Fricourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fricourt
Image illustrative de l'article Fricourt
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Albert
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Coquelicot
Maire
Mandat
Myriam Demailly
2014-2020
Code postal 80300
Code commune 80366
Démographie
Gentilé Fricourtois(es)
Population
municipale
498 hab. (2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 59′ 56″ N 2° 42′ 57″ E / 49.9988888889, 2.7158333333349° 59′ 56″ Nord 2° 42′ 57″ Est / 49.9988888889, 2.71583333333  
Altitude Min. 54 m – Max. 134 m
Superficie 11,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fricourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fricourt
Liens
Site web Fricourt

Fricourt est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 6 km d'Albert, 21 km de Péronne, 35 km d'Amiens. L'agglomération est bâtie sur le versant d'un coteau mais se trouvait autrefois aussi dans la vallée[1].

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

an nord et l'est de la commune, le sol est argilo-siliceux, à l'ouest il est calcaire ainsi qu'au sud. Au sud-ouest, il est argileux[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est accidenté, son altitude oscille entre 63 et 124 m[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Il n'y a aucun cours d'eau qui traverse la commune. Une nappe fournissant une eau très calcaire se trouve à une profondeur variant de 15 à 65 mètres[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune est tempéré océanique.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La commune de Fricourt a un habitat groupé. Il n'y a ni hameau, ni ferme isolée sur le territoire communal.

Activités économiques et de services[modifier | modifier le code]

Totalement reconstruit après la Première Guerre mondiale, le village a aussi la particularité de se trouver sur le 50e parallèle et d'être bordé par le nouvel Aéroport Albert-Picardie, pour le moment principalement dédié aux vols de « Bélugas », nom d'usage des Airbus A300-600ST, ces mastodontes des airs, qui transportent les éléments d'Airbus de l'usine voisine de Méaulte vers les autres sites du groupe aéronautique.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fricourt
Ovillers-la-Boisselle Contalmaison
Bécordel-Bécourt Fricourt Mametz
Méaulte Bray-sur-Somme

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants s’appellent des Fricourtois(es)[2]. En 2011, la commune comptait 498 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
640 644 713 707 782 792 809 812 783
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
727 767 716 710 705 640 643 609 620
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
611 612 593 293 383 418 479 473 503
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
439 471 477 502 466 448 492 498 498
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture, fêtes, sport et loisirs[modifier | modifier le code]

  • Judo-Club
    En 2002: 20e anniversaire avec Cathy Fleury Championne de France, d'Europe et du Monde et Championne Olympique.
    En 2007: 25e anniversaire avec Takafumi Shigeoka Champion du Monde 8e Dan, Ilana Korval Espoir national et Nicole Andermatt de la FFJDA
  • Association Animation et loisirs
  • Association des Parents et des Anciens Élèves de Fricourt-Mametz-Bécordel (APAE-FMB), assiste les enseignants, organise la kermesse des écoles du RPI et finance des projets pédagogiques (dissoute en 2009).

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve Graudeharius, terre inculte, aride et déserte[1].

Fricort (1178), Frincourt (1246), Fricourt depuis 1536[1].

Ces noms de villages se terminant par -court sont le plus souvent des hameaux ou de petits villages ; l'appellatif toponymique -court (> français moderne cour) est issu du gallo-roman CORTE qui signifie « domaine ». Cet appellatif est généralement précédé d'un nom de personne germanique. Ces formations toponymiques datent du Moyen Âge. Cette façon de nommer les lieux serait liée à l'apport germanique du VIe siècle[Note 3],[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 1977 Gustave Miette    
mars 1977 mars 2001 Maurice Miette    
mars 2001 mars 2014 Jacky Tonnel    
mars 2014[6] en cours
(au 6 mai 2014)
Myriam Demailly    

La commune fait partie de la Communauté de communes du Pays du Coquelicot[7]

Histoire[modifier | modifier le code]

Des haches en silex et des monnaies romaines ont été découvertes sur le territoire, attestant d'une occupation très ancienne[1],[8].

En 1178, Anthérus de Fricourt fut un des signataires de la charte d'Albert[1].

Pendant la Guerre de Trente ans, les impériaux, sous les ordres du prince de Condé, ont brûlé le village qui était situé davantage dans la vallée[1].

Pingré de Fricourt était 1er avocat au bailliage d'Amines en1716[1].

La gare de Fricourt

Le 17 janvier 1871, le village fut pillé par deux fois par l'armée prussienne. Un habitant fut emmené comme otage pendant trois jours et la population du verser un tribut de 10 416 francs[1].

L'instituteur signale la présence d'un atelier de fabrication de boutons de nacre en 1899.

Fricourt fut au cœur des combats de la bataille de la Somme qui ont commencé le 1er juillet 1916. Aujourd'hui, des munitions de toutes sortes sont exhumées très régulièrement, uniformes, ... Parmi les peintres et photographes ayant immortalisé ces lieux pendant les combats : François Flameng, peintre.

Fricourt disposait, de 1899 à 1948, d'une gare des chemins de fer départementaux de la Somme (chemin de fer secondaire à voie métrique), où se séparaient les lignes d'Albert à Montdidier et d'Albert à Ham.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Six cimetières militaires britanniques:
    • Citadel New Military Cemetery
    • Fricourt British Cemetery (Bray Road)
    • Fricourt New Military Cemetery
    • Peake Wood Cemetery
    • Point 110 New Military Cemetery
    • Point 110 Old Military Cemetery
  • Cimetière militaire allemand de Fricourt, un des plus grands cimetières militaires allemands de la Somme (17 000 soldats y reposent)[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le Major Raper
La bataille de Fricourt fut le seul endroit de leur secteur où les soldats britanniques échouèrent le 1er juillet 1916, ils ne se rendirent maîtres du village que le lendemain matin, mais les soldats allemands se réfugièrent dans les bois au nord-est de Fricourt, et c'est là que l'un des principaux officiers britanniques à avoir dirigé l'attaque du village, le Major Robert George Raper, fut abattu.
Les Fricourtois considérèrent alors le Major comme le libérateur du village et baptisèrent une rue de son nom, qui partait symboliquement du mémorial des combattants 1914-1918, jusqu'à l'église. La famille du Major Raper aida le village après la guerre en finançant l'église provisoire en bois et une partie de celle reconstruite en briques.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Paul Decagny, L'Arrondissement de Péronne ou recherches sur les villes, bourgs, villages et hameaux qui le composent, 1844; réédition partielle, Albert et ses environs, Paris, 1999, Rassorts-Lorisse (ISSN 0993 - 7129).

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. Proposition émise en 1976, par Maurice Lebègue, professeur de Français à l'École Normale d'Amiens, suite à un travail réalisé sur l'origine des noms des communes de la Somme.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Notice historique et géographique, rédigée par l'instituteur, M. Petit, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens
  2. habitants.fr, « Somme > Fricourt (80300) » (consulté le 11 novembre 2010)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  5. Jacques Chaurand et Maurice Lebègue, Noms de lieux de Picardie, éditions Bonneton, 232 p., novembre 2000, p. 71 à p. 80, (ISBN 978-2-862-53265-3)
  6. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  7. Pays du Coquelicot, « Fricourt » (consulté le 11 novembre 2010)
  8. http://archives.somme.fr/ark:/58483/a0112614135444mUcAc/1/1
  9. Cimetière militaire allemand de Fricourt
  10. clochers;fr, « Église Saint-Jean-Baptiste » (consulté le 11 novembre 2010)