Dialectologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Géographie linguistique)
Aller à : navigation, rechercher

La dialectologie est la branche de la linguistique qui étudie les dialectes et la variation linguistique.

Objets et méthodes de la discipline[modifier | modifier le code]

Description interne[modifier | modifier le code]

La dialectologie peut étudier les dialectes en les décrivant pour eux-mêmes, en dégageant les traits (spécifiques ou non) de leur phonétique, de leur phonologie, de leur morphologie, de leur syntaxe ou de leur sémantique. En cela, la description dialectale ne diffère pas des autres travaux de description linguistique synchronique, à ceci près qu'elle se penche sur des parlers dont la variabilité est une caractéristique majeure.

Description contrastive[modifier | modifier le code]

Elle peut aussi comparer un ou plusieurs dialectes aux autres dialectes de la même famille ou du même groupe linguistique. Elle le fait alors souvent en recourant à des enquêtes de géographie linguistique, qui permettent de décrire la répartition spatiale des traits spécifiant les membres de ladite famille. Ces enquêtes débouchent souvent sur l'élaboration d'atlas linguistiques, permettant de distinguer les différences entre dialectes grâce au tracé de frontières entre traits linguistiques, frontières appelées isoglosses; une autre technique décrivant ces différences de manière plus subtile est la dialectométrie, ou mesure quantifiée des oppositions entre plusieurs points de la carte dialectale.

L'établissement d'un atlas linguistique, s'il exige un minimum d'exhaustivité, demande énormément de temps. Il s'agit d'enregistrer les différences lexicales et phonétiques des différentes régions d'une communauté linguistique. On répertorie les variantes possibles et crée ainsi des cartes indiquant les frontières dialectales (isoglosses). Ces frontières peuvent être variables selon le trait caractéristique qu'on étudie, un atlas exhaustif demande donc un maximum de cartes répertoriant des variantes. Pour le domaine français en Europe, il existe plusieurs atlas linguistiques :

  • l’Atlas linguistique de la France (ALF),
  • la collection Atlas linguistique de la France par région (ALFR) ou Nouvel Atlas linguistique de la France (NALF) :
    • l’Atlas linguistique et ethnographique d’Alsace (ALA)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique d’Auvergne et du Limousin (ALAL)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique de Bourgogne (ALB)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique de la Bretagne romane, de l’Anjou et du Maine (ALBRAM)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique de la Champagne et de la Brie (ALCB)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique du Centre (ALCe)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique de la Franche-Comté (ALFC)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne (ALG)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique de l’Île-de-France et de l’Orléanais (ALIFO)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique du Jura et des Alpes du Nord (ALJA)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc occidental (ALLOc)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc oriental (ALLOr)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique de la Lorraine germanophone (ALLG)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique de la Lorraine romane (ALLR)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique lyonnais (ALLy)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique du Massif central (ALMC)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique de la Normandie (ALN)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique de l’Ouest (ALO)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique picard (ALPic)
    • l’Atlas linguistique des Pyrénées-Orientales (ALPOr)
    • l’Atlas linguistique et ethnographique de la Provence (ALPr)
  • l’Atlas linguistique de la Wallonie.
  • l'Atlas linguistique de l'est du Canada

Description génétique[modifier | modifier le code]

L'étude de cette répartition est souvent associée à des études diachroniques (ou historiques) qui visent à expliquer la formation des dialectes, en montrant leur différenciation à partir d'une source commune (c'est le processus de différenciation dialectale ou dialectalisation).

Description anthropologique[modifier | modifier le code]

Elle peut encore étudier les usages des variétés dialectales dans une société donnée, par exemple en mettant le lexique des dialectes en regard des coutumes, des usages, des croyances, des techniques et de l'organisation de cette société. En cela, la dialectologie est proche de l'anthropologie (et donc de l'anthropolinguistique) et de l'approche scientifique du folklore.

Description sociolinguistique[modifier | modifier le code]

La dialectologie peut enfin étudier ces usages d'un autre point de vue : le rapport ou la concurrence entre les différentes variétés linguistiques présentes dans cette société (situations de diglossie). Elle peut, dans cette perspective, étudier les attitudes et les représentations que les locuteurs de ces variétés élaborent quant au dialecte. De ce point de vue, la dialectologie est un chapitre de la sociolinguistique.

Histoire et sociologie de la discipline[modifier | modifier le code]

Issue des travaux du linguiste allemand Georg Wenker, la dialectologie a été établie définitivement comme science par le Suisse Jules Gilliéron. C'est le professeur Jean Haust, de l'Université de Liège qui lui a définitivement donné le nom de dialectologie.

Elle s'est développée dans tous les groupes linguistiques connaissant une riche variation linguistique et où se sont établies des études linguistiques, et a été stimulée tantôt par les études de linguistique historique, tantôt par l'avènement de la perspective synchronique. Elle est encouragée dans les sociétés soucieuse de mettre leur patrimoine culturel en valeur, et en particulier dans celles qui ont résolu de donner certains droits à leurs minorités culturelles et linguistiques (voir la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, grâce à laquelle certaines variantes traditionnellement considérées comme des dialectes ont accédé au statut de langues historiques régionales). L'action volontariste menée par les pouvoirs publics sur les dialectes (action de promotion ou, au contraire, de rejet ou de contention) fait partie de la politique linguistique.

Branches[modifier | modifier le code]

Géographie linguistique[modifier | modifier le code]

Dialectologie structurale[modifier | modifier le code]

Dialectologie générative[modifier | modifier le code]

Dialectologie sociale[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Manuel Alvar, Estructuralismo, geografía lingüística y dialectología actual, Madrid, Gredos, coll. « Biblioteca Románica Hispánica / Estudios y Ensayos »,‎ 1969, 222 p.
  • Sever Pop, La dialectologie : aperçu historique et méthodes d'enquêtes linguistiques, J. Duculot, Louvain, 1950, 2 vol. (volume 1 et volume 2 sur archive.org)
  • Jean Le Dû et Nelly Blanchard, Dialectologie et géolinguistique, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 2004, 410 p. (ISBN 978-2-901737-60-5)