivré aux différents sites le label de géotope national ainsi que le label planeterde. Un livret explicatif a été édité pour l'occasion.

Trois des géotopes élus (le site fossilifère de Messel, les mines du Rammelsberg et la vallée du Haut-Rhin moyen) sont désormais enregistrés au Patrimoine mondial de l'UNESCO ; le site de Messel est pour l'instant le seul site naturel retenu en Allemagne, les deux autres sites étant des patrimoines culturels. La commission a cependant émis six autres propositions à l'UNESCO : la littoral des Wadden, les falaises de Jasmund, la Bastei et les Monts gréseux de l’Elbe, la collection de fossiles de Holzmaden, l’astroblème de Ries avec la dépression de Steinheim, enfin la vallée de l’Altmühl et le calcaire lithographique de Solnhofen.

Liste des géotopes allemands. - Les géotopes officiels sont classés par Land ci-après, dans l'ordre de la liste officielle de l’Académie de Hanovre.

Schleswig-Holstein:

Basse-Saxe:

Mecklembourg-Poméranie occidentale:

Brandebourg:

Saxe-Anhalt:

Rhénanie du Nord-Westphalie:

Hesse:

Thuringe:

  • Le Bohlenwand (Thuringe) dans les environs de Saalfeld
  • Le Feldstein autour de Themar en Thuringe méridionale
  • Les mines de sel gemme de Merkers
  • Les murailles près d’Ilfeld dans le Hartz méridional
  • Les mines d’ardoise près de Lehesten
  • Les travertins de la vallée de l’Ilm près de Weimar

Saxe:

Rhénanie-Palatinat:

Sarre :

Bade-Wurtemberg :

Bavière :

Représentation cartographique[modifier | modifier le code]

Les géotopes sont habituellement représentés par un signe ponctuel (point, triangle...) ou d’un graphique figuratif sur une carte d’ensemble. Leur cartographie doit permettre de produire ou croiser des informations immédiates ou plus complexe sur le géotope, son insertion dans l'espace et le temps. On utilise les symboles classiques de la cartographie géomorphologique, mais ils ne suffisent généralement pas à en décrire tous les aspects.

Menaces[modifier | modifier le code]

Le groupe de travail pour la protection des géotopes en Suisse estime qu'ils sont à protéger des actions qui portent préjudice à leur contenu, leur structure, leur forme ou leur future évolution naturelle[1].

Protection[modifier | modifier le code]

Les géotopes remarquables sont un patrimoine à léguer aux générations futures ou utiles voire nécessaires à la protection de la nature.

En France, les ZNIEFF pouvaient les prendre en compte, de même que les réserves naturelles.
Depuis les années 1970 environ (loi de juillet 1976 sur la protection de la nature en France), pour des raisons écologique, culturelle, économique et esthétique, ce patrimoine est peu à peu inventorié, cartographié, valorisé et parfois protégé.
Ils prennent une place nouvelle dans le cadre de la trame verte et bleue et de la SCAP qui les cite explicitement.

Selon Joly (Joly, 2000), la protection du périmètre d'un site ne suffit pas à elle seule pour conserver son intégrité. Le milieu naturel est en effet sensible au point que l'altération d'un secteur peut se répercuter sur un autre site, proche ou éloigné, par un "effet domino". Ce qu’il convient alors de nommer zone de protection d’un site s’étend donc bien au delà du périmètre physique apparent du site. Elle comprend aussi la conservation des secteurs proches indispensables dont les secteurs contigus qui jouent un rôle tampon. Pour chaque site, il conviendrait donc distinguer deux périmètres, à savoir le site proprement dit et un secteur plus vaste autour de celui-ci (Joly, 2000).

Vulgarisation et médiatisation du concept de Géotope[modifier | modifier le code]

Multimédia : le projet Geotop[modifier | modifier le code]

Initiée en 1996 sous l’impulsion de Frédéric BF Joly, et créée en 1998, l’association multimédia Geotop[6] s’est donnée pour objectif de valoriser le patrimoine géologique et géomorphologique par le biais d’un magazine électronique. Deux CD-ROMs, codés sur le bloc-note Windows, ont été produits bénévolement et mis en ligne entre 1998 et 1999. Le projet a impliqué une trentaine de participants européens pour un volume de 7000 heures de travail cumulé (Joly, 2000).

Pour pérenniser le projet dans l’esprit des projets collaboratifs, le projet Geotop a été envisagé sous 2 modalités :

  • (1) Incorporation gratuite de contributions relatives au patrimoine géologique et géomorphologique dans les versions ultérieures du magazine sous la forme d’un portail,
  • (2) Prise en charge gratuite de la création du site de petites associations souhaitant disposer d'un site Internet, mais ne pouvant pas le développer.

Les 2 modalités du projet ont été proposées sans succès à une centaine de personnes et de structures environnementales durant l'année 2000 (Joly, 2000).


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Berrebi, Y. (2006), Les sentiers didactiques – Analyse de la perception du public face à quatre réalisations géodidactiques. Mémoire de licence, Institut de Géographie, Université de Lausanne, non publié.
  • Carton, A. et al. (2005), Guidelines for geomorphological sites mapping: examples form Italy, Géomorphologie: relief, processus, environnement, 3, pp. 209-218.
  • Cayla N., 2009. Le patrimoine géologique de l'arc alpin. De la médiation à la valorisation géotouristique ; Thèse de doctorat de Science de la terre, de l'Univers et de l'Environnement, Université de Savoie. 309p.
  • Coratza, P. & Giusti, C. (2005), Methodological proposal for the assessment of the scientific quality of geomorphosites, Il Quaternario. Italian Journal of Quaternary Sciences, 18/1, 307-313.
  • Grandgirard, V. (1997), Géomorphologie, protection de la nature et gestion du paysage, Université de Fribourg, Thèse de doctorat.
  • Joly, F. (1999), Le magazine électronique Geotop - http://perso.wanadoo.fr/geotop/. Résumé du poster présenté par l'association multimédia Geotop aux deuxièmes Journées Nationales du Patrimoine Géologique, Résumé du poster présenté par l'association multimédia Geotop aux deuxièmes Journées Nationales du Patrimoine Géologique, Lille, 16-18 juin 1999.
  • Joly, F. (2000), Le patrimoine géomorphologique : concepts, évaluation, médiatisation. Application au cas du littoral du Nord-Pas-de-Calais, Université de Lille 1, Thèse de doctorat.
  • Max Jonin, Jacques Avoine, Sites classés et patrimoine Géologique, Géologie de la France, n° 1, 2010 : 19-23
  • Panizza, M. & Piacente, S. (1993), Geomorphological assets evaluation, Zeitschr. Für Geomorphologie N.F., Suppl. Bd. 87, pp. 13-18.
  • Panizza M., Piacente S., 2005. Geomorphosites : a bridge between scientific research, cultural integration and artistic suggestion. Il Quaternario Volume speciale (Geomorphological Sites and Geodiversity), pp. 3-10.
  • Reynard E., Pralong J.-P. (eds) (2004), Paysages géomorphologiques. Actes du séminaire de troisième cycle de géographie «Paysages géomorphologiques» organisé par les Instituts de Géographie des Universités de Lausanne et Fribourg du 10 au 14 février et du 25 au 29 août 2003.
  • Wiedenbein, F.W. (1993), "Geotope protection for Europe" in Geological Heritage 1993. (Erlangen, Germany: University Erlangen-Nuremberg, 1993).
  • Wuttke M., 2001. Geotope protection in the Federal Republic of Germany. In : Basset H.G., et als (eds) A future for fossils, pp. 39-41.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Strasser, A. et al. (1995), Géotopes et la protection des objets géologiques en Suisse : un rapport stratégique, Groupe de travail pour la protection des géotopes en Suisse, Fribourg
  2. Méthodologie utilisée en Nord-Pas-de-Calais pour l’inventaire du patrimoine géologique PDF (111.2 ko)
  3. Vade Mecum pour l’inventaire national du patrimoine géologique PDF (14 Mo)
  4. [http://www.nord-pas-de-calais.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/brochure_richesse_geologique_npdc.pdf Richesse géologique dans le Nord–Pas-de-Calais (brochure 2009, PDF, 568.7 ko)
  5. Inventaire régional du patrimoine géologique, Mis à jour mars 2010, PDF, 829.8 ko
  6. « Journal Officiel du Gouvernement Français »,‎ 15/08/1998.