Génétique inverse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La génétique inverse est une approche génétique cherchant à comprendre la fonction de gènes donnés par l'observation des mutants correspondants. Cette approche « s'oppose » (inverse), à la démarche de génétique classique, qui, pour un phénotype mutant donné, cherche à identifier le gène responsable.

Outils[modifier | modifier le code]

La génétique inverse a grandement profité du développement des techniques de biologie moléculaire et en particulier des outils d'invalidation de gène et de séquencage de génome.

Exemple de la levure[modifier | modifier le code]

La levure est depuis très longtemps un organisme modéle du fonctionnement des eucaryotes, en étant le premier à voir la séquence de son génome dévoilé en 1996. À la suite de cela un consortium de laboratoires européens réalisa l'inactivation systématique de tous les gènes de la levure, créant ainsi une ressource de mutants disponibles pour la communauté scientifique[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dujon B, « European Functional Analysis Network (EUROFAN) and the functional analysis of the Saccharomyces cerevisiae genome », Electrophoresis, vol. 19, no 4,‎ 1998, p. 617-24 (PMID 9588813, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anthony J. F. Griffiths, Jeffrey H. Miller, David T. Suzuki, Chrystelle Sanlaville, Richard C. Lewontin, William M. Gelbart (trad. Chrystelle Sanlaville, Denise Aragnol), Introduction à l'analyse génétique, De Boeck Université,‎ 2002, 878 p. (ISBN 2744500976 et 9782744500978)