Fremona

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fremona
Administration
Pays Drapeau d’Éthiopie Éthiopie
Région Tigré
Zone Mehakelegnaw
Woreda Adoua
Géographie
Coordonnées 14° 10′ N 38° 54′ E / 14.17, 38.9 ()14° 10′ Nord 38° 54′ Est / 14.17, 38.9 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Éthiopie

Voir la carte administrative d'Éthiopie
City locator 14.svg
Fremona

Géolocalisation sur la carte : Éthiopie

Voir la carte topographique d'Éthiopie
City locator 14.svg
Fremona

Fremona est une ancienne ville de la région de Tigray dans la partie septentrionale de l'Éthiopie. Sise entre Aksoum et Adwa elle fut édifiée et organisée par les catholiques portugais au XVIe siècle, et fut la résidence du patriarche latin d’Éthiopie, à la suite de son bannissement d’Aksoum. Lorsque les missionnaires furent expulsés (XVIIIe siècle), le bourg périclita. Il n’en reste que des ruines, à 10 km d’Adwa.

Histoire[modifier | modifier le code]

A l’origine le village s'appelait "Maigoga" à cause de deux courants qui traversaient la localité. Les missionnaires jésuites envoyés par l’empereur Menas pour y vivre en semi-exil le développent et le renomment ‘Fremona’, en mémoire de saint Frumence, apôtre de la région et premier évêque d’Aksoum. C'est là que Andrés de Oviedo, évêque et second patriarche d’Éthiopie, passe une grande partie de sa vie et meurt dans le plus grand dénuement. Il y est enterré en 1577. Sa tombe devint un lieu de pèlerinage pour les catholiques.

Lorsqu’il fut au mieux de sa prospérité le bourg avait environ un kilomètre de circonférence et était flanqué de tours de défense. Sa population était largement composée de portugais installés dans la région, et de leur descendance de sang mixte. Il servit comme base aux jésuites missionnaires en Éthiopie pendant les XVIe et XVIIe siècles.

Le jésuite Manuel de Almeida qui visita les lieux en 1624, décrit Fremona comme un bourg entouré d’une enceinte « de hauts murs, avec sept ou huit bastions, deux patios dont un, entouré de maisons, où un solide puits de pierre a été creusé. Une belle église de pierre et de chaux y est encore en chantier. » Il ajoute qu'en raison de la rareté des armes à feu en Éthiopie « avec vingt ou trente fusils, un petit canon et la dextérité des descendants des portugais les maniant, l’endroit était considéré comme inexpugnable ». Lorsque l’empereur Fasiladas cherche à extirper le catholicisme du royaume et rétablir officiellement toutes les croyances traditionnelles de l’Église orthodoxe copte éthiopienne, en 1634, les prêtres catholiques et leur patriarche, déjà en semi-exil à Fremona, doivent quitter le pays et retourner à Goa, dans les Indes portugaises. D’après un visiteur la ville ne comptait alors plus que 400 habitants. Aucun prêtre catholique n’est autorisé à entrer en Éthiopie. Fremona est finalement abandonnée. Il n’en reste plus que des ruines.