Front du Moyen-Orient (Première Guerre mondiale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Front du Moyen-Orient
(Première Guerre mondiale)
La Prise de Lone Pine, peinture de la bataille de Lone Pine (en) de 1915.
La Prise de Lone Pine, peinture de la bataille de Lone Pine (en) de 1915.
Informations générales
Date du 29 octobre 1914 au 30 octobre 1918
Lieu Moyen-Orient
Issue Victoire alliée
Belligérants
Drapeau de la Russie Impériale Empire russe

Flag of the United Kingdom.svg Empire britannique

Drapeau de la France France

Flag of Hejaz 1917.svg Rebelles arabes
Flag of the Democratic Republic of Armenia.svg République démocratique d'Arménie
Flag of Italy (1861-1946).svg Royaume d’Italie

Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman

Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Drapeau de la République démocratique d'Azerbaïdjan République démocratique d'Azerbaïdjan
Flag of the Mountainous Republic of the Northern Caucasus.svg République montagnarde du Nord-Caucase
Flag of Persia (1910-1925).svg Mouvement constitutionnaliste du Gilan
Flag of Libya (1951).svg Sanussi
Flag of the Emirate of Ha'il.svg Al Rashid
Flag of the Republic of the Rif.svg Rebelles marocains

Pertes
771 844 tués[1]
763 753 blessés[1]
145 104 prisonniers[1]
500 000 désertions[1]
inconnues
Batailles
Front du Moyen-Orient

Afrique du Nord · Caucase · Perse · Dardanelles · Mésopotamie · Sinaï et Palestine · Ctésiphon (11-1915) · Kut-el-Amara (12-1915) · Magdhaba (12-1916) · Révolte arabe · Rafa (1-1917) · Bagdad (3-1917) · 1re Gaza (3-1917) · 2e Gaza (4-1917) · Aqaba (7-1917) · Beer-Sheva (10-1917) · 3e Gaza (11-1917) · Megiddo (9-1918)


Front italien


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l'Est


Front africain


Bataille de l'Atlantique

Le front du Moyen-Orient de la Première Guerre mondiale a été ouvert du 29 octobre 1914 au 30 octobre 1918. Les belligérants étaient l'Empire ottoman, assisté des autres puissances centrales, et principalement les empires britannique et russe parmi les Alliés, assistés de la France et de l'Italie.

En plus des forces régulières les belligérants ont utilisé des forces asymétriques dans la région. Il y avait du côté des Alliés les révoltés arabes et la milice arménienne participant à la résistance contre l'Empire ottoman. Les unités de volontaires arméniens et la milice formaient le Corps arménien de la République démocratique d'Arménie en 1918. Ce front a été le plus large de tous ceux de la Première Guerre mondiale.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

En 1914, l'Europe est divisée entre deux systèmes d'alliances : la Triplice et l'Entente. Dès 1906, la prévision d'une guerre au cours de laquelle les troupes germanoturques prendraient l'Égypte en traversant le canal de Suez et provoqueraient une révolte de l'Afrique musulmane déstabilisant ainsi les colonies de l'Entente poussent les Britanniques à élaborer un plan pour intimider les Orientaux et les forcer à signer une paix séparée.

Ce plan prévoyait une action offensive à la fois navale et terrestre pour prendre possession des Détroits, menacer Constantinople et obliger ainsi la Grande Porte à la paix. Une telle offensive nécessitait un grand déploiement de navires de guerre ainsi que d'importantes troupes d'infanterie.

Déroulement du conflit[modifier | modifier le code]

Le front sera théâtre de cinq campagnes principales : celles du Sinaï et de la Palestine, de Mésopotamie, du Caucase, perse et des Dardanelles. On peut également citer les campagnes d'Afrique du Nord, d'Arabie du Sud et la Grande révolte arabe de 1916-1918 contre l'autorité de l'Empire ottoman.

La participation de la Russie prit fin avec l'armistice d'Erzincan du 5 décembre 1917, avant le désengagement total de la Russie révolutionnaire avec le traité de Brest-Litovsk. le 3 mars 1918.

Les Arméniens attendirent la conférence pour la paix de Trabzon le 14 mars 1918 qui mena au traité de Batoumi du 4 juin 1918. Les Ottomans acceptèrent l'armistice de Moudros avec les Alliés le 30 octobre 1918, et signèrent le traité de Sèvres le 10 août 1920 ainsi que le traité de Lausanne le 24 juillet 1923.

Campagne d'Afrique du Nord[modifier | modifier le code]

Elle opposa principalement les Senoussi et des tribus berbères, appuyées par l'Empire ottoman et l'Empire allemand, au Royaume-Uni, à l'Italie et à la France dans le sud-ouest de la Libye et en Tripolitaine. Les Ottomans avaient l'intention d'ouvrir un nouveau front afin d'attirer les troupes britanniques combattant dans le Sinaï et en Palestine afin de réduire la pression que les Allemands subissaient de la part des Alliés sur d'autres fronts. Les Italiens, qui souhaitaient conserver les gains territoriaux qu'ils avaient faits par le biais du traité de Lausanne, participèrent au conflit.

Campagne de Sinaï et de Palestine[modifier | modifier le code]

En 1917, les Britanniques étendent leur zone d'opération contre la Palestine ottomane dans deux batailles infructueuses à Gaza en mars et avril. Le 26 mars 1917, le général britannique sir Archibald Murray commence à envahir la province turque en tentant de percer la ligne Gaza-Beer-Sheva avec 16 000 soldats. L'attaque dirigée par les unités sous les ordres du général sir Charles Dobell est un échec en raison d'une mauvaise organisation des Britanniques, d'un manque de communication entre les unités d'infanterie et de cavalerie, d'une pénurie d'eau potable et de la résistance turque.

Les Turcs, qui disposent du même nombre de soldats, dans ce qui deviendra la première bataille de Gaza, perdent 2 500 hommes lors des combats, tandis que les pertes britanniques s'élèvent à près de 4 000 hommes. Murray est cependant autorisé à lancer une deuxième attaque contre les Turcs.

Campagne de Mésopotamie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Campagne de Mésopotamie.

De 1914 jusqu'à la fin de la guerre en 1918, les forces britanniques et indiennes affrontent les forces ottomanes bien supérieures en nombre en Mésopotamie.

En 1914, les Britanniques possédaient les riches gisements pétrolifères du Koweït mais ils rêvaient de s'emparer de la région de Bassorah, elle aussi riche en pétrole et aux mains de l'Empire ottoman. L'entrée en guerre de la Turquie le 29 octobre 1914 aux côtés des Allemands va permettre aux Britanniques de s'emparer de la Mésopotamie et de ses richesses[2].

Les Britanniques décident de réagir suite à l'entrée en guerre de la Turquie et envoient la 6e division indienne débarquer en Mésopotamie afin de protéger le pétrole koweïtien. La raffinerie de pétrole d'Abadan est prise début novembre. Mais pour la protéger des contre-attaques turques, la prise de Bassorah est nécessaire. La 6e division indienne s'élance à l'attaque de la ville le 14 novembre 1914 et finit par s'en emparer le 23 novembre.

Campagne du Caucase[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Campagne du Caucase.

La campagne du Caucase s'étendit du Caucase à l'Anatolie orientale jusqu'à Trabzon, Bitlis, Muş et Van. La flotte russe se déploya dans la région de la mer Noire contrôlée par l'Empire ottoman.

Le 23 février 1917, l'avancée russe fut stoppée par la Révolution russe et par la suite l'Armée du Caucase en pleine désintégration fut remplacée par les forces armées de l'Arménie nouvellement créée comprenant les volontaires et les irréguliers arméniens.

En 1918, la région vit également la création de la République de Caspienne centrale et de la République démocratique d'Arménie, ainsi que l'arrivée d'une armée alliée du nom de Dunsterforce composée de troupes d'élite issues des Fronts de Mésopotamie et de l'ouest. L'Empire ottoman et l'Allemagne s'affrontèrent à Batoumi lors de l'arrivée de l'expédition allemande dans le Caucase dont la mission principale était de sécuriser les champs de pétrole.

Le 3 mars 1918, la campagne se termina entre l'Empire ottoman et la Russie avec la signature du traité de Brest-Litovsk et le 4 juin, l'Empire ottoman signa le traité de Batoumi avec l'Arménie. Cependant, il resta en guerre avec la République de Caspienne centrale, l'Arménie orientale ayant fait sécession et la Dunsterforce de l'Empire britannique jusqu'à l'armistice de Moudros signé le 30 octobre 1918.

Campagne de Perse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Campagne perse.

La Perse – l'actuel Iran – était neutre lors de la Première Guerre mondiale, mais a été affectée par la rivalité entre les Alliés et les empires centraux. La Perse a des réserves significatives de pétrole et est stratégiquement située entre l'Afghanistan et trois États participant au conflit : l'Empire ottoman, la Russie et l'empire britannique.

Le seul combat principal dans ce théâtre d'opération s'est produit quand une force composée principalement de Russes s'est déplacée au sud à travers la Perse occidentale, afin d'essayer d'aider la garnison britannique assiégée à Kut, vers la fin de 1915, mais ils étaient toujours à 90 kilomètres de la frontière mésopotamienne quand les forces britanniques assiégés se sont rendues.

Des accrochages mineurs se sont produits dans ce secteur tout le reste de la guerre, la plupart du temps autour de la ville de Hamadan. La Russie a eu des vues au cours de ces opérations, espérant atteindre le golfe Persique et y établir un port, mais elle n'a pu atteindre cet objectif.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Ordered to Die: A History of the Ottoman Army in the First World War By Huseyin (FRW) Kivrikoglu, Edward J. Erickson Page 211
  2. Les Canonnières du Tigre 1914-1917, Vice-amiral Wilfrid NUNN, commandant des forces navales en Mésopotamie, Payot, 1933

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David R. Woodward, Hell in the Holy Land: World War I in the Middle East. Lexington, 2006. (ISBN 978-0-8131-2383-7)
  • (en) Paul Muratoff, Caucasian Battlefields, A History of Wars on the Turco-Caucasian Border, 1828-1921, Nashville, 1999. (ISBN 0-89839-296-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]