Full Service

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Full Service
Auteur Scotty Bowers
Lionel Friedberg
Genre Autobiographie
Version originale
Titre original Full Service: My Adventures in Hollywood and the Secret Sex Lives of the Stars
Éditeur original Groove Press
Langue originale Anglais
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de parution originale 2012
ISBN original 978-0-8021-2007-6
Version française
Traducteur Christian Séruzier
Éditeur Hugo-Doc
Date de parution 4 avril 2013
Nombre de pages 320
ISBN 2755611693

Full Service, sous-titré en France « Sexe, amours et secrets de stars à Hollywood », est un livre paru en avril 2013 chez Hugo-Doc. C'est une traduction par Christian Séruzier de Full Service: My Adventures in Hollywood and the Secret Sex Lives of the Stars, paru simultanément aux États-Unis et au Canada en 2012. L'auteur, Scotty Bowers, dont les souvenirs sont recueillis pas Lionel Friedberg, y narre les relations sexuelles qu'il a favorisées ou auxquelles il a participé à Hollywood entre 1950 et 1980.

Une autobiographie[modifier | modifier le code]

Scotty Bowers combat comme Marine durant la Seconde Guerre mondiale, notamment à Pearl Harbor[1]. En 1944, il est pompiste à Hollywood[2]. « Beau jeune homme de 1,85 m aux yeux bleus »[3], il rencontre sur son lieu de travail l'acteur Walter Pidgeon qui lui propose des relations sexuelles. Il devient rapidement entremetteur[2] pour des clients gays ou hétérosexuels[1] dans le monde hollywoodien, ayant lui-même des relations sexuelles avec des personnalités du cinéma[1].

Selon Scotty Bowers, par exemple, George Cukor aime pratiquer des fellations à de « jeunes éphèbes »[2],[1], Katharine Hepburn n'a que des relations lesbiennes, Errol Flynn a des relations avec des mineures[2],[1],

Réception critique[modifier | modifier le code]

Emily Barnet, pour Les Inrocks, s'interroge : Bowers « serait-il un peu mytho sur les bords », et écrit qu'« en prônant le sexe à tous crins, l’érotisme frénétique, Bowers oppose un hédonisme jouisseur au diktat de la bienséance, de l’hygiénisme moral »[1]. Selon François Forestier pour Le Nouvel Observateur : « Ici, nous ne sommes pas dans les ragots, les on-dits, les potins, les rumeurs. Foin de l’hypocrisie des chroniqueurs des journaux féminins. Scotty Bowers dit tout, direct. Chez lui, le péché, la honte n’existent pas »[2]. Pour The Guardian, la passage le plus choquant est lorsque l'auteur prétend que Édouard VIII abdiqua parce que lui et Wallis Simpson étaient homosexuels[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Emily Barnett, « Les partouzes du Hollywood d'après-guerre, racontées par Scotty Bowers », Les Inrockuptibles,‎ 16 avril 2013 (consulté le 26 juin 2013)
  2. a, b, c, d et e François Forestier, « Vice et service », Le Nouvel Observateur,‎ mars 2012 (consulté le 26 juin 2013)
  3. Jean-Pierre Lacomme, « Les dessous X de Hollywood », Le Journal du dimanche,‎ mars 2013 (consulté le 26 juin 2013)
  4. (en) Joanna Walters, « Sex fixer to the stars lifts lid on scandal in Hollywood's golden age », The Guardian,‎ février 2012 (consulté le 29 juin 2013)