Générateur de clés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Générateur.

Un générateur de clés, aussi appelé keygen (abréviation de keygenerator), est un logiciel générant des numéros de série aléatoires afin d'installer/déverrouiller/lancer une application. Ce type de logiciel sert en général à utiliser une application ou un jeu sans payer, ce qui est bien entendu illégal. La plupart des applications et jeux vidéo sont exposés, soit par des keygens soit par des cracks voire la combinaison des deux, qui sont réalisés par des groupes de warez comme Razor 1911, SKiDROW ou encore Fairlight (FLT).

Les numéros de série sont le plus souvent conçus de manière aléatoire par le générateur. Certaines plages de numéros produits par les générateurs peuvent être bloquées par les éditeurs de logiciels mais cette mesure contre le piratage ne s'avère efficace que temporairement, si bien qu'elle n'est plus utilisée aujourd'hui. L'utilisation de ces keygens est la plupart du temps illégale et rend la licence d'exploitation du logiciel juridiquement nulle. Néanmoins un générateur de clé peut être utilisé pour les développeurs d'application pour vérifier le bon fonctionnement de l'algorithme.

On a souvent vu le cas de keygens infectés, ce qui ne semble plus être le cas ces dernières années. La fiabilité de ces logiciels s'est par ailleurs grandement améliorée.[réf. nécessaire]

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Un générateur de clés a deux moyens pour trouver une clé-CD valide : la méthode dite force brute et la méthode dite de rétro-ingénierie qui consiste à reconstituer l'algorithme utilisé par la société éditrice du logiciel.

La méthode dite force brute consiste à essayer toutes les possibilités. Néanmoins, le nombre de possibilités est telle qu'un ordinateur normal pourrait mettre des milliers d'années avant de trouver une clé valide.

L'autre méthode consiste à trouver l'algorithme utilisé par la société éditrice du logiciel, en étudiant le code de l'exécutable ou d'une bibliothèque (en désassemblant et/ou débuggant l'application). Les éditeurs arrivent à contrer cette méthode en requérant une activation, ou bien une vérification de la clé par Internet.

Ce fut le cas pour Steam, ainsi, même si la clé produite par le générateur de clés est théoriquement valide, si elle n'a pas été générée par le générateur internet de Valve, la clé sera refusée. Certains keygens proposent une fonction patch qui, au moyen d'un exécutable modifié permet de contourner cette fonction de validation de la clé par Internet.

En revanche, ces clefs peuvent fonctionner pour une activation simple d'un logiciel, bien que leur taux de réussite soit assez faible.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]