Géographie de la Bourgogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paysage de la Côte : vignobles à Fixin (Côte-d'Or)

Au nord, la basse Bourgogne est une région de plaines sédimentaires : elle englobe le Sénonais agricole et le pays d'Othe forestier, qui domine les vallées de l'Yonne et de l'Armançon.

À l'est, les pays de la Saône correspondent à des plaines d'effondrement couvertes de grasses prairies et de champs (blé, maïs, oléoprotéagineux, maraîchage).

Au nord, le Châtillonais et le Plateau de Langres.

Au centre, les plateaux bourguignons, calcaires, s'inclinent doucement vers le nord-ouest, mais s'abaissent brusquement vers le sud-est ; ils comprennent l'Auxerrois, plate-forme rocailleuse où s'est établie la vigne (Chablis), le Tonnerrois, d'altitude plus basse. Le carrefour dijonnais et la Côte d'Or, dernier escarpement abrupt de la «  Montagne  », qui porte l'un des vignobles les plus fameux de France. Le Morvan, massif ancien forestier, est entouré de plaines argileuses où l'on pratique l'élevage, incisé par la dépression houillère de la Dheune-Bourbince.

Au sud enfin, le Mâconnais, pays de polyculture, d'élevage et de vignoble, s'appuie sur les premiers contreforts du Massif central.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Relief et hydrographie de la Bourgogne

Principales agglomérations[modifier | modifier le code]

Si la région bourguignonne ne compte pas d'agglomération importante, c'est en partie parce qu'elle est sous l'influence de ses deux grandes voisines : Paris au nord et Lyon au sud.

Les principales agglomérations et leur population en 1999[1] :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L’état des régions françaises 2004

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'état des régions françaises. Édition 2004, Paris, La Découverte, 2004