Fritz Lindemann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lindemann.
Fritz Lindemann
Naissance 11 avril 1894
Charlottenburg, Berlin
Décès 22 septembre 1944 (à 50 ans)
Berlin
Allégeance Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand (en 1918)
Drapeau de l'Allemagne Republique de Weimar (en 1933)
Drapeau de l'Allemagne nazie Troisième Reich
Arme Balkenkreuz.svg Heer
Grade General der Artillerie
Années de service 1912 – 1944
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Commandement Artilleriekommandeur 138
132. Infanterie-Division
Distinctions Croix de chevalier de la Croix de fer
Croix allemande

Fritz Lindemann (11 avril 1894 à Berlin - 22 septembre 1944 à Berlin), est un General der Artillerie allemand au sein de la Heer dans la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il a été récipiendaire de la Croix de chevalier de la Croix de fer. Cette décoration est attribuée en reconnaissance d'un acte d'une extrême bravoure ou d'un succès de commandement important du point de vue militaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fritz Lindemann est né à Charlottenburg, Berlin. Il entre dans le service actif le 12 mars 1912 en tant que Fahnenjunker dans la Kaiserliche Armee au sein de la 4. Garde-Feldartillerie-Regiment (4e régiment de l'artillerie de campagne de la Garde). Après la fin de la Première Guerre mondiale, il est membre temporaire de la délégation de paix allemande à Versailles. Il sert ensuite dans la Reichswehr dans la formation du personnel.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il sert en Pologne, en France et sur le Front de l'Est. Lindemann prend le commandement de la 132. Infanterie-Division de janvier 1942 à août 1943, avant sa nomination en tant que chef d'état-major de l'artillerie Oberkommando des Heeres. Il développe également des contacts avec des conspirateurs contre Adolf Hitler, dont le général Helmuth Stieff et suite à l'assassinat d'Hitler il lui est proposé qu'il lise la proclamation des conspirateurs pour le peuple allemand à la radio, mais il ne recevrra jamais l'ordre de se présenter à la Bendlerblock le 20 juillet 1944[1] Après l'échec du complot du 20 juillet, il va se cacher à Dresde et à Berlin. Il est retrouvé et est grièvement blessé lors de son arrestation par la Gestapo en septembre 1944. Il décède à l'hôpital de ses blessures. La famille qui le mettait à l'abri est condamnée à des peines de mort.

Décorations[modifier | modifier le code]

[Note 1]

Références[modifier | modifier le code]

Référence
  1. En absence de procédure, Fritz Lindemann a été privé de tous ses honneurs, ses rangs et ordres et radié de la Heer, le 4 août 1944, dans le cadre de la complot du 20 juillet, la tentative échouée d'assassinat d'Adolf Hitler. Il est mort avant que son cas ne soit porté devant la Volksgerichtshof (Tribunal du peuple)[3].
Citations
  1. Joachim Fest, Plotting Hitler's Death: The German Resistance to Hitler, 1933-1945, Weidenfield & Nicholson,‎ 1994 (ISBN 0-297-81774-4)
  2. a et b Veit Scherzer: Die Ritterkreuzträger 1939–1945. Scherzers Militaer-Verlag, Ranis/Jena 2007, ISBN 978-3-938845-17-2, S. 155
  3. Scherzer 2007, p. 155.
Sources
Bibliographie
  • (de) Fellgiebel, Walther-Peer (2000). Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945. Friedburg, Allemagne: Podzun-Pallas. ISBN 3-7909-0284-5.
  • (de) Scherzer, Veit (2007). Ritterkreuzträger 1939–1945 Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives. Jena, Allemagne: Scherzers Miltaer-Verlag. ISBN 978-3-938845-17-2.
Liens externes