Frise (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frise.
Frise
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Arrondissement de Péronne
Canton Canton de Bray-sur-Somme
Intercommunalité sans
Maire
Mandat
Michel Randjia
2014-2020
Code postal 80340
Code commune 80367
Démographie
Population
municipale
187 hab. (2011)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 56′ 32″ N 2° 49′ 09″ E / 49.9422, 2.819249° 56′ 32″ Nord 2° 49′ 09″ Est / 49.9422, 2.8192  
Altitude Min. 41 m – Max. 99 m
Superficie 6,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Frise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Frise

Frise est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé sur la rive gauche de l'ancienne rivière de Somme, Frise est a peu près coupé en deux par le canal de la Somme[1].

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sol est surtout siliceux et calcaire toutefois on rencontre des terres argileuses du côté d'Herbécourt, Becquincourt et Dompierre et dans l'Ile à proximité des étangs[1].

Le long de la rivière gauche du canal s'étend un coteau crayeux assez élevé, partant de l'écluse inférieure et se prolongeant sur Eclusier[1].

Il n'y a pas à proprement parler de mines : on extrait de la pierre à chaux expédiée par bateaux des carrières avoisinant le canal[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le village de Frise est situé dans la vallée de la Somme et offre un paysage marécageux ainsi que des coteaux calcaires.

Dans l'eau des étangs, on rencontre une plante cryptogamique désignée sous le nom patois de "mouron" et très estimée comme engrais[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les eaux superficielles comprennent en eaux et étangs 115ha, le canal comprend en plus 9ha, les étangs sont peu profonds à sous sol crayeux et pendant longtemps on y a rencontré des écrevisses très estimées qui ont complètement disparu il y a une quarantaine d'année (écrit en 1899) et sans cause appréciable[1].

Les eaux minérales indiquées dans les géographies, comprennent une source ferrugineuses à la limite des étangs de Frise vers Eclusier. Cette eau contient beaucoup de calcaire[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune est tempéré océanique.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Frise
Curlu Hem-Monacu
Eclusier-Vaux Frise Feuillères
Cappy Dompierre-Becquincourt Herbécourt

Toponymie[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la Révolution française tantôt il est écrit Frise tantôt Frize, à peu près autant l'un que l'autre. Depuis cette époque il est écrit Frise[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le cours de la Somme qui traverse le village fut aménagé pour favoriser l'exploitation de la tourbe (tourbière) ainsi que des eaux poissonneuses donnant ainsi naissance à un paysage aquatique aujourd'hui encore très spécifique.

Frise était située sur la ligne de front lors de la Première Guerre mondiale (bataille de la Somme en 1916). L'écrivain Blaise Cendrars en témoigne dans La Main coupée.

Lors des combats de 1916, Armand PHILIPPE, originaire de Trepot (Doubs), maître pointeur au 5e corps d'artillerie,46e batterie, fut blessé par éclat d'obus à Frise le 4 août 1916 et fut dirigé sur l'hôpital d'Amiens le 5 août avec blessures au front, cuisse, bras.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Michel Richard    
mars 2008[2] 2014 Marie Cantet    
2014[3] en cours
(au 6 mai 2014)
Michel Randjia    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 187 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
264 281 301 323 368 380 417 410 417
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
409 416 384 350 362 355 351 342 348
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
359 315 302 134 160 174 175 170 176
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
153 145 112 131 129 158 178 185 187
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Montagne de Frise[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Montagne de Frise.

Boyaux de tranchées[modifier | modifier le code]

Visibles dans les environs (en surplomb du carrefour des cinq chemins ou sur la montagne de Frise) témoignent, encore de nos jours, des combats de la Grande Guerre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Blaise Cendrars a passé une grande partie de la guerre 1914-1918 dans le village de Frise, relatant son expérience et ses émotions dans La Main coupée d'engagé volontaire dans l'armée française.
  • Robert Graves, poète britannique, engagé dans le Royal Welsh Fusillier, a lui aussi combattu à Frise.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Frise sur le site de l'Institut géographique national

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Archives en ligne du Conseil Général de la Somme. "Monographie communale année 1899" rédigées en 1899 par l'instituteur de Frise : M. Deplace [archive] sur http://archives.somme.fr/ark:/58483/a0112614135455exWQE/1/1 [archive], 21 février 2011.
  2. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 31 août 2008)
  3. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011