Fumiko Kaneko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fumiko Kaneko
金子 文子

alt=Description de l'image Kaneko.png.
Naissance 25 janvier 1903
Drapeau du Japon Yokohama, Japon
Décès 23 juillet 1926 (à 23 ans)
Drapeau du Japon Utsunomiya, Japon
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Profession
Anarchiste, nihiliste
Park Yeol (en) et Kaneko.
Kaneko en prison en 1925.

Fumiko Kaneko (金子 文子?), née le 25 janvier 1903 à Yokohama et décédée en prison à l'âge de 23 ans le 23 juillet 1926, est une anarchiste et nihiliste japonaise, arrêtée et condamnée pour conspiration contre l'empereur Hirohito en soutien au mouvement d'indépendance coréen (en)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Kaneko est la fille d'un ancien policier et d'une ouvrière. Elle passe les neuf premières années de sa vie en tant qu'enfant non enregistré, ce qui devrait l'empêcher de recevoir une éducation officielle, son existence n'étant pas reconnue par la société. Sa mère parvient cependant en insistant à la faire accepter dans des cours scolaires.

Après que sa mère ait essayé sans succès de la vendre à une maison close, Kaneko est envoyée vivre chez sa grand-mère paternelle en Corée à l'âge de neuf ans. Femme fortunée, la parente enregistre Fumiko Kaneko comme sa propre fille et promet de lui donner une bonne éducation. Kaneko est une enfant intelligente qui reçoit ainsi une éducation similaire - tant dans le fond que dans la durée - à celle de ses camarades de classe masculins. Mais sa grand-mère désapprouve son attitude et commence rapidement à abuser d'elle. La famille maternelle de Kaneko apprend ces mauvais traitements et décide de la ramener au Japon.

Son rejet de toute autorité est peut être dû aux traitements qu'elle a reçu de ses parents et de sa grand-mère, mais ses observations en Corée ont renforcé sans aucun doute sa vision de la vie en tant que lutte pour la survie où les forts abusent et exploitent les plus faibles. Elle embrasse finalement la pensée anarchiste et la philosophie nihiliste et fait cause commune avec Park Yeol (en), un anarchiste coréen[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patricia Buckley; Walthall, Anne; Palais, James B. Ebrey, East Asia: A Cultural, Social, and Political History, Houghton Mifflin Company,‎ 2006 (ISBN 0-618-13384-4), p. 478
  2. Kaneko Fumiko, “What Made Me Do What I Did” (ca. 1923-1926; ch. 4, “The Road to Nihilism” of Mikiso Hane, trans. and ed., Reflections on the way to the gallows: rebel women in prewar Japan, Berkeley: University of California Press, 1988: 75-124)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Hélène Bowen Raddeker, Treacherous women of Imperial Japan: Patriarchal Fictions, Patricidal Fantasies, London, Routledge,‎ 1997 (ISBN 0-415-17112-1)
  • (en) Reflections on the Way to the Gallows: Rebel Women in Prewar Japan, Berkeley, University of California Press,‎ 1993 (ISBN 0-520-08421-7)
  • (en) Fumiko Kaneko, The Prison Memoirs of a Japanese Woman, Armonk, N.Y., M.E. Sharpe,‎ 2001 (ISBN 0-87332-802-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) « Park Yeol, Kaneko Fumiko, and Korean Anarchism »,‎ 1 février 2007 (consulté le 3 janvier 2009)
  • (en) Hélène Bowen Raddeker, « Resistance to Difference: Sexual Equality and its Law-ful and Out-law (Anarchist) Advocates in Imperial Japan », Intersections: Gender, History and Culture in the Asian Context, no 7,‎ mars 2002 (lire en ligne)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]