Frieder Bernius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Frieder Bernius

alt=Description de l'image Frieder Bernius.jpg.
Naissance 22 juin 1947 (67 ans)
Ludwigshafen, Rhénanie-Palatinat, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale chef d'orchestre, chef de chœur

Frieder Bernius, né le 22 juin 1947 à Ludwigshafen, est un chef d'orchestre et un chef de chœur allemand, directeur du Kammerchor Stuttgart, fondé en 1968, ensemble spécialisé dans l'interprétation documentée du répertoire baroque. Son activité musicale et ses enregistrements lui ont valu de prestigieuses récompenses : Edison Award, Diapason d'Or et, en 1993, l'Ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le deuxième enfant d'un ministre protestant, Helmut Bernius, et de sa femme Inge, une musicienne de chapelle. Il étudie la musique dans une école spécialisée de Stuttgart, puis à l'Université Eberhard Karl de Tübingen. Dès 1968, à son arrivée à Stuttgart, il fonde le Kammerchor Stuttgart qui s'intéresse d'abord à la musique a cappella des XIXe and XXe siècles, avant d'étendre son répertoire.

Dès 1977, Bernius dirige régulièrement de nombreux orchestres allemands, notamment le NDR, le WDR et le RIAS Berlin.

À partir de 1985, il s'intéresse à l'interprétation historiquement informée de la musique baroque. Outre des prestations avec son Kammerchor Stuttgart, il donne des concerts et des enregistrements avec la Musica Fiata de Cologne, La Grande Écurie et la Chambre du Roy de Paris et le Tafelmusik Baroque Orchestra de Toronto[1].

En 1987, il fonde le festival de musique baroque de Stuttgart, événement maintenant connu sous le nom de Stuttgart Barock[1]. En 1988, il dirige le Kammerchor Stuttgart et le Barockorchester Stuttgart au Rheingau Musik Festival à l'Abbaye d'Eberbach[2]. Le 23 juin sont jouées deux œuvres de Carl Philipp Emanuel Bach, le Magnificat et l'oratorio Die Israeliten in der Wüste, avec les solistes Nancy Argenta, Lena Lootens, Mechthild Georg, Howard Crook et Stephen Roberts[3].

Bernius amorce une collaboration avec le label Sony Classical en 1989[4]. En 1992, il enregistre l'opéra Orfeo ed Euridice de Gluck. En 1990, son enregistrement des Symphoniae Sacrae III de Heinrich Schütz, avec l'ensemble Musica Fiata, remporte le Edison Award et celui de la Missa Dei Filii de Jan Dismas Zelenka, avec le Tafelmusik de Toronto, un Diapason d'Or[1]. Pendant les années suivantes, ses enregistrements reçoivent plusieurs autres Diapason d'Or, dont ceux des Psaumes de David de Schütz et du Requiem K.626 de Mozart, et plusieurs Preis der deutschen Schallplattenkritik, notamment pour l'Oratorio de Pâques BWV 249 de Johann Sebastian Bach.

En 1991, il fonde l'orchestre Klassische Philharmonie Stuttgart. En 2002, il est nommé directeur du Hofkapelle Stuttgart. Le 10 juillet 2005, au Rheingau Musik Festival à l'Abbaye d'Eberbach, il dirige Requiem polonais de Krzysztof Penderecki avec son Kammerchor Stuttgart et le Sinfonia Varsovia[5].

Discographie partielle[modifier | modifier le code]

Opéra[modifier | modifier le code]

Musique sacrée[modifier | modifier le code]

Musique pour orchestre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Frieder Bernius (Conductor) », Bach-Cantatas,‎ 2001 (consulté le 11 juillet 2012)
  2. (en) « Companions along the way », Rheingau Musik Festival,‎ 2012 (lire en ligne)
  3. (de) Eröffnungskonzert, Rheingau Musik Festival,‎ 23 juin 1988
  4. (en) « Frieder Bernius », AllMusic (consulté le 11 juillet 2012)
  5. (en) « Polnisches Requiem / Performances », Schott (consulté le 11 juillet 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]