Froyelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Froyelles
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Crécy-en-Ponthieu
Intercommunalité Communauté de communes Authie-Maye
Maire
Mandat
Bella Toutain-Hecquet
2014-2020
Code postal 80150
Code commune 80371
Démographie
Population
municipale
113 hab. (2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 13′ 42″ N 1° 55′ 43″ E / 50.2283333333, 1.9286111111150° 13′ 42″ Nord 1° 55′ 43″ Est / 50.2283333333, 1.92861111111  
Altitude Min. 49 m – Max. 82 m
Superficie 2,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Froyelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Froyelles

Froyelles est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est entourée des villages de Fontaine-sur-Maye, Brailly-Cornehotte, Domvast, Marcheville et Crécy-en-Ponthieu.

Abbeville est à une quinzaine de kilomètres par la route.

Sol, sous-sol, relief, hydrographie[modifier | modifier le code]

Le sol, crayeux, est d'origine tertiaire et quaternaire. D'épaisseur variable, la terre végétale est relativement perméable. Le sous-sol, délité dans les couches supérieures, se révèle marneux et composé de tuf en profondeur. Des silex de taille moyenne parsèment le territoire, par ailleurs également siliceux[1]. Du côté de Brailly-Cornehotte, l'argile est plus présente. Des traces de craie phosphatée ont été détectées vers Marcheville[1].

Le relief est peu prononcé : il est en pente douce, de Marcheville à la vallée de la Maye.

Le lieu-dit La Hayette se situe sur un petit plateau.

Éloignée de 30 km de la Manche à vol d'oiseau, la localité bénéficie d'un climat particulièrement tempéré. Les vents de sud-ouest ou nord-ouest sont atténués par des bois et des rideaux d'arbres[1].

Une nappe peu profonde alimente les puits fournissant l'eau pour les besoins domestiques (en 1899). Une deuxième nappe, plus profonde, située sous les tufs peut également être exploitée[1].

Les eaux de ruissellement s'écoulent de manière plus rapide entre Le Préel et le chef-lieu de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Frocria (1154) et Froielle (1688) sont relevés[1]'[2].


Histoire[modifier | modifier le code]

  • Le samedi 26 août 1346 après-midi, c'est par la vallée de Froyelles, en suivant le chemin de Vadicourt que l'on nomme encore le « Chemin de l'armée », que le premier corps d'hommes en armes du comte d'Alençon engagea la bataille de Crécy, quoique l'ordre n'ait jamais été formé[3].
  • La seigneurie appartient au comte de Saisseval en 1567[1].
  • En 1638, le village demande à être dispensé du paiement de la taille. En effet, il ne s'est pas encore remis des ravages causés par l'armée espagnole lors de ses incursions en août 1635[1].
  • En 1682, Nicolas Jacomel, écuyer, est sieur de Froyelles[4].
  • Le comte Claude François de Saisseval(1683-1748) épousera la fille Jacomel[5].
  • Une description du village est donnée en 1763[1] :

- « Le seigneur de Froyelles est alors le sieur Dupuis ;

- Marcheville, hameau en dépendant est alors au seigneur Bourrée ;

- La Hayette est un fief et une ferme, propriétés de M. Dompierre de Fontaine ;

- Le Préier est cité comme fief et ferme, aussi à M. Bourrée.

Les terres sont médiocres. »

  • Un moulin à vent, utilisé autrefois pour la mouture des céréales, n'existe déjà plus à la fin du XIXe siècle.
  • Au XIXe siècle, époque des diligences, le siège de la gendarmerie était situé à Froyelles. En 1899, il est la propriété du maire du village, M. Mannessier[1].
  • À la fin du XIXe siècle, on recense 35 chevaux, 116 bovins dont 35 vaches à lait, 60 moutons et 35 porcs. Un entrepôt de vins et eaux-de-vie a été créé sur le territoire[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
en cours en 1899   Mannessier[1]    
    Robert Desjardins    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Germain Glachant    
mars 2008[6] en cours
(au 6 mai 2014)
Bella Toutain-Hecquet   Réélue pour le mandat 2014-2020[7]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 113 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
143 140 144 114 142 175 158 166 164
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
150 124 128 117 93 125 116 110 105
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
128 116 114 98 96 103 100 89 90
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
74 68 59 56 55 66 92 99 113
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Froyelles, XVIe siècle, XVIIIe siècle et XIXe siècle.
  • Église Saint-Pierre de Froyelles et Christ.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Alfred Desjardins (1853-1958), saint-cyrien, colonel, Officier de la légion d'Honneur.

Raoul Desjardins, (1890-1967), saint-cyrien, officier d'artillerie, écrivain ("Avec mes Sénégalais par delà l'Euphrate", "Contre ta joue"), chevalier de la légion d'Honneur.

Robert Desjardins, (1893-1959), engagé volontaire dans l'armée serbe de 1914 à 1918, chevalier de la légion d'Honneur, maire de Froyelles.

Max Desjardins, (1895-1991), saint-cyrien dans la promotion Montmirail, officier de cavalerie puis navigateur dans l'Armée de l'Air, chevalier de la légion d'Honneur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Notice géographique et historique réalisée en 1899 par l'instituteur de Froyelles, M. Lourdelle, Archives départementales de la Somme, Amiens.
  2. http://archives.somme.fr/ark:/58483/a011261413542GTFEz3/1/1
  3. François-César Louandre, Histoire ancienne et moderne d'Abbeville et de son arrondissement, 606 pages, imp. A. Boulanger, Abbeville, 1834, p. 417.
  4. Lefebvre, Histoire de la ville de Calais et du Calaisis  : précis de l'histoire de Morins, éditeur : Paris, G.-F. de Bure le jeune, 1766, p. 689.
  5. François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies..., 1778, tome 12, Badier, p. 479.
  6. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 31 août 2008)
  7. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :