Cor d'harmonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis French Horn)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cor (musique).
Cor d'harmonie
Image illustrative de l'article Cor d'harmonie

Variantes historiques cor naturel, cor de chasse, cor des Alpes, tuba Wagnérien, mellophone
Classification Instrument à vent
Famille Cuivres
Instruments voisins bugle, trompette, trombone, tuba
Œuvres principales Concertos de Mozart, Konzertstück, Adagio et Allegro de Robert Schumann, concertos de Richard Strauss, Villanelle de Paul Dukas, Trio de Johannes Brahms...
Instrumentistes célèbres Hermann Baumann, Dennis Brain, Stefan Dohr, Georges Barboteu, David Guerrier
Principaux facteurs Alexander, Paxman, Holton, Yamaha, Hans Hoyer

Le cor d'harmonie (French horn en anglais) est un instrument à vent de la famille des cuivres. Il est caractérisé par son embouchure et sa perce conique qui lui confère un son doux et riche en harmoniques.

Le musicien qui joue du cor est un corniste (à ne pas confondre avec le cornettiste qui joue du cornet à piston).

Le cor est un instrument qui a beaucoup évolué au cours des siècles. Les dénominations de cor de chasse, cor à pistons, cor d'harmonie, cor naturel, cor simple (parfois improprement utilisées) désignent un même instrument, le cor, à divers degrés d'élaboration, à divers lieux et époques, où son emploi pouvait différer de celui que nous connaissons aujourd'hui.

Le cor moderne ou cor d'harmonie est présent dans les orchestres symphoniques, de nombreux ensembles de musique de chambre et dans les orchestres d'harmonie ; il est par ailleurs souvent sollicité dans les musiques de films de toutes sortes, pour les dessins animés et les bruitages. Il est utilisé plus rarement dans le jazz.

L'embouchure du cor[1] est de petite taille et de forme intérieure conique, différente de celles de la trompette et du trombone qui sont hémisphériques et plus larges. Cette forme conique se retrouve tout le long du tube jusqu'au niveau du pavillon, tout comme le sont le cornet à piston ou les saxhorns. Cette perce donne de la douceur au son, contrairement à la perce cylindrique des cuivres comme la trompette, qui produit un son plus brillant.

Le corniste produit les notes de la gamme par vibration des lèvres sur l'embouchure[1]. Sa main gauche active trois ou quatre palettes (ou plus rarement pistons), pour changer la hauteur du son. La main droite est placée dans le pavillon pour soutenir l'instrument. Elle permet également d'arrondir le son, d'en corriger la hauteur ou d'effectuer des sons bouchés. L'instrumentiste peut aussi être amené à utiliser une sourdine placée dans le pavillon pour obtenir un timbre plus sourd, mais pas forcément dans le but d'atténuer le son.

Deux manières de jouer du cor se sont affrontées au cours du XXe siècle:

  • Celle très facilement reconnaissable à son vibrato. Elle fut représentée en France par Georges Barboteu et au Canada par Roger-Luc Chayer, par exemple. Les écoles française et russe furent particulièrement spécialisées dans le vibrato.
  • Celle plus anglo-saxonne avec des notes tenues sans vibrato.

Aujourd'hui, la manière « anglo-saxonne » est utilisée par la majorité des cornistes professionnels. Cependant, le style français avec vibrato est encore utilisé par des cornistes comme Peter Damm[2], Francis Orval, James Sommerville[3] et Roger-Luc Chayer (Quintette National - Disques A Tempo).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers cors furent réalisés à partir de tuyaux coniques naturels, comme des cornes d'animaux ou des coquillages.

Ceux qui étaient en ivoire s'appelaient « olifants » ou trompes de chevalier[4].

La corne d'animal est vite remplacée par des tubes conçus par l'homme. Par exemple, les Indiens fabriquaient des trompes droites en bois.

Le cor est un instrument qu'on retrouve beaucoup dans les régions montagneuses de l'Europe, en Finlande, mais aussi dans le Tibet.

Les premiers matériaux vont être petit à petit abandonnés, pour être remplacés par du métal. Il sera alors possible de lui donner sa forme recourbée. En 1636, le père Mersenne décrit un cor enroulé en 7 spirales qui permet de jouer autant de notes que la trompette, soit seize notes.

Le cor a d'abord été conçu pour émettre des signaux d'avertissement codés, communiquer des messages, à des fins rituelles et magiques. Le guerrier Roland (voir La Chanson de Roland) appelle au secours en utilisant un cor.

Le cor a également été utilisé pour la chasse, dans sa célèbre forme de « cor de chasse ». Les nobles s'en servaient pendant la chasse pour communiquer à leurs compagnons leur position, leur état, l'animal qu'ils suivaient… On estime à un millier le nombre de sonneries écrites à l'époque, une pour chaque action (on sonnait le sanglier, le cerf, la poursuite mais aussi l'arrivée devant une rivière, le fait de descendre de cheval…).

Il a ensuite été utilisé au Moyen Âge pour an­noncer le moment du repas et pour les marches militaires.

Le cor a subi de nombreuses modifications car on le trouvait trop petit au XVIe siècle, puis trop grand sous Louis XIV. C'est enfin sous Louis XV qu'il acquiert sa forme définitive.

Dès la guerre de 1741, l'infanterie française commence à utiliser le cor emprunté aux Hanovriens.

Au milieu du XVIIIe siècle, les facteurs français ajoutent dans le circuit sonore des segments de tubes supplémentaires (appelés corps de rechange) pour modifier le son fondamental et obtenir de nouvelles séries d'harmoniques.

Le cor chroma­tique à trois pistons ne fut inventé qu'au XIXe siècle. La dernière évolution en est le cor en fa (pour les cors simples), en fa/si\flat (pour les cors doubles), ou encore en fa/si\flat/fa (pour les cors triples, plus rares).

La famille des cors[modifier | modifier le code]

Classification[modifier | modifier le code]

On distingue deux principales familles de cors au sein desquelles on peut encore distinguer des sous-catégories :

  • les cors à pistons, chromatiques sur toute leur tessiture (ou presque, suivant les modèles),
  • les cors naturels, non chromatiques et dépourvus de pistons.
cors à pistons cors naturels
  • cors d'harmonie :
cor simple en fa ou en sib
cor double en fa/sib
cor triple en fa/sib/fa aigu
cor ascendant fa/sib
  • cor viennois
  • tuba wagnérien
  • cor d'invention à pistons
  • cors d'invention sans pistons :
cor d'invention à tons de rechange
cor solo
cor omnitonique
  • cor baroque ou cor de chasse
  • cors folkloriques et cors archaïques :
trompe de chasse
cor des Alpes
cor de postillon et cornet
olifant

Définitions[modifier | modifier le code]

Le cor[modifier | modifier le code]

Instrument à vent de la famille des cuivres. Son nom vient des cornes avec lesquelles furent conçues les premières formes « archaïques » de cors.

Il est composé de pistons, d'une embouchure, d'un pavillon et de coulisses qui peuvent être enlevées pour vider l'eau (la bave qui se dépose tandis que vibrent les lèvres, ainsi que la condensation formée par le souffle au contact du métal).

Le mot cor désigne donc :

  • soit un instrument à embouchure rudimentaire en corne ;
  • soit un instrument à embouchure en métal, à perce conique, enroulé sur lui même en cercle, même partiellement et se terminant par un large pavillon.

En allemand comme en anglais, le cor est appelé horn (de même que la corne animale).

Le musicien jouant du cor est un corniste.

Cors à pistons[modifier | modifier le code]

Cors en métal munis de pistons permettant à l'exécutant de modifier instantanément la longueur, et donc l'accord, de l'instrument. Ce dispositif permet de rendre l'instrument chromatique (partiellement voire complètement selon les modèles).

Le cor à pistons se dit valvhorn en anglais, et ventilhorn en allemand.

Cors d'harmonie[modifier | modifier le code]

Le cor d'harmonie est un synonyme de cor à pistons, mais usuellement, il désigne les cors modernes.

Cor double Fa/Sib, pavillon dévissable, verni doré

Le cor d'harmonie peut être considéré comme étant la forme la plus aboutie du cor. C'est en tout cas la plus répandue. Le cor d'harmonie est la forme de cor dont la pratique est aujourd'hui enseignée dans tous les conservatoires de musique.

Les Anglais le désignent toujours par French horn, en raison des origines françaises du cor[réf. nécessaire] (à l'époque baroque) et ce, malgré les grandes et nombreuses évolutions que le cor a subies au cours de son histoire.

Bien qu'il soit de facture récente, c'est l'instrument utilisé par défaut pour jouer tout le répertoire du cor.

Il existe différents types de cor d'harmonie :

  • le cor simple (3 pistons) (en fa, sib ou mib) ;
  • le cor double (4 pistons) (en fa/sib).
Le pouce se voit doté d'un 4e piston permettant de déplacer l'accord général de l'instrument d'une quarte. Suivant le goût des cornistes, l'action du pouce peut être ascendante ou descendante. Il s'agit d'une combinaison de deux cors simples, l'un en fa et l'autre plus aigu en sib. Le cor double en fa/sib est le type de cor d'harmonie le plus fréquent.
Certains cors doubles sont en fa / la (pouvant être modifié en fa/sib).
Il existe également des cors doubles ascendants (fa / sib) qui ont un troisième piston ascendant. Ils sont plutôt rares de nos jours.
  • le cor triple (5 pistons) (en fa/sib/fa aigu)
Les 4e et 5e pistons sont actionnés alternativement par le pouce. Ils permettent d'obtenir un cor en fa aigu, à l'octave supérieure du cor simple en fa. Il s'agit d'une combinaison du cor double fa/sib et d'un cor plus aigu en fa.

L'utilisation du cor en fa aigu ne facilite pas le jeu dans l'aigu mais sécurise l'émission des notes dans ce registre (moins de risques de « taper à côté »).

La longueur maximale du tube avoisine les 5 mètres. Certains modèles ont le pavillon dévissable, ce qui en facilite le rangement et le transport.

Les pistons sont rotatifs et actionnés par des palettes. À la différence de la plupart des instruments de la famille des cuivres, ils sont joués par la main gauche.

Cors viennois[modifier | modifier le code]
Cor viennois

Cor chromatique, en usage quasi exclusif à l'Orchestre philharmonique de Vienne. Il s'agit d'un cor simple en fa avec plusieurs particularités :

  • des pistons qui lui sont propres : les pistons viennois.
  • conservation du ton de fa, comme sur les cors naturels.

Par l'enroulement de son tube, le cor viennois est proche du cor naturel. Ceci tend à lui donner un timbre proche des anciens instruments naturels. C'est un très bon compromis entre le timbre du cor naturel et le chromatisme. C'est l'instrument idéal pour jouer le répertoire romantique avec une authenticité de timbre. Cependant, l'absence de système en sib le rend plus difficile dans le jeu des traits rapides et aigus que les autres cors chromatiques.

Tuba wagnérien[modifier | modifier le code]

Également appelé Wagner-tüben, Bruckner-tüben ou Horn-tüben, le tuba wagnérien est un instrument conçu à la demande de Richard Wagner pour les besoins de la Tétralogie. Il s'agit en fait d'un cor à pistons enroulé à la manière d'un tuba, en un peu plus ovale. Son timbre rauque et sombre est une sorte de trait d'union entre celui du cor et celui du trombone. Instrument double en Fa/Sib, les pistons étant à la main gauche comme pour le cor, il possède une embouchure de cor. Les tubas wagnériens sont joués par des cornistes.

Richard Strauss, Arnold Schönberg, Igor Stravinsky et surtout Anton Bruckner ont, par la suite, utilisé les tubas wagnériens.

Cors d'invention[modifier | modifier le code]

On appelle cor d'invention tous les cors postérieurs au cor baroque (« cor authentique »). À ce titre, tous les cors présentés ci-avant méritent d'être appelés ainsi mais il s'agit d'instruments dans une forme aboutie et finale. En effet, le qualificatif d'invention est plutôt réservé à la transition (250 ans) entre le cor baroque et le cor moderne. Parmi les cors d'invention, on distingue les cors d'invention à pistons et les cors d'invention sans piston, ou cors d'invention naturels.

Cors d'invention à pistons[modifier | modifier le code]
Cor à deux pistons

Première forme de cor à être dotée de pistons. La paternité de cette invention revient au corniste Heinrich Stölzel et au hauboïste Friedriech Blühmel en 1815. Stölzel proposa le premier cor d'harmonie avec deux pistons (abaissant, respectivement, l'accord d'un demi-ton et d'un ton), actionnés par la main droite. Le cor d'harmonie à deux pistons était presque chromatique (seules trois notes manquaient) sur une 22e diminuée (3 octaves et une quinte diminuée).

En 1819, le facteur A. F. Sattler, de Leipzig, rajouta un troisième piston (baissant l'accord d'un ton et demi), ce qui rendit l'instrument parfaitement chromatique sur cet intervalle. Sattler installa également le mécanisme sur l'autre face de l'instrument, le remettant ainsi dans le même sens que les cors naturels. Les pistons actionnés par la main gauche laissaient la main droite libre pour le bouchage, comme par le passé.

Une « guerre » commença alors entre les partisans du cor naturel comme Brahms, Weber et ceux du cor chromatique comme Schumann, Wagner. Le cor d'harmonie ne fut enseigné au Conservatoire de Paris qu'au début du XXe siècle.

Cors naturels[modifier | modifier le code]

Il s'agit de cors dépourvus de pistons. Durant le jeu, la longueur du tube (et donc la tonalité de l'instrument) reste immuable. Certains modèles possèdent des dispositifs plus ou moins rapides pour modifier la longueur du tube en dehors du jeu. D'autres, les plus anciens, sont condamnés par leur facture à rester dans leur tonalité.

Cors d'invention sans pistons[modifier | modifier le code]
Les cors naturels à tons de rechange[modifier | modifier le code]
Cor d'invention et ses tons de rechange

Il a été et reste la forme la plus répandue de cor naturel.

Cette forme d'instrument apparut au début du XVIIIe siècle. La longueur du tube pouvait être modifiée par l'interchangeabilité de tons, petits bouts de tube de longueur diverses qui s'insèrent entre l'embouchure et l'instrument. Cet instrument possède une coulisse d'accord en son centre. On doit cet ajout au corniste Haempel (lors de la mise au point du « cor solo » avec le concours du facteur dresdois Johann Werner au milieu du XVIIIe siècle).

Le cor naturel fut utilisé pendant la période classique et tout la période romantique. Lors de l'apparition des pistons, le cor naturel connu de vaillants défenseurs comme Franz Strauss ou Brahms. Son apprentissage ne fut définitivement supprimé du Conservatoire de Paris qu'au début du XXe siècle lorsque les cors à pistons eurent prouvé leur maturité. Il connait de nos jours un regain d'intérêt grâce à la vogue de la pratique sur instrument ancien (d'époque ou copie fidèle). On doit sa redécouverte dans le monde et en France en grande partie à deux cornistes, maintenant reconnus, Michel Garcin Marrou et François Mérand.

Les cors solo[modifier | modifier le code]
Cor Solo

Le cor solo est une évolution du cor naturel à tons de rechange. Les tons ne sont plus insérés sur la branche d'embouchure mais directement au centre de l'instrument. Les tons ainsi fixés pouvaient également servir de coulisse d'accord. Le cor solo fut mis au point au milieu du XVIIIe siècle par le corniste Anton Haempel et par le facteur Dresdois Johann Werner.

L'intérêt de cet instrument est d'avoir une plus grande rigidité de la branche d'embouchure et que celle-ci reste de longueur constante quel que soit le ton employé. Cet instrument est donc beaucoup plus commode à jouer, surtout debout, que son prédécesseur. Il fut donc préféré par les solistes et les concertistes, d'où son nom de cor solo. Le cor solo possède également l'avantage de ne plus avoir à retirer l'embouchure lors du changement de ton.

Les cors omnitoniques[modifier | modifier le code]
Cor omnitonique

Le cor omnitonique est un cor d'invention sur lequel les tons de rechange ont été intégrés à l'instrument. Un tube mobile permet d'ouvrir le ton souhaité et de fermer les autres. Le changement de tonalité est donc facilité. En revanche, ce dispositif alourdit considérablement l'instrument et ne facilite donc pas forcément le jeu. Notons que l'esthétique en pâtit grandement.

Ces cors élaborés vers le premier quart du XIXe siècle illustrent les différentes recherches faites à cette époque pour affranchir le cor de ses limitations chromatiques naturelles.

Les cors omnitoniques furent rapidement relégués dans l'oubli par la découverte en 1815 et la diffusion du piston à travers l'Europe.

Certains cors omnitoniques relèvent plus de la curiosité que d'un instrument de musique.

Cor baroque ou cor de chasse[modifier | modifier le code]
Cor de chasse

Également appelé corno da caccia ou cor de chasse.
Il s'agit de la première apparition du cor dans sa configuration moderne, circulaire, qui soit exploitable, musicalement parlant. Comme son nom l'indique, il fut à l'origine joué à la chasse car venant d'une amélioration des cornes d'appels utilisées jusque là. La découverte de ses capacités musicales lui permit d'intégrer la musique d'écurie (avec les trompettes) puis la musique de salon.

À l'époque baroque, l'appellation cor de chasse et trompe de chasse désigne le même instrument. Une distinction se fera quand même quant au nom à donner selon l'usage que l'on fait de l'instrument,

  • le cor de chasse désignant le cor dans un emploi de musique de salon,
  • et la trompe de chasse désignant l'instrument pour jouer les fanfares de chasse.

Le répertoire du cor baroque est très riche, bien qu'il s'agisse d'un instrument nouveau. Il fut souvent employé comme soliste dans le registre aigu, registre clarino, à l'instar des trompettes. Contrairement à ce que l'on peut croire Bach a beaucoup écrit pour le cor baroque (sans compter les partitions où l'indication « clarino », qualifiant un registre aigu, peut aussi bien désigner un cor qu'une trompette). Par exemple, sur le manuscrit du premier concerto brandebourgeois, on peut lire : concerto a 2 corni di caccia, littéralement « concerto pour deux cors de chasse ».

La trompe de chasse actuelle a un peu évolué mais elle reste proche dans sa facture du cor baroque.

Le cor baroque se présente donc un peu comme une trompe de chasse. Le nombre de tours varie suivant la tonalité de l'instrument. On note également l'absence de coulisse d'accord. Certains cors baroques sont munis de petites rallonges, précurseurs des tons sur les futurs cors naturels.

Dans les milieux cynégétiques et dans les fanfares, le « cor de chasse » désigne communément un cor naturel en mib. Il est également utilisé dans les fanfares de régiments de chasseurs alpins, dans les batteries-fanfares, au même titre que la trompette d'ordonnance.

Les cors folkloriques et archaïques[modifier | modifier le code]
Cors de postillons et cornets[modifier | modifier le code]
Cornet à piston

Littéralement, un cornet est un « petit cor ». Aujourd'hui enroulé comme une trompette, le cornet fut, de ses origines jusqu'à l'apparition des pistons, voire un peu après, enroulé comme un cor. Ce petit cor connut plus un emploi de corne d'appel que d'instrument de musique. Il servit en Europe centrale aux postillons transportant la malle du courrier pour prévenir de leur arrivée ou de leur départ. Leur facture et leur tonalité n'était pas réellement fixée. On en trouve donc de toutes sortes. L'emploi du cor de postillon à l'orchestre est plutôt anecdotique. La sérénade K320 Posthorn de Wolfgang Amadeus Mozart constitue à elle seule le répertoire de cet instrument (dans sa forme naturelle tout au moins).

C'est Jean-Baptiste Arban, célèbre cornettiste du XIXe siècle qui apporta quelques modifications à la facture de l'instrument (à pistons). Il préféra remplacer l'embouchure traditionnelle, profonde comme celle des cors, par une embouchure de trompette, plus adaptée au registre aigu de l'instrument. Le cornet à pistons connut un grand succès dès sa création, dans les musiques militaires, alors très à la mode, les opérettes et la musique de kiosque. Citons « le carnaval de Venise » de Jean-Baptiste Arban, une des œuvres les plus connues pour cornet à pistons.

Cors des Alpes[modifier | modifier le code]

Instrument en bois de la famille des cuivres. Le cor des Alpes est un long tuyau en épicéa évidé, parfois renforcé par un bobinage. L'embouchure est en bois tourné. Le cor des Alpes était déjà connu en Suisse au milieu du XVIe siècle sous le nom de lituus alpinus. Mais on trouve des formes diverses de cor des Alpes un peu partout en Europe centrale. De longueur variable au début, il s'est aujourd'hui fixé à une longueur de 3,60 m, ce qui le met dans la tonalité de fa\sharp

Dès sa création, par la longueur de son tube supérieure à celle des cors métalliques de l'époque, le cor des Alpes était un instrument avancé, musicalement parlant. Il a inspiré Brahms pour la mélodie de cor dans le finale de sa première symphonie. Brahms avait en effet noté ces quelques mesures sur une carte d'anniversaire (de mariage) adressée à Clara Schumann datée du 12 septembre 1868 : « Voici ce que le cor des Alpes a joué aujourd'hui : »
AlpHorn Brahms 1st symphony final theme.png

Trompes de chasse et Pareforce Horn[modifier | modifier le code]
Trompe de chasse - Paris - Milieu du XVIIIe siècle

La trompe de chasse, du fait d'une technique de jeu particulière et évoluant dans un milieux bien différent de celui du cor, fait l'objet d'un article complet. Notons toutefois que la forme actuelle de la trompe de chasse est légèrement différente des trompes baroques. La trompe de chasse s'est surtout standardisée à 3 tours dans un accord de Ré.

Cependant le Pareforce horn, la trompe de chasse allemande, est quant à lui bien plus proche du cor baroque. Il est d'ailleurs dénommé cor de chasse par les sonneurs français. Les différences avec la trompe de chasse française, au niveau de la facture, sont minimes. Notons, en particulier :

  • l'accord en Mib pour le pareforce horn
  • l'utilisation d'une embouchure de cor (la trompe française possède une embouchure particulière)
  • la technique de jeu, classique, identique à celle du cor.
Olifant[modifier | modifier le code]
Olifant du XIe siècle

Instrument ancien à embouchure parfois fabriqué à partir d'une défense d'éléphant (d'où son nom), mais plus fréquemment à partir d'une corne de bovidé voire en métal. Ne pouvant émettre qu'un seul son, il ne servit que pour les communications, à fins militaires ou cynégétiques. Le cor de Roland à Roncevaux est un olifant. On retrouve d'ailleurs le mot olifant dans la chanson de Roland.

L'olifant est l'ancêtre de tous les cuivres occidentaux.

Glossaire illustré d'un cor moderne[modifier | modifier le code]

Cor d'harmonie moderne de face Cor d'harmonie moderne arrière

  1. Embouchure : Pièce en forme d'entonnoir, caractéristique des instruments de la famille des cuivres, sur laquelle le musicien pose les lèvres pour les faire vibrer.
  2. branche principale ou branche d'embouchure : début du tube du cor sur lequel se fixe l'embouchure.
  3. Patte d'oie (optionnel) : La patte d'oie permet de bloquer tout glissement de l'instrument dans la main, en prenant appui sur le côté de la main entre le pouce et l'index. Il existe un autre dispositif pour maintenir l'instrument : le crochet (voir ci dessous). La patte d'oie n'est présente que sur les cors modernes.
  4. Palettes : touches sur lesquelles le corniste pose ses doigts. Par un système de tringlerie, les palettes permettent d'actionner les pistons. Les palettes ne sont présentes que sur les instruments ayant des pistons rotatifs ou viennois.
  5. Crochet (optionnel) : second dispositif, avec la patte d'oie, servant à tenir l'instrument. Il empêche l'instrument de glisser en le retenant au petit doigt. L'apparition du crochet est plus ancienne que celle de la patte d'oie, et remonte aux premiers cors chromatiques.
  6. Barillets : Pour être plus précis il s'agit de pistons rotatifs. Le barillet est la partie tournante du piston rotatif (non visible).
  7. Clé d'eau (optionnel) : il s'agit du petit clapet permettant de vider l'eau rapidement. Il tient sans doute son nom par analogie avec les clés des clarinettes, hautbois et autres flûtes.
  8. pavillon peint
    Tonnerre : Il s'agit du début du pavillon. Le tonnerre est donc l'endroit où le tube s'évase, c'est-à-dire là où la conicité du tube, jusque là constante, se termine. Le diamètre du tonnerre joue sur le timbre de l'instrument.
  9. Pavillon : Extrémité finale du tube par laquelle le son sort. Le pavillon permet d'amplifier le son. Certains pavillons peuvent être dévissables, ce qui facilite le rangement et le transport de l'instrument. Les pavillons peuvent être aussi décorés :
    • d'une peinture à l'intérieur.
    • à l'extérieur par l'ajout d'une guirlande gravée.
  10. Pompes : Section de tube amovible (pour affiner l'accord et pour vider l'eau), mise en jeu par l'ouverture des pistons. Elles sont au cor à pistons ce que les tons sont au cor naturel. A ne pas confondre avec les coulisses d'accord.
  11. Coulisses d'accord : parties de tube mobiles permettant l'ajustement précis de la longueur du tube, c'est-à-dire de l'accord de l'instrument. Sur les cors naturels et sur les cors simples on ne trouve qu'une seule coulisse d'accord. Sur les cors doubles on en trouve soit :
    • trois : une coulisse pour l'accord général, une pour le cor en fa, une pour le cor en Sib
    • deux : une pour le cor en fa, une pour le cor en Sib.
      À ne pas confondre avec les pompes
  12. Porte crayon petit diamètre
    Porte crayon (optionnel) : petit gadget récent mais bien pratique. Le porte crayon est une double pince en plastique noir qui, d'un côté, se fixe sur l'instrument et de l'autre coince le crayon. Il existe un version petit diamètre pour cors et trompettes et une version gros diamètre pour trombones et tubas.

Technique de jeu[modifier | modifier le code]

Tenue de l'instrument[modifier | modifier le code]

Le cor peut être joué assis ou debout. La tenue de l'instrument est identique dans les deux postures et est quasiment inchangée suivant les différents types de cors.

La main gauche tient la branche principale au niveau de l'enroulement principal, et, le cas échéant, actionne les pistons. La main droite, elle, se loge dans le pavillon. Elle sert principalement à tenir l'instrument. Plus précisément :

  • sur un cor naturel, la main droite doit rester alerte pour le bouchage. La main gauche fixe porte donc un maximum du poids de l'instrument ;
  • sur un cor chromatique, les doigts de la main gauche actionnent les pistons. La main gauche doit donc rester légère et non crispée. C'est donc la main droite, dans le pavillon, qui portera l'essentiel du poids de l'instrument, le jeu avec la main est en effet beaucoup plus rare.

Dans tous les cas, le rôle de la main gauche est de tenir l'instrument face à la bouche, sans écraser l'embouchure sur les lèvres. L'effort est donc plus vertical qu'horizontal.

Harmoniques naturelles[modifier | modifier le code]

Le cor est soumis aux mêmes règles acoustiques que tous les instruments à embouchure.

Transpositions[modifier | modifier le code]

Le cor est un instrument transpositeur, c'est même une de ses particularités les plus connues de l'orchestre. Actuellement, sur un instrument moderne chromatique et unique, la transposition ne se justifie plus pour le compositeur, qui écrit directement pour cor en fa. C'est un reste de l'époque où les pistons n'existaient pas encore.

À l'époque du cor naturel, le cor est un instrument à longueur fixe. Il répond donc à des règles acoustiques bien précises : il est condamné à ne jouer que les harmoniques du ton dans lequel il a été réglé.

Il apparaît alors bien plus simple pour le musicien de lui écrire sa partition de façon relative et non de façon absolue : c'est-à-dire, lui écrire les notes de la gamme harmonique de do et de lui indiquer la tonalité du morceau. Ainsi le corniste lit toujours do mi sol, et on entend fa# la pour un cor en , mib, sol, sib pour un cor en mib, etc...

Lors de l'apparition de la technique des sons bouchés, la transposition devient alors indispensable. Le problème qui se pose alors au corniste est le même que celui qui se pose au clarinettiste face à ses clarinettes en la, sib et ut : pour un même doigté, on entend respectivement un la, un sib ou un do. Face à une même partition, changer d'instrument revient à étudier trois instruments différents avec un risque de confusion. Le plus simple est de fixer un doigté pour un nom de note écrite même si cette note change à l'oreille. Il suffit que le compositeur prenne en compte cette contrainte. Pour résumer, étudier ces trois clarinettes revient donc à n'en étudier qu'une.

Pour le corniste il en est donc de même en considérant le bouchage comme un doigté.

Actuellement, il y a deux écoles de pensée parmi les cornistes : ceux qui « pensent en fa » (la majorité des cornistes) et ceux qui « pensent en ut ». Les premiers lisent un do, écrit en clé de sol sur la partition, et jouent un fa. Les seconds lisent un do sur la partition et jouent un do, ce qui leur procure l'avantage de jouer la note réelle, à condition de lire la partition en clé d'ut 2.

Pour les œuvres écrites à l'époque du cor naturel, en fonction des tonalités, les cornistes lisent les partitions dans les clés indiquées dans le tableau suivant :

Transposition Cor naturel Pensée en fa Pensée en ut
Ut clé de sol clé de fa 3 clé de sol
clé de sol clé d'ut 1 clé d'ut 3
Mi clé de sol clé d'ut 4 clé de fa
Fa clé de sol clé de sol clé d'ut 2
Sol clé de sol clé d'ut 3 clé de fa 3
La clé de sol clé de fa clé d'ut 1
Si clé de sol clé d'ut 2 clé d'ut 4

On comprend donc pourquoi les transpositions demandent aux cornistes de bonnes connaissances en lecture de clés.

Doigtés[modifier | modifier le code]

Il ne s'agit pas ici de présenter tel doigté pour telle note, mais de montrer le principe de l'organisation des pistons sur les instruments actuels descendants (l'action du piston rallonge la longueur du tube et baisse donc l'accord de la note fondamentale). Cette logique est également valable pour les trompettes et les tubas.

  • Le premier piston (1) (actionné par l'index) permet de baisser d'un ton l'accord général de l'instrument (à vide, i.e. sans pistons activés)
  • Le second piston (2) (actionné par le majeur) permet de baisser d'un demi ton l'accord général
  • Le troisième piston (3) (actionné par l'annulaire) permet de baisser d'un ton et demi l'accord général

Puisque pour le cor, la longueur à vide correspond à la longueur de son équivalent naturel (ce qui n'est plus le cas de la trompette chromatique), en combinant ces doigtés élémentaires, on s'aperçoit qu'un cor double en Fa/Sib permet d'avoir sur un seul instrument tous les cors naturels. Il s'agit donc bien de l'aboutissement du cor omnitonique. Le tableau suivant récapitule tout cela.


Combinaisons de doigtés sur le cor en Fa/Sib et tonalité de cor naturel correspondante
Les doigtés Tonalité obtenue
à partir du cor en Fa
Tonalité obtenue
à partir du cor en Sib
0 Fa Si\flat
2 Mi La
1 Mi\flat La\flat
1+2 (juste) ~ 3 (un peu bas) Sol
2+3 \flat Do\sharp Sol\flat Fa\sharp
1+3 (très haut) Ut Fa
1+2+3 (très haut) Si Mi

On note effectivement que 1+2~3, que 1+3 est faux et que 1+2+3 l'est encore plus. Cela est dû aux mêmes principes qui font que le cor naturel est limité aux harmoniques.

Rappelons que, dans le cas des instruments à embouchures et à longueur fixe, la longueur d'onde de la fondamentale vaut deux fois la longueur du tube.

On voit donc que la longueur de tube à ajouter à l'instrument pour le faire baisser d'un demi ton dépend de la longueur de l'instrument, et que plus le tube est long plus la longueur additionnelle sera longue. Pour s'en convaincre il suffit de comparer la différence de longueur des pistons d'une trompette et d'un tuba !

Correction labiale[modifier | modifier le code]

Technique visant à corriger la justesse de certaines notes, voire à jouer des notes qui ne sont pas émises naturellement par l'instrument, en modulant légèrement la fréquence de vibration des lèvres.

Les lèvres peuvent vibrer de façon continue sur une large plage de fréquence. On s'en rend bien compte lorsque le corniste joue avec l'embouchure seule. L'instrument, un résonateur mécanique, filtre les fréquences émises par les lèvres et ne laisse passer, avec amplification, que les fréquences de résonance (les notes de la gamme harmonique). On peut toutefois s'écarter de ces fréquences de résonance sans trop perdre en amplitude sonore. On peut au mieux, et sur certaines harmoniques seulement, atteindre le quart voire le demi ton.

Cette technique était très étudiée avant l'apparition des pistons sur le cor moderne. Elle est combinée avec les méthodes de bouchage pour étendre les possibilités de l'instrument.

Sons couverts[modifier | modifier le code]

À l'instar de la correction labiale, les sons couverts permettent de corriger les harmoniques naturelles fausses ou d'obtenir des notes non naturelles. Découverte attribuée au corniste Hampel, la technique dite de "la couverture" baisse la note d'un demi ton au maximum. Plus la main couvre le pavillon, plus la note baisse. Au plus profond de la couverture, les bords de la paume de la main sont parfaitement accolés au pavillon, l'air s'échappant par les doigts. Cette technique étend les possibilités de l'instrument bien plus que la correction labiale ; la couverture est donc devenu indissociable de l'étude du cor naturel. Cette technique a été popularisée par les cornistes Jan Vaclav Stich, dit Giovanni Punto, et Joseph Leutgeb.

La couverture modifie le timbre de l'instrument : on parle de sons couverts et de sons ouverts, différents à l'oreille. Selon la nuance et selon le registre, la couverture ternit la note ou la cuivre. L'art du corniste sur cor naturel est donc d'avoir autant que possible un son homogène, cor ouvert ou cor couvert.

La couverture permet de corriger la justesse de certaines notes, le plus souvent graves, émises avec un cor chromatique. L'adoption des pistons sur le cor moderne n'a effectivement pas supprimé tous les problèmes de justesse du cor. Le plus souvent le corniste se réfère alors à un doigté de substitution, bas, pour corriger la note.

Il ne faut pas confondre la technique de la couverture avec celle du bouchage ; là ou la couverture ternit la note (ou la cuivre selon la nuance), le bouchage donne au cor d'autres couleurs. Ainsi sur un cor chromatique, le sons bouchés servent à la création d'effets divers :

  • écho lointain
  • son cuivré très marqué
  • un ouah ouah de jazz

Sur une partition de cor les passages à jouer « bouché » sont indiqués par le signe +, et se terminent par un °. Souvent l'indication est écrite en toutes lettres.

La technique du bouchage modifie la hauteur de la note d'une façon différente de celle de la couverture; le corniste doit donc penser et jouer la note écrite tout en appliquant le doigté de la note adjacente, d'un demi ton inférieur.


Sons cuivrés[modifier | modifier le code]

Lorsque la nuance à interpréter devient très forte (à partir de ff), le timbre du cor peut devenir cuivré. On entend en quelque sorte le métal vibrer.

En théorie, le timbre du cor n'est pas celui des vibrations des lèvres uniquement, mais un mélange entre les vibrations des lèvres et celles du métal. La vibration des lèvres grâce à l'instrument a des amplitudes de résonance qui couvrent le bruit du métal. De même que pour les cymbales, le spectre du timbre du métal possède de nombreuses harmoniques irrégulièrement réparties dans les fréquences élevées. Dans les nuances fortes, l'amplitude de ces harmoniques devient suffisamment importante pour être entendue.

Le bouchage favorise l'apparition des sons cuivrés.

Il n'est pas bon qu'un cor cuivre dans des nuances trop faibles. Ce défaut peut être lié au verni du pavillon, à une soudure ayant lâché, mais surtout aux procédés de fabrication de l'instrument. Les instruments dont le pavillon a été embouti ont tendance à cuivrer dans des nuances plus faibles que les instruments fabriqués traditionnellement.

Les sons cuivrés peuvent aussi être obtenus plus "tôt" avec les lèvres. La technique consiste à diminuer la tension des lèvres pour permettre de plus amples vibrations. Il est d'ailleurs plus facile de produire des sons cuivrés dans le grave justement parce qu'en jouant dans ce registre, le corniste est obligé d'être souple dans la manière de jouer. Il existe aussi la technique du "cul de poule". L'idée est de faire prendre aux lèvres de l'instrumentiste la même forme que s'il sifflait (sans les doigts). L'inconvénient est qu'en mettant les lèvres dans cette position, le corniste perdra énormément de précision dans l'aigu et de contrôle sur l'arrivée du son.

Sourdines[modifier | modifier le code]

Sourdine de cor

Les sourdines ont pour but :

  • d'atténuer le son
  • de modifier le timbre

À quelques exceptions près, le cor n'utilise qu'un seul type de sourdine : la sourdine sèche. Contrairement aux sons bouchés, la sourdine ne modifie pas la hauteur d'un son. La sourdine des cors possède souvent une lanière formant une boucle dans laquelle le musicien passe la main. Cela permet d'avoir la sourdine à portée de la main pendant le jeu (elle pend sous le poignet) et de gagner du temps à sa mise en place dans le pavillon ainsi qu'à son retrait.

Certaines sourdines possèdent un dispositif d'accord interne.

La société Yamaha produit une sourdine amplifiée « silent brass »[5] destinée à étouffer complètement le son sortant du pavillon et à le restituer électroniquement par un casque audio, permettant ainsi de jouer sans déranger le voisinage.

Sons multiples[modifier | modifier le code]

Phénomène acoustique difficile à obtenir. En jouant une note grave tout en chantant, dans la seconde octave supérieure, une tierce, une quinte, une sixte ou une septième, l'interférence entre ces fréquences produit une troisième note qui, par interférence avec la fréquence basse, peut aussi produire une autre note. Les notes artificielles se situent entre les deux notes réellement émises.


L'exemple orchestral le plus célèbre est la cadence du concertino pour cor et orchestre de Karl Maria von Weber :

Weber horn concertino cadenza.png

Anthony Halstead, dans l'enregistrement NI 5180 de Nimbus Records, exécute ce trait remarquablement bien.

Les sons multiples sont rares et les exécutants se risquent rarement à cet exercice périlleux.

Méthodes[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

  • Dauprat (vers 1825),
  • F. Duvernoy, Meifred,
  • H. Kling (1911).

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Le Livre Guinness des records 2007 a classé le cor d'harmonie parmi les deux instruments de musique les plus difficiles à jouer (l'autre étant le hautbois).

Répertoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Répertoire du cor.

Interprètes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Corniste.

Fabrication[modifier | modifier le code]

Principaux facteurs de cors naturels[modifier | modifier le code]

Toutes ces prestigieuses enseignes n'existent plus.

Facteur Lieux et Dates
Raoux Raoux, XVIIIe et XIXe siècles, «seul Fournisseur du Roi, Rue Serpentine Paris»
Wilhelm Haas Nuremberg, XVIIe siècle
Carlin Paris XVIIIe siècle
Charles Joseph Sax XIXe siècle

Principaux facteurs de cors d'harmonies en activité[modifier | modifier le code]

Facteur Site Internet
Alexander www.gebr-alexander.com
Conn www.cgconn.com
Hans Hoyer www.b-and-s.com
Holton www.holton-horns.com
Jungwirth
King www.kingwinds.com
Paxman www.paxman.co.uk
Schmidt www.corno.de
Yamaha fr.yamaha.com

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Technique d'embouchure », sur users.swing.be (consulté en 27 août 2010)
  2. Mozart: Horn concertos, Philips ASIN: B000004103
  3. Chamber music for Horn, Marquis Classics, ASIN: B000025ZNU
  4. « Historique Du Cor D'harmonie », sur users.swing.be (consulté en 27 août 2010)
  5. Sourdine Silent Brass pour cor Yamaha


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :