Freedom Fighters

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Freedom Fighters
Éditeur Electronic Arts
Développeur IO Interactive

Date de sortie 25 septembre 2003
Genre Jeu de tir objectif
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme PC (Windows), PlayStation 2, GameCube, Xbox
Média CD
Langue français intégrale
Contrôle Souris/Clavier, Manette

Moteur Glacier Engine

Freedom Fighters est un jeu vidéo d'action, développé par IO Interactive, sorti sur PC, GameCube, PlayStation 2 et Xbox, en 2003.

Scénario[modifier | modifier le code]

Le monde de Freedom fighters est une uchronie. Elle se base sur le fait que ce sont les Soviétiques qui ont mis fin à la Seconde Guerre mondiale en lançant une bombe A sur Berlin, gagnant la course aux armements face aux Américains.

Puis arrive la guerre froide, petit à petit, l'influence de l'Union soviétique prend de l'importance au détriment de celle des États-Unis. Bientôt, avec le ralliement de l'Angleterre et du Mexique à l'URSS, les États-Unis demeurent la seule puissance capitaliste à ne pas être sous influence soviétique. Mais un développement technologique lent les fait progressivement perdre pied. L'URSS décide d'envahir les États-Unis pour en finir avec le dernier pays encore sous l'influence du capitalisme.

Après plusieurs discussions dans le Grand Conseil de l'Union Soviétique, le Secrétaire Général et Président de l'URSS envoie le général Tatarin avec son bras droit le colonel Bulba avec en tête une force armée de 38 000 000 soldats. Leur mission est de conquérir New York pour ensuite diriger leur force vers Washington et de gagner la guerre contre les Américains.

Enfin, un bel été à New York, les sous-marins nucléaires russes du général Tatarin entrent dans le port de la Grosse Pomme, les rues de Manhattan sont prises d'assaut par des centaines de Soviétiques avec leur chars blindés. Au milieu de la panique, un jeune plombier, Christopher Stone, incarné par le joueur, va décider de mener la résistance à l'envahisseur. Avec l'aide de Monsieur Jones et de Phil, ils commencent à déposer les bases d'une Résistance capable de s'opposer à l'armée rouge.

À la fin du jeu, Chris Stone a compris que même s'ils ont libéré New York. Les soviétiques n'abandonneront pas l'idée de conquérir les États-Unis. Dans un fin secret, le Président de L'URSS envoie le Ministre de la Guerre superviser les plans pour préparer l'invasion de la cote Ouest des États-Unis en visant les villes suivantes: Miami, Baltimore, Boston, New York et Washington. Il dira que ce n'est que le début du commencement d'un nouvel ère car un des membres de la Résistance de New York est un traître qui est prêt à tout pour leur livrer Chris Stone au Ministre en échange d'une place importante dans la sphère du pouvoir soviétique.

Ce scénario rappelle le point de départ du film L'Aube rouge de John Milius.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Freedom Fighters est un jeu d'action à la troisième personne. Le joueur doit reprendre différents quartiers stratégiques de New York en menant des coups d'éclats à la tête d'une équipe pouvant aller jusqu'à 12 combattants.
Un système de charisme permet au personnage de grossir ses rangs. Pour augmenter son charisme, le joueur doit mener à bien des objectifs ou soigner des civils blessés. Il dirige ses coéquipiers à l'aide d'un système relativement simple de trois ordres (attaquer, défendre ou suivre).

Le jeu propose également un mode 2 joueurs en écran splitté où le but est de conquérir et conserver le drapeau.

À noter[modifier | modifier le code]

Le réalisateur des musiques du jeu est Jesper Kyd, qui avait déjà composé les musiques de la série Hitman.

Après l'invasion des États-Unis par la Russie, la télévision nous informe que les nouveau-nés auront leur numéro de sécurité sociale tatoué sur leur nuque : faut-il y voir un clin d'œil à 47, le héros des Hitman, sans oublier le poster dans l'appartement d'Isabella d'un homme qui ressemble étrangement à 47 de Hitman, du même studio de développement ?

Liens externes[modifier | modifier le code]