Fusil Minié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fusil Minié
Image illustrative de l'article Fusil Minié
Le fusil Minié P1851 de l'armée française
Présentation
Pays Drapeau de la France France
Munitions 18 mm
Poids et dimensions
Masse (chargé) 4 kg
Longueur(s) 95,8 cm
Caractéristiques techniques
Cadence de tir 2 à 3 coups par minute

Le fusil Minié est un type de fusil qui a joué un rôle important du XIXe siècle. Il appartient à la vaste catégorie de fusils à canon rayés à avoir été développés après l'invention de la balle Minié.

Le Minié fut conçu en 1849 suivant l'invention de la balle Minié en 1847 par les capitaines de l'armée française : Claude Étienne Minié et Henri-Gustave Delvigne. Le fusil a été créé pour permettre le chargement rapide par la bouche des fusils, une innovation qui a répandu l'utilisation du fusil comme arme de champ de bataille. Il a été développé après les difficultés rencontrées par l'armée française en Afrique du Nord avec ses ennemis algériens.

Mécanisme[modifier | modifier le code]

Différents types de balles Minié.
Dans le fusil Minié, une baguette de fraisage était nécessaire pour enfoncer la balle sans endommager sa forme.
Le fusil Minié causait d'énormes blessures avec ses larges balles.

Le fusil utilisait une balle molle de forme conique-cylindrique, légèrement plus petite que l'alésage du canon, avec trois rainures extérieures graissées et une cavité conique à sa base. Pendant le coup de feu, le gaz poussait la balle à sa base, la déformant pour engager les rainures. Ceci la faisait tournoyer pour plus de précision et d'étanchéité et permettait le nettoyage des détritus de poudre.

Avant cette innovation, le fusil à canon lisse était la seule arme utilisée au combat. Quelques pistolets rayés étaient en service depuis la Renaissance, mais ils exigeait de marteler les munitions avec de la poudre à l'intérieur, créant des problèmes considérables de nettoyage. Un système à tige utilisait une goupille qui déformait la balle contre la paroi du canon quand elle était poussée au fond. Ce système était également très problématique pour le nettoyage, particulièrement avec les poudres noires de l'époque.

Le fusil Minié avait un système de percussion et pesait 4,8 kg. Ayant une précision raisonnable jusqu'à 550 m, il pouvait être équipé de lunettes de visée. Il pourrait pénétrer de 10 cm dans un pin situé à 918 m de distance. La balle avait un calibre de 17,8 millimètres et pesait 32,4 grammes.

Un essai à Vincennes en 1849 a démontré qu'à environ 15 m, la balle pouvait pénétrer deux panneaux de bois en peuplier, chacun d'épaisseur de deux cm et séparés de 50 cm l'un de l'autre. Les soldats de l'époque racontaient qu'à 1 km, la balle pouvait pénétrer un soldat et son sac à dos et tuer n'importe qui se tenant derrière lui, tuant même chaque personne jusqu'à 15 m.

Le fusil a eu une utilisation limitée dans la guerre de Crimée mais fut l'arme principale de l'infanterie dans la guerre de Sécession. Le grand calibre et la rotation à grande vitesse de ces balles causait des blessures terribles.

Usage[modifier | modifier le code]

"Teaching the negro recruits the use of the Minié rifle": dans le Harper's Weekly (Journal of Civilisation) du samedi 14 mars 1863, une gravure montre, au pied d'une falaise gabionnée surplombant une étroite plage, un groupe de soldats noirs de l'USCT sous les ordres d'un officier blanc. Au côté du soldat noir qui s'apprête à tirer avec le Springfield Model 1855 ou le nouveau Springfield Model 1861, un jeune tambour cherche des yeux la cible que l'officier montre du doigt, de l'autre côté de la rivière. Un groupe de curieux se tient sur la falaise, à bonne distance


Le fusil Minié Pattern 1851 fut utilisé par l'armée britannique de 1851 à 1855. Le système Minié a également été repris intensivement par différents fabricants, tels que la Springfield Armory nord-américaine (le Springfield Model 1855, suivi du Springfield Model 1861 furent les armes d'épaule les plus largement utilisées de la guerre de Sécession) - et par l'Arsenal royal d'Enfield (le Pattern 1853 Enfield). Les Sudistes utilisèrent aussi des copies du fusil Minié : des Springfield pris dans les arsenaux du sud ou récoltés après leurs victoires - et des Enfield achetés à la Grande-Bretagne.

En Allemagne, Bade, Hesse, Wurtemberg s'armèrent aussi d'un fusil inspiré du Minié (le Vereinsgewehr 1857), de même que l'Autriche (le fusil Lorenz).


Des fusils Minié ont également été utilisés dans la guerre de Boshin (1868-1869) au Japon, où ils ont tenu un rôle important en donnant la victoire aux forces du jeune empereur Meiji sur celles des Tokugawa, dans des rencontres telles que la bataille de Toba-Fushimi.

Obsolescence[modifier | modifier le code]

Le fusil Minié est devenu désuet en 1866 après la guerre Austro-Prussienne : les Autrichiens, équipés de ce type de fusil, furent battus par les Prussiens, qui étaient équipés du fusil Dreyse à chargement par la culasse. En France, les fusils Minié ont alors été adaptés au chargement par la culasse : cette modification comportait un couvercle articulé, d'où le nom de fusil à tabatière.

Peu après, le Chassepot fut adopté par l'armée française.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]