Friedrich von Matthisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Friedrich von Matthisson

Friedrich von Matthisson (* Hohendodeleben, près de Magdebourg, 23 janvier 1761 — † Wörlitz, près de Dessau-Roßlau, 12 mars 1831) était un poète allemand.

Fils du pasteur de son village, il étudia la théologie, la philologie et la littérature à l'université de Halle et fut nommé professeur au séminaire Philanthropique (Philanthropinum) de Dessau en 1781. Il partit pour la Suisse en 1784 et vécut deux années chez son ami Charles Victor de Bonstetten à Nyon, au bord du Lac Léman. Lecteur pour la princesse Louise d'Anhalt en 1794, il passa au service du roi de Wurtemberg en 1812, fut anobli, nommé intendant du théâtre de la Cour et bibliothécaire en chef de la bibliothèque royale de Stuttgart. Il se retira en 1828 à Wörlitz où il mourut en 1831.

Matthisson connut de son vivant un certain succès notamment grâce au recueil de poèmes Gedichte (1787) que Schiller loua avec outrance pour leur douceur mélancolique et la beauté de leurs descriptions. Beethoven (Adélaïde, opus 46, 1796) et Schubert mirent en musique plusieurs de ses poèmes. Ses mémoires (Erinnerungen, 1810 - 1816) comportent d'intéressants rapports sur ses voyages.

Parmi ses œuvres les plus connues :

  • Gedichte, Breslau, 1787
  • Schriften, Zurich, 1825-29, 8 volumes
  • Erinnerungen, Zurich 1810-16, 5 volumes

Sur les autres projets Wikimedia :