Géographie de la Vendée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Vendée est un département côtier de basse altitude qui s'étend sur 6720 km² et compte environ 610 000 habitants (2007). Sa préfecture se trouve à La Roche-sur-Yon, et ses deux sous-préfectures à Fontenay-le-Comte et aux Sables-d'Olonne.

Le territoire[modifier | modifier le code]

Carte des villes et des paysages en Vendée

Le littoral : On peut distinguer à l'ouest du département la Côte de Lumière avec une côte aux rivages tantôt sablonneux (Saint-Jean-de-Monts), tantôt rocheux (Saint-Gilles-Croix-de-Vie). N'oublions pas la baie de Bourgneuf au nord et la baie de l'Aiguillon au sud qui sont deux vastes zones vaseuses. Plus à l'ouest se situent l'Île d'Yeu et l'île de Noirmoutier. Noirmoutier est relié au continent par un pont mais également par le célèbre passage du Gois, chaussée immersible à marée haute la plus longue d'Europe.

Les marais : Il existe deux marais : le marais breton au nord ouest, entre Challans et Beauvoir-sur-Mer, qui s'étend jusqu'en Loire-Atlantique et le marais poitevin au Sud qui est réparti sur tout le sud de la Vendée, le nord de la Charente-Maritime et même le sud-est des Deux-Sèvres. On peut distinguer le marais poitevin en deux types : le marais « sec » à l'ouest et le marais « humide » (aussi appelé « Venise verte ») à l'est.

La plaine : Au nord du marais poitevin se trouve la grande plaine de Luçon remarquable par sa succession monotone de champs céréaliers.

Le bocage : Le bocage vendéen occupe la majeure partie du territoire vendéen. Il représente la terminaison méridionale du Massif armoricain. Succession de champs entourés de haies, ce paysage est surtout propice à l'élevage. On distinguera là aussi le bas-bocage (au centre et à l'ouest) et le haut-bocage (à l'est). Le bas-bocage comprend de nombreux cours d'eau régulièrement alimentés par les pluies océaniques et est peu vallonné. Le haut-bocage situé dans la région des Herbiers et de Pouzauges, est un pays granitique au relief fortement vallonné, on y trouve notamment le Mont des Alouettes. Saint-Michel-Mont-Mercure avec ses 290 mètres se révèle être le point culminant de la Vendée.

Les forêts et les cours d'eau : De nombreux bois parsèment le département. Cependant, seules la forêt domaniale des pays de Monts (forêt de pins et de dune sur le littoral) et surtout la forêt de Mervent (à l'est, au nord de Fontenay-Le-Comte) peuvent prétendre au titre de forêt. Quant aux rivières, la Vendée étant un département plutôt humide, de nombreux cours d'eau sillonnent ses terres. On en notera quelques-uns dont la Vie, le Lay, la Vendée, la Boulogne, la Sèvre nantaise et la Sèvre niortaise.

La population[modifier | modifier le code]

La Vendée est un département moyennement peuplé (90 habitants/km²) mais avec une croissance démographique soutenue depuis la deuxième moitié du XXe siècle. En ce qui concerne la taille de ses communes, seule la Roche-sur-Yon se démarque avec plus de 55 000 habitants. Ensuite viennent Challans (18 862 hab.), les Sables-d'Olonne (14 603 hab.), Les Herbiers (15 229 hab.), Fontenay-Le-Comte(14 000 hab.), Château-d'Olonne (12 000 hab.), Olonne-sur-Mer (10 000 hab.), Luçon (9 000 hab.)... Cependant, on peut regrouper toutes les communes du pays d'Olonne en une agglomération d'environ 40 000 habitants et le canton de Challans en une agglomération de 35 000 habitants. Enfin, la répartition des populations n'est pas égale sur tout le territoire. Les villes de l'est ou de l'intérieur du bocage ont tendance à perdre des habitants alors que les villes du littoral observent une forte croissance de leur population.