Géographie de l'Irak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

33° 00′ N 44° 00′ E / 33, 44 ()

Géographie de l'Irak
carte : Géographie de l'Irak
Continent Asie
Région Moyen-Orient
Coordonnées 33°00′N, 44°00′E
Superficie
Côtes 58 km
Frontières Total: 3 650 km
Iran 1 458 km, Arabie saoudite 814 km, Syrie 605 km, Turquie 352 km, Koweït 240 km, Jordanie 181 km
Altitude maximale 3 611 m
Altitude minimale 0 m (Golfe Persique)
Plus long cours d’eau Tigre (1 418 km)
Plus importante étendue d’eau Lac-réservoir du Thartar (2 500 km²)

La géographie de l'Irak est une construction relativement récente issue de la décolonisation britannique.

Avant, il ne représentait qu'une province des empires qui se succédèrent au cours de l'histoire.

Morphologie[modifier | modifier le code]

La géographie de l'Irak est diversifiée et se divise en quatre régions principales: le désert (à l'ouest de l'Euphrate), la Haute-Mésopotamie (entre le Tigre supérieur et l'Euphrate), les montagnes du nord du Kurdistan irakien, et la Basse-Mésopotamie, la plaine alluviale qui s'étend de autour de Tikrit dans le golfe Persique.

Les montagnes dans le nord-est sont une extension de l'Orogenèse alpine qui s'étend vers l'est, des Balkans à travers le sud de la Turquie, le nord de l'Irak, l'Iran et l'Afghanistan, pour finalement atteindre l'Himalaya. Le désert, dans les provinces du sud et du centre, longe les frontières avec l'Arabie saoudite et la Jordanie et appartient géographiquement à la péninsule arabique.

Climat[modifier | modifier le code]

Les températures moyennes du pays sont les plus élevées en juillet et en août (jusqu'à 45 °C en moyenne maximale) et les plus basses en janvier (parfois au-dessous de 0 °C en moyenne minimale). Les très fortes chaleurs estivales présentes dans une grande partie du pays s'expliquent notamment par les très basses altitudes, proches du niveau de la mer à cause de la proximité avec le Golfe Persique. Or, lorsqu'on monte en altitude, l'effet rafraîchissant se fait tout de suite sentir et les températures sont beaucoup moins extrêmes et dépassent rarement les 40 °C dans les moyennes montagnes. La plupart des précipitations ont lieu de décembre à avril et apportent en moyenne entre 100 et 180 millimètres de pluie par an. La région montagneuse du nord de l'Irak reçoit des précipitations sensiblement plus élevée que les régions désertiques centrales ou du sud. Environ 90 % de la pluviométrie annuelle se situe entre novembre et avril, en revanche, les mois les plus chauds de juin, juillet et août sont très secs.

Les précipitations dans les montagnes sont plus abondantes et peuvent atteindre 1 000 millimètres par an à certains endroits, mais le terrain empêche la culture extensive. La culture sur des terrains non irriguées est limitée essentiellement aux abords des deux grands fleuves. Et même dans cette zone, une seule récolte par année peut être cultivée.

Les mois d'été sont marquées par deux sortes de phénomènes météorologiques. Le Sharqi, un vent chaud, sec et poussiéreux, avec des rafales occasionnelles de plus 80 kmh, a lieu d'avril à juin et à nouveau de septembre à novembre. Ce vent est souvent accompagné de tempêtes de poussière violentes qui peuvent s'élever à haute altitude et paralyser les aéroports pour de brèves périodes. De la mi-juin à mi-septembre, le vent dominant, appelé Shamal, souffle du nord et nord-ouest. C'est un vent régulier, l'air est chaud et très sec.

La combinaison de pénurie de pluie (pendant les mois les plus chauds principalement) et la chaleur extrême de l'été (en très basses altitude) a fait de l'Irak un pays à tendance désertique, seules quelques régions sont vertes toute l’année, par exemple, les monts Zagros, dans le nord l'Irak où l'on trouve des chênes et le sud de l'Irak où les palmiers dattiers résistent aux conditions extrêmes. Mais il est important de noter que l'aridité de l'Irak y est sensiblement inférieure aux pays désertiques de l'Arabie tels que l'Arabie Saoudite, le Qatar ou le Koweit à cause des pluies hivernales plus importantes car à ce moment-là, les dépressions méditerranéennes associées au front polaire parviennent jusqu'en Irak mais moins attenuées que plus au sud.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]