Géographie de la Guyane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Géographie de la Guyane
carte : Géographie de la Guyane
Continent Amérique du Sud
Coordonnées 4° N • 53° O
Superficie
Côtes 378 km
Frontières 1 183 km
Altitude maximale 851 m (Bellevue de l'Inini)
Altitude minimale 0 m
Plus long cours d’eau Maroni (520 km)
Plus importante étendue d’eau Lac de Petit-Saut (350 km²)

4° N 53° O / 4, -53

La Guyane se situe sur le continent sud-américain sur le plateau des Guyanes, près de l'équateur, par 53 ° de longitude Ouest et par 4 ° de latitude Nord.

Le plateau des Guyanes constitue la frontière Nord de la région géographique, botanique et zoologique que constitue l'Amazonie. La Guyane française est ainsi recouverte à 97 % de son territoire par la forêt amazonienne, et jouit donc d'une biodiversité que l'on ne retrouve dans nulle autre région française.

Frontières[modifier | modifier le code]

Ses frontières sont délimitées à l'est par l’Oyapock, à l'Ouest par le fleuve Maroni, au sud par les monts Tumuc-Humac et au nord par l'océan Atlantique. La Guyane est entourée par le Suriname à l'ouest et le Brésil à l'est et au sud.

Topographie[modifier | modifier le code]

Le relief de la Guyane s'est modelé à partir d'un socle ancien bordé par une plaine littorale. L'essentiel de la région se trouve à une altitude comprise entre 100 et 200 mètres, signe d'une très ancienne évolution morphologique et géomorphologique dont résulte la faiblesse des contrastes topographiques.

Deux grandes régions topographiques peuvent être distinguées :

  • la plaine côtière ou "terres basses" qui s'étend sur quelques dizaines de kilomètres depuis la frontière maritime. Elle représente environ 450 000 ha recouverts de marécages et de savanes. C'est une plaine alluviale, plus ou moins inondable d'une altitude le plus souvent inférieure à 30 mètres;
  • les terres hautes qui se développent sur le plateau des Guyanes et représentent près de 95 % du territoire. L'absence de mouvement tectonique depuis l'ère primaire et l'érosion importante qu'il a subie ont sculpté des formes de relief diverses dont la plus importante et caractéristique est une colline convexe qualifiée de demi-orange, grossièrement circulaire, haute de plusieurs dizaines de mètres pour un diamètre supérieur au kilomètre. Ces demi-oranges, présentes en grand nombre, donnent aux terres hautes l'aspect d'une mer de collines.

Climat[modifier | modifier le code]

La Guyane bénéficie d'un climat équatorial humide. Ses variations sont liées aux oscillations de la zone de convergence intertropicale (longue zone de dépression), qui résultent du contact entre les anticyclones des Açores et de Sainte Hélène. Sa position proche de l’équateur et sa façade océanique lui confèrent une bonne stabilité climatique. La température annuelle moyenne est de 26 °C. Elle ne diffère en général que de 2 ° C du mois le plus chaud au mois le plus froid. Les amplitudes sont faibles sur la zone côtière et un peu plus marquées à l'intérieur.

On distingue quatre saisons [1],[2]:

  • la grande saison des pluies, d'avril/mai à mi-août;
  • la grande saison sèche, de mi-août à novembre;
  • la petite saison des pluies, de novembre/décembre à janvier/février;
  • la petite saison sèche appelée aussi « petit été de mars » en février/mars.

Les mois les plus pluvieux sont mai et juin.

Au niveau mondial la Guyane est l'une des régions les plus humides au monde, les précipitations variant de 2 000 mm à 4 000 mm par an et au niveau de la disponibilité d'eau par rapport aux réserves d'eau elle est la troisième au monde après le Groenland et l'Alaska.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'hydrographie de la région est caractérisée par un réseau dense. Les précipitations abondantes, la structure des terrains et l'imperméabilité du sol expliquent la densité du réseau.

Les grands fleuves que sont le Maroni, l'Oyapock, l'Approuague et le Mana sont les axes de pénétration à l'intérieur du pays. Cependant, la navigation moderne est rendue difficile par la présence de sauts et de rapides infranchissables, en basses eaux, sans transbordement.

Géologie[modifier | modifier le code]

Carte géologique de la Guyane.

La Guyane se situe sur le plateau des Guyanes qui s'est constitué dans des terrains encaissés qui ont disparu sous l'action de l'érosion, ne laissant que quelques lambeaux métamorphisés au contact des plutons granitiques. On trouve aujourd'hui deux ensembles géologiques : des formations sédimentaires récentes et des formations précambriennes.

L'absence de couverture sédimentaire, érodée au cours du temps, laisse affleurer les formations précambriennes qui ont chacune leur forme de relief caractéristiques: "collines en amandes" pour les schistes de l'Orapu, semis de collines identiques de même hauteur et à pentes convexes pour le granite guyanais. Outre une influence sur l'exploitation forestière (peuplements, accessibilités, ...), la géologie explique la richesse en divers minerais (or, bauxite, tantalite, ...) à la base des activités minières de Guyane, comme l'orpaillage.

Végétation[modifier | modifier le code]

La Guyane est couverte à 96 % d'une forêt équatoriale dont la plus grande partie est une forêt primaire.

Ressources naturelles et utilisation du territoire[modifier | modifier le code]

Ressources naturelles: Bois, or, kaolin, ...

Réserves naturelles[modifier | modifier le code]

Il existe sept réserves naturelles : la réserve naturelle nationale des Nouragues, la réserve naturelle nationale de Trinité, la réserve naturelle nationale de l'île du Grand Connétable, la réserve naturelle nationale des marais de Kaw, la réserve naturelle nationale de l'Amana, la réserve naturelle nationale du Mont Grand Matoury et la réserve naturelle régionale de Trésor.

Éléments géographiques[modifier | modifier le code]

Montagnes[modifier | modifier le code]

Fleuves et rivières[modifier | modifier le code]

  • Maroni, frontière naturelle avec le Suriname, est aussi un lieu de passage et d'échanges entre les populations d'origines amérindiennes ou africaines, les Bushinegues — littéralement, les noirs des forêts — installés sur l'une ou l'autre des rives du fleuve.
  • Oyapock, frontière naturelle avec le Brésil

Îles[modifier | modifier le code]

Communes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Communes de la Guyane.

Les principales agglomérations sont situées en bord d'océan. Les trois plus grandes sont :

  • Cayenne, une ville organisée autour de la place des Palmistes et qui se divise en avenues principales telles que l'avenue De Gaulle, l'avenue Pasteur, la rue Lalouette... Au cœur d'une agglomération importante d'environ 126 000 habitants.
  • Kourou, un pôle important de la Guyane du fait de l'accueil du Centre Spatial Guyanais et de son futur statut de pôle international avec l'accueil de Soyouz.
  • Saint-Laurent-du-Maroni, troisième ville de la Guyane, centre de la 2e circonscription, est une ville ouverte sur le fleuve et dont le multiculturalisme et le dynamisme l'ont haussée au rang de pôle d'influence de la Guyane.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • E. Aubert de la Rüe, Reconnaissance géologique de la Guyane française méridionale, 1948-1949-1950, Office de la recherche scientifique d'Outre-mer, 1953, 127 pages