Fronsac (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fronsac.
Fronsac
Fronsac (vue prise depuis Libourne)
Fronsac (vue prise depuis Libourne)
Blason de Fronsac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Libourne
Canton Fronsac (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Fronsac
Maire
Mandat
Marcel Durant
2014-2020
Code postal 33126
Code commune 33174
Démographie
Gentilé Fronsadais
Population
municipale
1 126 hab. (2011)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 55′ 29″ N 0° 16′ 18″ O / 44.9247222222, -0.271666666667 ()44° 55′ 29″ Nord 0° 16′ 18″ Ouest / 44.9247222222, -0.271666666667 ()  
Altitude Min. 1 m – Max. 84 m
Superficie 15,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Fronsac

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Fronsac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fronsac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fronsac

Fronsac (pron. [fɾũ'sat] en gascon) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Aquitaine). La ville a donné son nom à l'AOC Fronsac.

Ses habitants sont appelés les Fronsadais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune située dans le Fronsadais est limitée au sud par la Dordogne et à l'est par l'Isle qui la sépare de Libourne. À 40 km au nord-est de Bordeaux et à 5 km au nord-ouest de Libourne et des appellations Saint-Émilion et Pomerol.

L'Autoroute A89 traverse la Dordogne via le Viaduc du Mascaret situé sur la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le tertre de Fronsac doit son histoire à sa position privilégiée. Les Gaulois y faisaient leur marché, Rome y éleva un autel, Charlemagne un camp fortifié. En 849, Fronsac est pillée par le chef viking Hasting[2]. Le maréchal de Richelieu y bâtit une « folie », demeure à l’architecture extravagante, qui fût le théâtre de fêtes galantes dont l’écho propagea le renom des vins de Fronsac à la Cour de Versailles. Au XVIIIe siècle, les noms de Fronsac et Canon-Fronsac jouissent d’une forte réputation. C’est ici qu’apparaît pour la première fois dans le Libournais, la notion de « cru ».

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Fronsac se blasonnent ainsi :

D'azur à trois demi-pals d'or mouvant du chef.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 en cours Marcel Durant[3] UMP Exploitant agricole retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 126 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 389 1 339 1 295 1 405 1 490 1 529 1 440 1 475 1 505
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 470 1 560 1 517 1 547 1 487 1 460 1 450 1 457 1 444
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 422 1 404 1 302 1 204 1 265 1 190 1 231 1 205 1 264
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 230 1 155 1 129 1 170 1 067 1 042 1 028 1 036 1 049
2011 - - - - - - - -
1 126 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Italie Pasiano di Pordenone (Italie) depuis 1999[7]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants des communes françaises sur habitants.fr, consulté le 6 décembre 2011.
  2. Michel Dillange, Les comtes de Poitou, ducs d'Aquitaine : 778-1204, Mougon, Geste éd., coll. « Histoire »,‎ 1995, ill., couv. ill. en coul. ; 24 cm, 303 p. (ISBN 2-910919-09-9, ISSN 1269-9454, notice BnF no FRBNF35804152), p. 56.
  3. Commune de Fronsac sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 6 décembre 2011.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. Jacques Gardelles - Aquitaine gothique - p. 182-183 - Picard - Paris - 1992 - ISBN 2-7084-0421-0
  7. Annuaire des villes jumelées

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Galerie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]