Fujikawa-shuku

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

34° 54′ 40″ N 137° 13′ 23″ E / 34.911, 137.223 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fuji et Fuji-kawa (fleuve).
Fujikawa-juku dans les années 1830, estampe d'Hiroshige de la série les Cinquante-trois Stations du Tōkaidō.

Fujikawa-shuku (藤川宿, Fujikawa-shuku?) (parfois Fujikawa-juku) était la trente-septième des cinquante-trois stations qui jalonnaient la route du Tōkaidō, l'axe majeur dans le Japon de l'ère Edo. Elle se situait dans la ville actuelle de Okazaki, dans la préfecture d'Aichi, au Japon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fujikawa-shuku (藤川宿, Fujikawa-shuku?) était la trente-septième des cinquante-trois stations du Tōkaidō. Elle est située dans la ville moderne de Okazaki, préfecture d'Aichi au Japon. Elle se trouvait approximativement à 9 km de Akasaka-juku, la station précédente. Un autre nom possible pour cette ville-étape est « Fujikawa-juku ».

Au temps de sa plus grande prospérité, Fujikawa-juku comptait 302 bâtiments, dont une honjin, une honjin secondaire et 36 hatago pour une population totale d'approximativement 1 200 résidents.

L'estampe classique ukiyoe d'Ando Hiroshige (édition Hoeido) de 1831-1834 montre une procession de daimyō lors d'un sankin kōtai pénétrant dans la station, ce qui était chose courante. On voit trois roturiers s'agenouiller tandis que passe la suite du seigneur[1].

La municipalité de la ville d'Okazaki s'est beaucoup investie pour maintenir cette ancienne station comme destination touristique. En plus d'avoir créé le « Musée des Archives Fujikawa-shuku » à l'intérieur de la waki honjin préservée (qui détaille l'histoire de la ville-étape), la ville a entretenu un certain nombre d'anciens éléments urbains tels que de vieux lampadaires des rues et des maisons traditionnelles aux fenêtres à meneaux. Une rangée de vieux pins s'étendant sur près d'un kilomètre indique l'emplacement de l'ancienne route du Tōkaidō.

La station est distante de la précédente shukuba (station d'étape), Akasaka-juku, d'environ 9 km.

À Okazaki se trouve le Musée des archives de Fujikawa-shuku, où est détaillée l'histoire de la station ; il reste également une honjin (auberge pour les envoyés du gouvernement) encore préservée.

Stations voisines[modifier | modifier le code]

Tōkaidō
Akasaka-juku - Fujikawa-shuku - Okazaki-shuku

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Patrick Carey, Rediscovering the Old Tokaido:In the Footsteps of Hiroshige, Global Books UK, 2000 (ISBN 1901903109)
  • (en) Reiko Chiba, Hiroshige's Tokaido in Prints and Poetry, Tuttle, 1982 (ISBN 0804802467)
  • (en) Jilly Traganou, The Tōkaidō road: traveling and representation in Edo and Meiji Japan, Routledge,‎ 2004 (ISBN 9780415310918)
  • Gabriele Fahr-Becker, L'Estampe japonaise, Taschen,‎ 2006 (ISBN 978-3-8228-2057-5)
  • Gisèle Lambert et Jocelyn Bouquillard, Le Tōkaidō d'Hiroshige, Bibliothèque de l'image,‎ 2002 (ISBN 2-914239-69-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]