Fuseau horaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Fuseaux horaires)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fuseau et horaire.
Fuseaux horaires usuels

Un fuseau horaire est une zone de la surface terrestre où, à l'origine, l'heure adoptée doit être identique en tout lieu.

Ce système avait été proposé dès 1858 par le mathématicien italien Quirico Filopanti dans son ouvrage Miranda. Le premier fuseau devait être centré sur le méridien de Rome. La subdivision en fuseau permettrait de déterminer l'heure locale (L). Il était également prévu la création d'un temps universel (U) qui aurait été utilisé comme référence uniquement dans l'astronomie et les communications télégraphiques.

En suivant les idées de Filopanti, un système similaire a été proposé par l'ingénieur et géographe montréalais Sir Sandford Fleming en 1876, avec le méridien de Greenwich comme origine des temps, la ligne de changement de date au méridien 180° (est et ouest), et en divisant le globe en 24 fuseaux horaires de même taille.

La zone couverte par un fuseau, limitée par deux méridiens distants de 15°, s'étend du pôle nord au pôle sud; elle est centrée sur un méridien dont la longitude est multiple de 15°. Le premier fuseau est donc centré sur le méridien de Greenwich. Au passage d'un fuseau à l'autre l'heure augmente ou diminue d'une heure.

Fuseaux horaires usuels[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des fuseaux horaires.

Les États définissent l'heure locale sur leur territoire à l'aide d'un décalage fixe par rapport au temps universel coordonné (UTC). Ce décalage est le plus souvent égal à un nombre entier d'heures, mais certains pays emploient un décalage à la demi-heure, voire au quart d'heure.

De façon générale, les pays tendent à utiliser un fuseau horaire de telle façon que l'heure solaire moyenne sur leur territoire ne soit pas trop éloignée de l'heure légale (c'est-à-dire, par exemple, pour que le midi solaire ne soit pas trop éloigné du midi légal). Ce principe connaît cependant de nombreuses exceptions :

  • Un pays possède généralement une seule heure légale, pour des raisons évidentes d'unification de l'heure. Il peut ainsi ignorer la limite d'un fuseau si son territoire n'empiète que légèrement sur le fuseau voisin : c'est le cas de l'Allemagne à l'Ouest du pays ou de la Suède à l'Est du pays. À l'extrême, certains pays peuvent même, bien que recouvrant plusieurs fuseaux, adopter une seule et unique heure légale : c'est le cas de la Chine et de l'Inde.
  • Certains grands pays (Australie, Brésil, Canada, RD Congo, États-Unis, Indonésie, Russie, etc.) sont divisés arbitrairement en plusieurs zones afin d'éviter une trop grande différence entre l'heure légale et l'heure solaire : la limite d'application de l'heure légale suit généralement les limites de la zone ou de l'État et peut ainsi se trouver franchement décalée par rapport à la limite du fuseau d'origine. C'est également le cas de certaines dépendances éloignées, comme les DOM-TOM français, les Açores portugaises, etc.
  • Un pays peut adopter une heure autre que celle qui lui serait destinée a priori. C'est le cas de l'Espagne continentale ou de la France métropolitaine qui sont à l'heure de l'Europe centrale, donc en avance d'une heure sur le fuseau dans lequel se trouve la plus grande partie de leur territoire. Ainsi, en France, seul l'extrême Est du pays (Alsace, Corse) est bien dans le fuseau correspondant à l'heure légale, tandis que l'Espagne (hors Canaries) n'a aucune partie de son territoire dans le fuseau dont elle a l'heure, et en a même une partie, à l'extrême Ouest (Galice) qui est deux fuseaux plus tôt.
  • Certains pays ont choisi une heure ne correspondant pas à un décalage entier avec UTC. Il s'agit en général d'un décalage d'un nombre entier de demi-heures (Iran à UTC+3:30, Afghanistan à UTC+4:30, Inde à UTC+5:30) ou Australie centrale (UTC+10:30), voire dans le cas unique du Népal de quarts d'heures (UTC+5:45).
  • Une partie du monde applique un système d'heure d'été et d'heure d'hiver, créé pour réaliser des économies d'énergie (et parfois critiqué). L'heure légale peut ainsi, pendant plusieurs mois de l'année, se trouver largement décalée par rapport à l'heure du fuseau initial. À noter que deux pays d'hémisphères différents observant l'heure d'été se décalent également,[Lesquels ?] l'été dans l'hémisphère Sud correspondant à l'hiver dans l'hémisphère Nord.

Toutes ces modifications par rapport au système initial font perdre aux fuseaux horaires leur forme originale, enflée au milieu, effilée aux extrémités, au profit d'un découpage par zones.

De façon simple, un fuseau horaire peut être écrit sous la forme UTC+X ou UTC-Y, où « X » et « Y » représentent le décalage du fuseau par rapport à UTC. Les exemples suivants donnent des exemples de variation du temps local suivant plusieurs fuseaux horaires lorsqu'il est 12:00 UTC et en hiver :

Au total, l'ensemble des pays du globe utilise à l'heure actuelle 43 fuseaux ou zones horaires (en comptant UTC+8:45 qui n'est pas un fuseau officiel), dont 37 toute l'année, mais pas forcément par les mêmes pays : deux seulement à l'heure d'hiver boréale (UTC-3:30 et UTC+3:30), un uniquement à l'heure d'hiver australe (UTC+12:45), un exclusivement à l'heure d'été boréale (UTC-2:30), un dernier uniquement à l'heure d'été australe (UTC+13:45).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le temps moyen de Greenwich (Greenwich mean time en anglais, abrégé en GMT) fut établi en 1884 à la construction de l'Observatoire royal de Greenwich, afin d'aider les marins à déterminer leur longitude en mer. La première zone du monde possédant un temps uniforme fut instaurée par les chemins de fer britanniques le 1er décembre 1847, à l'aide de chronomètres synchronisés et transportés à la main. Vers le 23 août 1852, des signaux temporels furent transmis par télégraphe depuis l'Observatoire Royal. Vers 1855, environ 98 % des horloges publiques de Grande-Bretagne utilisaient GMT, mais celui-ci ne fut adopté comme heure légale que le 2 août 1880. Certaines horloges de cette période possèdent deux aiguilles des minutes : l'une pour l'heure locale, l'autre pour l'heure GMT[1].

Le 2 novembre 1868, la Nouvelle-Zélande (alors colonie britannique) adopta officiellement une heure standard destinée à être observée dans toute la colonie, probablement le premier pays à le faire. Cette heure légale était basée sur la longitude 172° 30' est de Greenwich, c'est-à-dire 11 heures et 30 minutes en avance sur GMT.

Aux États-Unis, la mesure du temps sur les chemins de fer du milieu du XIXe siècle était confuse. Chaque compagnie utilisait son propre standard, généralement basé sur son siège social ou un terminus important, et les horaires étaient publiés en concordance. Certaines jonctions importantes, partagées par plusieurs compagnies, possédaient une horloge distincte par chemin de fer, avec sa propre heure ; la gare centrale de Pittsburgh en Pennsylvanie, par exemple, utilisait six heures différentes.

Vers 1863, Charles F. Dowd proposa un système standard de fuseaux horaires pour les chemins de fer américains, bien qu'il ne publiât rien sur le sujet à ce moment-là et ne consultât les officiels des chemins de fer que vers 1869. En 1870, il imagina quatre fuseaux idéaux aux frontières droites, le premier centré sur Washington ; en 1872, le premier était centré sur le méridien 75°W de Greenwich et possédait des frontières géographiques (par exemple, des sections des Appalaches). Le système de Dowd ne fut pas accepté par les compagnies de chemin de fer américains. À la place, les compagnies américaines et canadiennes mirent en place une version proposée par William F. Allen, le rédacteur en chef du Traveler's Official Railway Guide[2]. Les frontières de ces zones passaient par les gares, souvent dans des villes importantes. Par exemple, la limite entre les zones orientale et centrale traversait Détroit, Buffalo, Pittsburgh, Atlanta et Charleston. Le système fut adopté le dimanche 18 novembre 1883, également appelé « journée des deux midis », lorsque l'horloge de chaque gare fut remise à l'heure du fuseau lorsque celle-ci atteint midi. Les cinq zones furent nommées intercoloniale, orientale, centrale, des montagnes et pacifique. Au bout d'un an, 95 % de toutes les villes de plus de 10 000 habitants (soit 200 villes) utilisaient ce système.

En 1876, le canadien Sandford Fleming proposa de généraliser le principe au monde entier, en complément de sa proposition d'une horloge standard de 24 heures qui ne serait liée à aucun méridien. En 1879, il spécifia que son jour universel devrait débuter à l'anti-méridien de Greenwich (l'actuel 180e méridien) tout en concédant que des fuseaux horaires espacés d'une heure pouvaient avoir un intérêt local limité. Il continua la promotion de son système lors de conférences internationales ultérieures. En octobre 1884, la Conférence Internationale du Méridien n'adopta pas ses fuseaux, qui n'étaient pas dans son ordre du jour, mais adopta un temps universel de 24 heures, débutant à minuit à Greenwich.

Néanmoins, avant 1929, la plupart des pays adoptèrent des fuseaux horaires en décalage d'un nombre entier d'heures par rapport à GMT.

Dénominations alphabétiques[modifier | modifier le code]

À chaque fuseau entier entre -12 et +12 est associé une lettre; de A à M sans le J pour les fuseaux de +1 à +12, de N à Y pour les fuseaux de -1 à -12 et Z pour le fuseau de référence. Ces lettres sont remplacées par un code phonétique, ce qui donne la correspondance suivante, en hiver :

fuseau horaire lettre code phonétique décalage ville région pays
UTC-12 Y Yankee 00:00
UTC-11 X X-Ray 01:00 Pago Pago Samoa américaines
UTC-10 W Whisky 02:00 Honolulu Hawaii États-Unis
UTC-9:30 V†
UTC-9 V Victor 03:00 Anchorage Alaska États-Unis
UTC-8 U Uniform 04:00 Los Angeles Californie États-Unis
UTC-7 T Tango 05:00 Calgary Alberta Canada
UTC-6 S Sierra 06:00 Mexico Mexico
UTC-5 R Romeo 07:00 New York États-Unis
UTC-4:30 Q† Vénézuela
UTC-4 Q Québec 08:00 Santiago du Chili Chili
UTC-3:30 P† 08:30 Saint-Jean Terre-Neuve Canada
UTC-3 P Papa 09:00 São Paulo Brésil
UTC-2 O Oscar 10:00 Fernando de Noronha Brésil
UTC-1 N November 11:00 Praia Cap-Vert
UTC Z Zoulou 12:00 Londres Royaume-Uni
UTC+1 A Alpha 13:00 Paris France
UTC+2 B Bravo 14:00 Le Caire Égypte
UTC+3 C Charlie 15:00 Moscou Russie
UTC+3:30 C† 15:30 Téhéran Iran
UTC+4 D Delta 16:00 Dubaï Émirats arabes unis
UTC+4:30 D†
UTC+5 E Echo 17:00 Karachi Pakistan
UTC+5:30 E† 17:30 Bombay Inde
UTC+5:45 E‡ 17:45 Kathmandu Népal
UTC+6 F Foxtrot 18:00 Dhaka Bangladesh
UTC+6:30 F† 18:30 Rangoon Myanmar
UTC+7 G Golf 19:00 Jakarta Indonésie
UTC+8 H Hôtel 20:00 Hong Kong Chine
UTC+8:45 H‡
UTC+9 I India 21:00 Tokyo Japon
UTC+9:30 I† 21:30 Adélaïde Australie-Méridionale Australie
UTC+10 K Kilo (et pas Juliet) 22:00 Sydney Nouvelle-Galles du Sud Australie
UTC+10:30 K†
UTC+11 L Lima 23:00 Nouméa Nouvelle-Calédonie France
UTC+11:30 L†
UTC+12 M Mike 00:00 (le jour suivant) Auckland Nouvelle-Zélande
UTC+12:45 M‡ Îles Chatham
UTC+13 M† 01:00 (le jour suivant) Nuku'alofa Tonga
UTC+14 M†

Régions polaires[modifier | modifier le code]

Les stations scientifiques dans l'Arctique et en Antarctique utilisent généralement le fuseau horaire de leurs bases de ravitaillement. Ainsi, la station Amundsen-Scott, située au pôle sud, utilise le fuseau horaire de la Nouvelle-Zélande : UTC +12 pendant l'hiver austral, UTC +13 pendant l'été austral : cette station respecte donc l'heure d'été, avançant ou reculant l'horaire en pleine nuit antarctique.

Les zones qui ne possèdent pas d'installation scientifique n'ont pas de fuseau horaire officiel. Près du pôle Nord, il est possible d'utiliser le fuseau horaire UTC+0 par convention[3].

Eaux internationales[modifier | modifier le code]

Les bateaux naviguant dans les eaux internationales observent généralement des changements d'heure entiers au passage des méridiens qui limitent les fuseaux horaires tels qu'ils étaient définis à l'origine. Il n'y a pas cependant de convention fixe en la matière, les navires utilisant ce qui leur semble le plus pratique.

Modifications[modifier | modifier le code]

Certaines zones du globe ont adopté des fuseaux horaires différents au cours de l'histoire. Les raisons peuvent être diverses, par exemple :

  • Se rapprocher d'un décalage entier avec UTC (ou GMT lorsque celui-ci était la référence) : c'est la cas de la Malaisie en 1905, qui passa de GMT+6:46:48 à GMT+7.
  • L'occupation militaire d'un pays par un autre : la France passa de GMT+0 à GMT+1 et les Pays-Bas de GMT+0:20 à GMT+1 en 1940 à la suite de l'invasion allemande, la Malaisie de GMT+7:30 à GMT+9 à la suite de l'invasion japonaise en 1942.
  • Obtenir une heure légale plus uniforme sur tout un pays. En 1949, les zones occidentales de la Chine passèrent de GMT+6 à GMT+8 afin d'obtenir la même heure dans tout le pays. À la fin de 1994, les parties orientales des Kiribati sautèrent d'UTC-11 et UTC-10 à UTC+13 et UTC+14, afin d'éviter que le pays ne soit traversé par la ligne de changement de date.
  • Des ajustements ponctuels, le plus souvent en rapport avec l'heure solaire (Kirghizstan de UTC+5 à UTC+6 en 2005, Géorgie de UTC+4 à UTC+3 en 2004, etc.)
  • Les îles Samoa passent de l'autre côté de la ligne de changement de date le 31 décembre 2011, pour des raisons commerciales : passer de plus de vingt heures de décalage horaire à trois heures avec l'Australie, leur principal partenaire commercial.
  • La Russie a supprimé 2 fuseaux horaires à l'occasion du changement d'heure en mars 2010. Afin de rapprocher l'est du pays des horaires de la capitale occidentale. La Russie est alors passée de 11 fuseaux horaires à 9[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Bristol Timedow », greenwichmeantime.com (consulté le 07/01/2008)
  2. (en) [PDF] Matthew W. White, « Economics of Time Zones »,‎ 03/2005 (consulté le 07/01/2008)
  3. voir par exemple www.arctic.noaa.gov
  4. Benjamin Quénelle, « La Russie supprime deux fuseaux horaires pour rapprocher l'Extrême-Orient de la capitale »,‎ 2010 (consulté le 25 octobre 2013)

Articles connexes[modifier | modifier le code]