Fusilier marin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Marine nationale.
fusilier marin
1er RFM flag guard Bastille Day 2008.jpg

Le drapeau du 1er régiment de fusiliers marins, aujourd'hui confié à l'École des fusiliers marins de Lorient, lors du 14 juillet 2008

Code ROME (France)
K1701

Un fusilier marin est un marin militaire appartenant à une spécialité destinée au combat sur terre ou en zone littorale. Ils sont aussi destinés aux opérations d'arraisonnement et de défense de navire.

Leur mission[modifier | modifier le code]

En France, les fusiliers marins font partie de la Marine nationale. Ils ont pour mission :

  • la participation à des opérations terrestres à partir de la mer ;
  • la participation à des opérations spéciales (Commando marine) ;
  • la protection des sites sensibles de la marine (bases navales et d'aéronautique navale, stations de transmissions...) ;
  • le renforcement de la protection des éléments de forces navales (maintien de l'ordre à bord et protection des navires contre les intrusions).

De nombreux pays possèdent des corps de fusiliers marins ou équivalents : les SEAL aux États-Unis, les US marines pouvant être comparés aux troupes de l'infanterie de Marine en France, les Royal Marines du Royaume-Uni, les Korps Mariniers des Pays-Bas, les fusiliers marins finlandais, les Marinir indonésiens.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

L'histoire des fusiliers marins français[modifier | modifier le code]

Soldat des compagnies franches de la marine au milieu du XVIIIe siècle

Leurs ancêtres, les compagnies franches de la marine[modifier | modifier le code]

Richelieu, en 1627, crée le régiment de la Marine destiné à donner aux navires des troupes capables de combattre sur mer ou sur terre, encadrées par les officiers des vaisseaux. Ces troupes faisaient partie des équipages des bâtiments et elles participaient aux manœuvres. L'unité de base était la compagnie franche de la marine, d'un effectif de soixante-dix hommes environ, commandée par un lieutenant des vaisseaux du Roi, secondé par deux enseignes ; elles s'illustrèrent dans toutes les colonies françaises et en particulier en Nouvelle-France. Ces formations existèrent sous divers noms jusqu'en 1825 où elles furent dissoutes par ordonnance royale et donnèrent naissance aux troupes de marine et ultérieurement coloniales, de l'armée de terre. Cette ordonnance décréta que les compagnies de débarquement seraient uniquement composées de marins de l'équipage, encadrés par les officiers du navire.

Création d'un corps spécialisé en 1856[modifier | modifier le code]

Ces compagnies manquant de personnel spécialisé dans le combat à terre, un décret impérial du 5 juin 1856 créait la spécialité de marin fusilier dont la formation fut assurée par un bataillon installé à Lorient. Ce corps spécialisé, auquel étaient confiées les fonctions de capitaine et sergent d'armes des bâtiments de la Flotte, en même temps que l'instruction et l'encadrement des corps de débarquement, est l'ancêtre direct des fusiliers marins actuels.

Depuis cette date, les fusiliers marins ont participé aux conflits suivants :

Le premier engagement des fusiliers marins dans le Nord, en novembre 1914

Pendant la guerre franco-prussienne de 1870, après le désastre de Sedan, des brigades de marins fusiliers et canonniers ont été engagées à Bapaume et pour défendre Paris au Bourget et à L'Haÿ-les-Roses notamment.
Durant la Commune de Paris en 1871, le régiment participe avec l'armée versaillaise à la semaine sanglante.

En 1900, les fusiliers marins participèrent à la protection des légations en Chine pendant la révolte des Boxers. Parmi leurs officiers se trouvaient l'enseigne de vaisseau Paul Henry tué à Pé-Tang à 23 ans et le lieutenant de vaisseau Pierre Alexis Ronarc'h qui avait 34 ans et qui deviendra quelques années plus tard contre-amiral et commandant de la brigade de fusiliers marins en 1914.

C'est en 1914 au début de la première guerre mondiale qu'on a vu s'écrire la plus grande page de l'histoire des fusiliers marins dans le cadre de la Brigade des fusiliers marins. Leur participation déterminante aux combats de Dixmude, sur l'Yser, à Longewaede, Hailles et Laffaux ont marqué les esprits[1].
Les Fusiliers marins ont également participé aux campagnes de la France libre. Ils forment d'abord un bataillon puis le 1er régiment de fusiliers marins au sein de la 1re division française libre. Les 177 commandos Kieffer qui débarquent le 6 juin en Normandie, sont des fusiliers marins issus principalement de la France libre. D'autres marins, issus principalement de l'Armée de Vichy, vont former le régiment blindé de fusiliers-marins qui s'illustrera avec la 2e DB. Accessoirement, le 30 avril 1945, les fusiliers marins Dupin de Saint-Cyr ont permis la libération de l’île d’Oléron. Débarquée à 6h02 à Gatseau, la troupe a progressé lentement en forêt où la résistance allemande a été particulièrement tenace.

En 1945, création de la brigade marine d'Extrême-Orient (BMEO) avec le RBFM et le 1er RFM. Sur la demande du général Leclerc, elle forme des brigades fluviales en 1945-46. Elles deviennent les DINASSAUTS qui opèrent au Tonkin et en Cochinchine de 1947 à 1954. En 1956, dans le cadre des opérations en Algérie, est formée la demi-brigade de fusiliers marins (DBFM) chargée du contrôle d'une partie de la frontière algéro-marocaine jusqu'en 1962. Cette demi-brigade est placée sous le commandement du CV Ponchardier. Un drapeau lui est confié. Ce drapeau est maintenant détenu par le commandant de la compagnie de fusiliers marins de Cherbourg.

Contrairement aux fusiliers marins français qui sont une spécialité de la Marine nationale, l'United States Marine Corps est un corps indépendant avec ses propres aéronefs et ses propres bâtiments, rattaché à l'US Navy. Il en est de même pour les Royal Marine Commandos de la Royal Navy.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Pinquet, Trois Etapes de la Brigade des Fusiliers marins - La Marne, Gand, Dixmude, 1918
  • G. Le Bail, Le Brigade des Jean le Gouin; Histoire documentaire et anecdotique des fusiliers marins, Paris, 1917.
  • Raymond Maggiar, Les fusiliers marins dans la division Leclerc, du débarquement en Normandie, en passant par Paris et Strasbourg jusqu'à Berchtesgaden, Paris : Albin Michel, 1947.
  • Marcel Vigneras, Rearming the French, Office of the Chief of Military History, Dept. of the Army, US, 1957
  • Adolphe Auguste Marie Lepotier, Les Fusiliers marins, Editions France, 1962.
  • Raymond Maggiar, Les Fusiliers marins de Leclerc : une route difficile vers de Gaulle, éditions France-Empire, 1984, ISBN 2704803412 or ISBN 9782704803415.
  • Charles W. Koburger, The French Navy in Indochina: Riverine and Coastal Forces, 1945-54, Praeger, 1991, ISBN 0275938336 or ISBN 9780275938338.
  • L’évolution des opérations amphibies, La Revue maritime, n° 198, avril 1963, p. 424.
  • René Bail., DBFM, demi-brigade des fusiliers marins, Rennes : Marines, 2007, ISBN 2915379572 or ISBN 9782915379570.
  • M. Alexander, France and the Algerian War, 1954-1962: Strategy, Operations and Diplomacy, Routledge, 2002, ISBN 0714682640 or ISBN 978-0714682648.
  • R. Kilian, "Les fusiliers marins en Indochine", 1948, Berger-Levrault

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Miroir numéro 50 du 1er novembre 1914.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]