Fresne-lès-Reims

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fresne-lès-Reims
L'église au centre du village, le monument aux morts devant.
L'église au centre du village, le monument aux morts devant.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Reims
Canton Bourgogne
Intercommunalité Communauté de communes de la Plaine de Bourgogne
Maire
Mandat
Éric Kariger
2014-2020
Code postal 51110
Code commune 51261
Démographie
Gentilé Fresnat
Population
municipale
425 hab. (2011)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 20″ N 4° 05′ 57″ E / 49.3389, 4.099249° 20′ 20″ Nord 4° 05′ 57″ Est / 49.3389, 4.0992  
Superficie 12,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Fresne-lès-Reims

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Fresne-lès-Reims

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fresne-lès-Reims

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fresne-lès-Reims

Fresne-lès-Reims est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Fresne-lès-Reims est à une altitude de 95 mètres environ. Le fort de Fresne est à 110 m d'altitude.

Communes limitrophes de Fresne-lès-Reims
Saint-Étienne-sur-Suippe Boult-sur-Suippe
Bourgogne Fresne-lès-Reims Pomacle
Bétheny Witry-lès-Reims

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La voie romaine de Reims à Trèves traverse deux petits bois appartenant à la commune : Varlanger et le fort de Fresne.

Le fort de Fresne[modifier | modifier le code]

En 1875, Fresne a été désigné (tout comme Saint-Thierry Brimont, Witry-les-Reims, Nogent-l'Abbesseetc.) comme lieu d'implantation d'un des forts chargés de défendre Reims après la défaite française durant la guerre franco-prussienne de 1870.[réf. souhaitée]

Le fort de Fresne a été abandonné en 1900 car il n'était plus très utile (apparition d'obus, d'armes plus développées…). Il a ensuite servi aux manœuvres franco-russes en 1901, manœuvres auxquelles a participé le Tsar Nicolas II. Lors de la Première Guerre mondiale, les Allemands s'emparent du fort (mais le quittent en 1917).[réf. souhaitée]

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Fresne est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le 1er octobre 1920.

En 1930, la commune qui s’appelait Fresne change de nom pour Fresne-lès-Reims[1]

Fresne de 1950 à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1960, on crée un terrain de motocross au fort de Fresne.

Dans le village des lotissements sont construits : le Verger, l’Arzilièrre, l'Hermoine, le clos Saint Martin.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1995 2008 Patrick Robin UMP[2]  
2008 en cours Éric Kariger[3] UMP puis DVD Conseiller général
Vice-président du Conseil général de la Marne
Vice-président de la communauté de communes

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Fresne-lès-Reims s'appellent les Fresnats.

En 2011, la commune comptait 425 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
380 336 324 377 443 459 468 462 458
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
455 440 441 422 390 360 392 358 369
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
336 320 353 202 281 297 285 259 249
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
267 293 270 329 427 409 393 421 432
2011 - - - - - - - -
425 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église
  • Le monument aux morts est situé près de l'église sur un petit promontoire. Construit en 1925 par M. Gaillard, il représente principalement un poilu de profil tenant une victoire ailée, le couronnant de laurier[5].
  • Le Hanger du Syncat est créé en 1900. Il sert tout d'abord de lieu de stockage pour les agriculteurs du village puis devient une étable. De 1965 à 1970, il sert de salle d'entrainement pour l'équipe de basket du village puis devient progressivement une salle des fêtes de « repli » en cas de mauvais temps. Il est détruit en 2009 et remplacé par une pelouse.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Annuaire des mairies de la Marne, EIP/ Les Editions Céline, coll. « Annuaire des mairies de France »,‎ 2006-2007 (ISBN 9782352581512), p. 89
  3. Liste des maires de la Marne au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. « Monument aux morts de la guerre 1914-1918 à Fresne-lès-Reims », base Mérimée, ministère français de la Culture