Fusobacterium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fusobacterium est un genre de bactérie filamenteuse anaérobie. Elle est gram-similaire aux Bacteroides[1]. Les Fusobacterium contribuent à plusieurs maladies humaines, y compris les maladies parodontales, le syndrome de Lemierre ou des ulcères cutanés tropicaux et pourrait être une des causes du cancer colorectal[2],[3],[4]. Bien que plusieurs ressources ont déclaré le Fusobacterium comme un phénomène courant dans l'oropharynx de l'homme, le consensus actuel est de toujours considérer Fusobacterium comme un agent pathogène[5].

Les Fusobacteria ont un puissant LPS.

Espèces remarquables[modifier | modifier le code]

F. necrophorum[modifier | modifier le code]

Fusobacterium necrophorum est l'espèce de Fusobacterium responsable du syndrome de Lemierre, et semble être responsable de 10 % des maux de gorge aigus[5] et 21 % des maux de gorge récurrents[6],[7], le reste étant causé par des streptocoques du groupe A ou des virus.

D'autres complications de F. necrophorum sont la méningite, compliquée par une thrombose des veines cérébrales[8], et l'infection des voies urogénitales et des voies gastro-intestinales[9].

Les infection de F. necrophorum répondent généralement à un traitement à la pénicilline ou le métronidazole. Cette bactérie est également considérée comme la cause du pied muguet, une maladie des chevaux.

F. necrophorum est également cause de boiterie chez les ovins. L'infection est communément appelé scald, et peut durer plusieurs années sur certaines terres. En raison de sa durée de survie dans ces domaines, il est irréaliste d'essayer de l'enlever. Il infecte le plus souvent les moutons à cause de la faiblesse de leur peau. Cela peut se produire en raison d'une attente prolongée dans des sols humides ou sablonneux, qui se traduit par la dénaturation de la peau entre les tasseaux[10].

F. nucleatum[modifier | modifier le code]

Fusobacterium nucleatum est une bactérie orale, étrangère à la cavité buccale de l'homme, qui joue un rôle dans la maladie parodontale. Cet organisme est généralement récupéré de différentes infections mixte aux humains et aux animaux. C'est un élément clé de la plaque parodontale en raison de son abondance et sa capacité à s'associer avec d'autres espèces dans la cavité buccale[11].

F. polymorphum[modifier | modifier le code]

Fusobacterium polymorphum est une bactérie qui a été isolée dans la crevasse gingivale de l'homme, et a été impliquée dans l'immunopathologie des maladies parodontales. Elle a également été isolée chez les cobayes dans des études de recherche[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Modèle:Lien ouvrage
  2. http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/68254.htm
  3. http://www.cell.com/cell-host-microbe/abstract/S1931-3128%2813%2900255-2
  4. http://www.cell.com/cell-host-microbe/abstract/S1931-3128%2813%2900260-6
  5. a et b (en) Aliyu SH, Marriott RK, Curran MD, et al., « Real-time PCR investigation into the importance of Fusobacterium necrophorum as a cause of acute pharyngitis in general practice », J Med Microbiol, vol. 53,‎ 2004, p. 1029–35 (liens PubMed? et DOI?)
  6. (en) Batty A, Wren MW., « Prevalence of Fusobacterium necrophorum and other upper respiratory tract pathogens isolated from throat swabs », Br J Biomed Sci, vol. 62, no 2,‎ 2005, p. 66–70 (lien PubMed?)
  7. (en) Batty A, Wren MW, Gal M., « Fusobacterium necrophorum as the cause of recurrent sore throat: comparison of isolates from persistent sore throat syndrome and Lemierre's disease », J Infect, vol. 51, no 4,‎ 2004, p. 299–306 (liens PubMed? et DOI?)
  8. (en) Larsen PD, Chartrand SA, Adickes M., « Fusobacterium necrophorum meningitis associated with cerebral vessel thrombosis. », Pediatr Infect Dis J, vol. 16, no 3,‎ 1997, p. 330–331 (liens PubMed? et DOI?)
  9. (en) Hagelskjaer Kristensen L, Prag J., « Human necrobacillosis, with emphasis on Lemierre's syndrome. », Clin Infect Dis, vol. 31, no 2,‎ 200, p. 524–532 (liens PubMed? et DOI?)
  10. http://www.defra.gov.uk/animalh/welfare/pdf/sheeplameness.pdf
  11. (en) Kapatral V, et al., « Genome sequence and analysis of the oral bacterium 'Fusobacterium nucleatum' strain ATCC 25586. », J Bacteriol, vol. 184, no 7,‎ 2002, p. 2005–2018 (liens PubMed? et DOI?)
  12. (en) Hawley CE, Falker Jr. WA., « Anticomplementary activity of 'Fusobacterium polymorphum' in normal and C4-deficient sources of guinea pig complement. », Infect Immun, vol. 18, no 1,‎ 1977, p. 124–129

Liens externes[modifier | modifier le code]