Gémages

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gémages
L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton Le Theil
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Huisne
Maire
Mandat
Christian Bourgoin
2014-2020
Code postal 61130
Code commune 61185
Démographie
Gentilé Gémageois
Population
municipale
121 hab. (2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 17′ 39″ N 0° 36′ 56″ E / 48.294167, 0.61555648° 17′ 39″ Nord 0° 36′ 56″ Est / 48.294167, 0.615556  
Altitude Min. 103 m – Max. 211 m
Superficie 6,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Gémages

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Gémages

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gémages

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gémages

Gémages est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Basse-Normandie, peuplée de 121 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au sud-ouest du Perche. Son bourg est à 7 km au nord-ouest du Theil, à 11 km au sud de Bellême, à 15 km au nord de La Ferté-Bernard, à 19 km à l'ouest de Nogent-le-Rotrou et à 25 km au sud-est de Mamers[1].

La commune est traversée par la Coudre.

Communes limitrophes de Gémages[2]
La Chapelle-Souëf La Chapelle-Souëf, Saint-Cyr-la-Rosière Saint-Cyr-la-Rosière
Saint-Germain-de-la-Coudre Gémages[2] Saint-Cyr-la-Rosière
Saint-Germain-de-la-Coudre Saint-Germain-de-la-Coudre, Le Theil L'Hermitière (sur environ 120 mètres),
Le Theil

Toponymie[modifier | modifier le code]

Avec réserve, René Lepelley avance une hypothèse sur la base du germanique apia, « cours d'eau », précédé d'un élément indéterminé[3] Gem-. Dans ce cas, Gémages serait à rapprocher de Gamaches (ex: Gamaches-en-Vexin, Gamapium en 707) dont le second élément est bien appia, appellatif hydronymique répandu dans le nord-ouest de l'Europe[4]. L'évolution phonétique normale de la terminaison -appia aurait dû être -appe, aippe, comme dans Jemappe (Belgique, Gamapium en 1122, Gamapia en 1150[5]) et Jemeppe[Note 2].
L'hypothèse précédente est également contredite par la forme ancienne Gemmeticum citée au XVe siècle à propos de Gémages et qui est proche en revanche des formes anciennes de Jumièges (Seine-Maritime, Gemeticum, Gemedicum, époque mérovingienne), toponyme sans doute gaulois, que François de Beaurepaire interprète comme un radical gem-, de sens inconnu, suivi d'un double suffixe -at- / -et-icum[6]. L'évolution phonétique en -age s'explique très bien par le suffixe -ATICU (-aticus /-um), elle est identique à celle rencontrée dans le mot sauvage, issu de SILVATICU (silvaticus) ou fromage de FORMATICU (formaticus).

Le gentilé est Gémageois[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995[8] mars 2014 Hubert Thibault SE Forestier
mars 2014[9] en cours Christian Bourgoin SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 121 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2007, 2012, 2017, etc. pour Gémages[11]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 3]. Gémages a compté jusqu'à 573 habitants en 1821. Elle est la commune la moins peuplée du canton du Theil.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
541 420 524 573 494 499 472 484 467
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
491 482 438 421 405 411 375 308 334
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
304 255 222 236 211 222 188 180 182
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
151 110 89 96 90 111 114 121 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. La terminaison -ache résultant d'une évolution de -appia ne doit pas surprendre : elle est semblable à celle du vieux bas francique *happja (francique happia) > hache. Elle est observée en Picardie et dans la partie nord est de la Normandie
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, afin de permettre les comparaisons entre communes selon une périodicité de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999, de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, outre les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement, que les années 2006, 2011, 2016, etc. et la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 1996 (ISBN 2-905461-80-2), p. 133
  4. François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Picard, Paris, 1986, p. 114 - 115.
  5. ibidem
  6. François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de la seine-Maritime, Picard, Paris, 1979, p. 99.
  7. « Ouest-france.fr - Mairie de Gémages » (consulté le 3 septembre 2012)
  8. « Hubert Thibault élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 5 décembre 2014)
  9. « Christian Bourgoin succède à Hubert Thibault », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 5 décembre 2014)
  10. « Gémages (61130) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 15 juin 2014)
  11. Date du prochain recensement à Gémages, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  14. « Église Saint-Martin », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Œuvres mobilières à Gémages », base Palissy, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :