Free as a Bird

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Free as a bird)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la chanson des Beatles. Pour l'album de Supertramp, voir Free as a Bird (album).

Free as a Bird

Single par The Beatles
extrait de l'album Anthology 1
Face B Christmas Time (Is Here Again)
Sortie Drapeau du Royaume-Uni 4 décembre 1995
Drapeau des États-Unis 12 décembre 1995
Enregistré 1977 (New York) et février-mars 1994 (Sussex)
Durée 4:26
Format 7", CD
Auteur-compositeur The Beatles
Producteur Jeff Lynne, The Beatles
Label Apple Records
Classement N° 2 (Royaume-Uni)
N° 6 (États-Unis)

Singles par The Beatles

Free as a Bird est une chanson des Beatles, enregistrée et publiée après la mort de son auteur originel, John Lennon. Parue en single le 4 décembre 1995, elle fait partie de la promotion du documentaire télévisé The Beatles Anthology et de la compilation Anthology 1. Ce vaste projet vise à revenir sur l'histoire des Beatles, en proposant une série d'interviews avec les trois membres du groupe encore en vie accompagnés des principaux acteurs de l'aventure, et des enregistrements inédits.

John Lennon écrit Free as a Bird en 1977, alors qu'il traverse une période longue de cinq ans hors de toute activité publique, essentiellement consacrée à son fils Sean né en 1975. Il en enregistre une démo chez lui. Ce morceau fait partie des inédits de Lennon que Yoko Ono, sa veuve, envoie à Paul McCartney pour le projet Anthology. Free as a Bird présente l'intérêt de permettre aux trois autres Beatles d'y apposer leur touche, en complétant l'arrangement et en ajoutant des paroles, pour en quelque sorte réunir le groupe au complet. Jeff Lynne du groupe ELO est engagé pour co-produire le disque, lui qui a déjà travaillé avec George Harrison, notamment sur son album solo Cloud Nine. Le clip vidéo de la chanson, produit par Vincent Joliet et réalisé par Joe Pytka, dépeint du point de vue d'un oiseau une scène aux nombreuses références à l'œuvre des Beatles.

Free as a Bird remporte en 1997 le Grammy Award de la meilleure performance pop d'un duo ou groupe avec chant, après être devenu le 31e single des Beatles à atteindre le top 10 des classements aux États-Unis. Elle assure au groupe au moins un titre dans le top 40 pendant quatre décennies (des années 1960 aux années 1990). Le groupe publie aussi Real Love en 1996, sur le même principe (chanson de John Lennon retravaillée par les autres), qui atteint également le top 10.

Genèse[modifier | modifier le code]

Le Dakota Building, où, en 1977, Lennon vit et enregistre Free as a bird.

Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr ont d'abord l'intention d'enregistrer, en trio, de la musique pour le projet Anthology, mais veulent travailler de nouvelles chansons[a 1]. Depuis toujours, les Beatles ont pris leurs décisions à l'unanimité, l'un des quatre n'étant pas d'accord pouvant opposer son veto. Ainsi, la seule manière qu'ils ont de se réunir musicalement en tant que Beatles est de s'assurer de la présence de John Lennon, mort en 1980, sur le disque[a 2].

McCartney demande ainsi à Yoko Ono, la veuve de Lennon, si elle a en sa possession des enregistrements inédits du musicien ; celle-ci lui répond en lui envoyant des cassettes contenant quatre chansons[1],[a 3]. Free as a Bird a été enregistrée par Lennon en 1977, dans son appartement du Dakota Building, mais est restée inachevée. Les autres chansons envoyées par Ono sont Grow Old With Me, Real Love, et Now and Then[2]. Yoko Ono explique : « Tout était déjà préparé, j'ai juste utilisé cette occasion pour donner en personne les cassettes à Paul. Je n'ai pas brisé les Beatles, mais j'étais là à l'époque, vous savez... Maintenant je suis en position de les réunir à nouveau, et je ne voudrais pas retarder ça. C'est une occasion que le destin m'a donnée[3]. »

Enregistrement[modifier | modifier le code]

Les trois Beatles choisissent Jeff Lynne ( également producteur pour George Harrison sur Cloud Nine, Paul McCartney sur Flaming Pie et Ringo Starr sur Time Takes Time), pour produire le disque, et non pas leur producteur historique, George Martin, à cause de ses problèmes d'audition. McCartney explique : « George n'a pas été impliqué. Il ne veut plus produire beaucoup car son ouïe n'est plus aussi bonne qu'avant. C'est un gars très sensible, et il a dit « Écoute, Paul, j'aime faire un travail correct », et s'il ne s'en pense pas capable, il ne le fait pas. C'est très noble de sa part en fait, la plupart des gens prendraient l'argent et s'en iraient[4]. »

La bande originale de la chanson se trouve sur une cassette audio, le chant de Lennon et le piano se trouvant sur la même piste[a 4]. Les deux sont impossibles à séparer, si bien que Jeff Lynne doit produire le titre avec la voix et le piano en même temps. Cependant, il explique que cela reste bon pour l'intégrité du projet, car Lennon ne fait pas que chanter un vers ici ou là, mais joue aussi la chanson[a 5].

Les trois autres Beatles (les « Threetles ») enregistrent une piste autour de l'idée de base de Lennon, qui contient des trous à combler musicalement[a 6]. Certains accords sont modifiés, et l'arrangement est étendu pour inclure des pauses où McCartney et Harrison peuvent chanter des vers supplémentaires. Harrison, qui a toujours été le guitariste attitré du groupe, joue de la slide sur le solo[a 7].

Les overdubs et la production sont réalisés en février et mars 1994, dans le studio personnel que Paul McCartney possède dans le Sussex[a 8]. La chanson se termine par une courte coda, qui est issue d'une enregistrement incomplet de This Boy et qui comprend, en plus de la voix de John Lennon en fond, une partie d'ukulélé jouée par George Harrison[5]. Ce que dit Lennon à la fin sonne comme « made by John Lennon » (fait par John Lennon), mais, d'après McCartney, c'était complètement involontaire et découvert uniquement lors de l'écoute du mix final[6].

Lorsque Ringo Starr entend les harmonies de McCartney et Harrison, et plus tard la chanson terminée, il déclare qu'elle sonne exactement comme eux (les Beatles). En fait, Starr explique qu'il a plutôt regardé ce projet du point de vue d'une « personne extérieure »[a 9], comme s'il n'était plus un Beatle. À la fin du travail, les trois Beatles sont d'accord pour dire qu'ils ont le plus apprécié d'enregistrer Free as a Bird, car Real Love, l'autre titre de Lennon mis en boîte, était déjà presque terminé dès le départ. Ils n'y ont que peu contribué, ayant l'impression d'être cantonnés au rôle de musiciens de sessions pour John Lennon[a 10].

Interprètes[modifier | modifier le code]

Clip vidéo[modifier | modifier le code]

Produit par Vincent Joliet et réalisé par Joe Pytka (Space Jam), le clip montre une scène, du point de vue d'un oiseau en plein vol, regorgeant de références aux chansons des Beatles, comme Penny Lane, Paperback Writer, A Day in the Life, Eleanor Rigby, et Helter Skelter[7]. On estime que le clip contient quatre-vingts à une centaine d'allusions à l'histoire des Beatles, leur musique et leurs textes[8]. Bien que l'oiseau soit audible au début du clip, il n'apparaît à aucun moment à l'écran. Selon Neil Aspinall, alors directeur général d'Apple Records, la raison est que personne n'était d'accord sur quelle espèce d'oiseau utiliser[b 1].

Le célèbre passage-piéton d'Abbey Road apparaît en fin de clip.

Joe Pytka a dû faire part de toutes ses idées aux Beatles à et Yoko Ono, pour s'assurer de leur accord avant de commencer le tournage. Il reçoit leur approbation, en même temps que la bénédiction personnelle de Derek Taylor[b 2]. Les endroits authentiques sont utilisés le plus possible : le quartier de Penny Lane est remaquillé par le département artistique de Pytka pour ressembler à ce qu'il était dans les années 1950 (enfance du groupe), et le Liver Building et les docks de Liverpool sont également présents, en référence au père marin de John Lennon, Alfred Lennon[b 3].

Bien que Pytka ait fixé ses idées sur un storyboard, il l'abandonne dès le début du tournage, et suit le cours de ses inspirations selon les angles et perspectives proposés par le steadicam ou la Louma (caméra montée sur une grue Akela de 25 mètres). Par exemple, l'accident de voiture, qu'il filme d'en haut pendant des heures, avant de se rendre compte qu'une prise au steadicam sur le sol est bien meilleure[b 4]. Des images d'archives sont utilisées, fondues dans le clip final grâce à un écran vert, comme le bobtail de Paul McCartney dans le cimetière, et l'éléphant dans la salle de danse indienne[b 5]. Cet éléphant est ajouté à la fin, parce que Ringo Starr aime la scène mais tient à ce qu'un éléphant s'y trouve. Pytka accepte car, plus tôt, il a ajouté un sitar à cette scène sur demande de George Harrison[b 6]. En plus du steadicam, Pytka utilise aussi un hélicoptère téléguidé équipé d'une caméra pour la scène du passage piéton d'Abbey Road[b 7].

George Harrison joue de l'ukulélé en studio pour Free as a Bird, et demande à ce qu'on le voie jouer de cet instrument de dos, sur la toute dernière scène du clip. Pytka a refusé cette idée, sentant qu'un Beatle contemporain ne devait pas apparaître à l'écran. Plus tard, Pytka déclare que ce fut un déchirement de cœur, particulièrement après la mort de Harrison en 2001 et après avoir découvert que l'ukulélé n'était pas un simple extrait d'une vieille chanson, comme Pytka le supposait[b 8].

Le clip de Free as a Bird remporte le Grammy Award du meilleur clip musical court, en 1997.

Publication et réception[modifier | modifier le code]

Free as a Bird est diffusée pour la première fois sur la BBC (Radio 1), le 20 novembre 1995[8]. Elle est publiée en single au Royaume-Uni le 4 décembre 1995, deux semaines après sa sortie sur la compilation Anthology 1. La première semaine, le single s'écoule à 120 000 exemplaires, entrant dans les charts britanniques directement à la deuxième position, mais le Earth Song de Michael Jackson l'empêchera de monter plus haut. En tout, le single reste huit semaines dans les classements[9]. Aux États-Unis, Free as a Bird atteint la sixième place du Billboard Hot 100, devenant le 34e single des Beatles à atteindre le top 10 aux États-Unis[10].

Il s'agit de la première sortie de single inédit du groupe depuis The Long and Winding Road, sorti aux États-Unis en 1970[11].

Free as a Bird reçoit des critiques diverses. Un auteur du Guardian la qualifie d'opération publicitaire exploitant l'image des Beatles, et en devant moins aux Beatles qu'à Jeff Lynne[12]. The Independent la décrit « d'une discrétion décevante... la guitare de George Harrison pleure avec suffisamment de douceur lorsque c'est nécessaire, mais l'effet général tient du chant funèbre ». Christ Cart, animateur de Breakfast with the Beatles (émission radio consacrée au groupe), commente : « J'accorde de la valeur à toute chanson (spécialement si elle est bonne) jouée par John, Paul, George, et Ringo, peu importe comment (ou quand) elle a été enregistrée[13]. »

Free as a Bird remporte en 1997 le Grammy Award de la meilleure performance pop d'un duo ou groupe avec chant.

Contenu du single[modifier | modifier le code]

  • 7"
  1. Free as a Bird (Lennon, McCartney, Harrison, Starr) – 2:42
  2. Christmas Time (Is Here Again) (Lennon, McCartney, Harrison, Starr) – 3:02
  • CD
  1. Free as a Bird– 4:26
  2. I Saw Her Standing There (Lennon/McCartney) – 2:51
  3. This Boy (Lennon/McCartney) – 3:17
  4. Christmas Time (Is Here Again) – 3:02

Notes et références[modifier | modifier le code]

DVD The Beatles Anthology, 2003, Special Features: Recording Free as a Bird and Real Love

  1. Ringo Starr, DVD Anthology, 0:00:43
  2. George Harrison, DVD Anthology, 0:01:13
  3. Ringo Starr, DVD Anthology, 0:01:58
  4. Paul McCartney, DVD Anthology, 0:03:00
  5. Jeff Lynne, DVD Anthology, 0:03:16
  6. Ringo Starr, DVD Anthology, 0:03:33
  7. Harrison, DVD Anthology, 0:03:50
  8. Paul McCartney, DVD Anthology, 0:06:47
  9. Ringo Starr, DVD Anthology, 0:06:26
  10. Paul McCartney, DVD Anthology, 0:08:09

DVD The Beatles Anthology, 2003, Special Features: Making the Free as a Bird video

  1. Neil Aspinall, DVD Anthology, 0:00:17
  2. Joe Pytka, DVD Anthology, 0:01:06
  3. Joe Pytka, DVD Anthology, 0:02:01
  4. Joe Pytka, DVD Anthology, 0:04:44
  5. Joe Pytka, DVD Anthology, 0:05:50
  6. Joe Pytka, DVD Anthology, 0:07:06
  7. Joe Pytka, DVD Anthology, 0:07:38
  8. Joe Pytka, DVD Anthology, 0:10:16

Autres sources

  1. (en) Bands tempted by reunion lucre, BBC, 20/12/2002. Consulté le 1/03/2011
  2. (en) Free As A Bird & Real Love, iamthebeatles.com. Consulté le 1/03/2011
  3. (en) Free as a Bird, sur beatlesbible.com. Consulté le 1/03/2011
  4. (en) Jeff Lynne & The Beatles, Face the Music, 26/02/2000. Consulté le 1 mars 2011
  5. (en) Renee Montagne's, « Paul McCartney Gets Back to The Beatles », NPR, 26/11/2002. Consulté le 1/03/2011
  6. (en) Sean O'Hagan », Macca beyond », The Observer, 18/09/2005. Consulté le 1/03/2011
  7. (en) Free As A Bird sur beatlesbible.com. Consulté le 1/03/2011
  8. a et b (en) Chris Ingham, The Rough Guide To the Beatles, Rough Guides,‎ 2003 (ISBN 1-84353-140-2), p. 92-93
  9. (en) British Hit Singles and Albums, Guinness World Records,‎ 2006 (ISBN 1-904994-10-5), p. 49
  10. (en) The Beatles’ biography, Rolling Stone. Consulté le 1/03/2011
  11. (en) Richard Corliss, « Free as a Beatle, 24/06/2006. Consulté le 1/03/2011
  12. (en) Caroline Sullivan, « Do they believe in yesterday?, The Guardian, 21/11/1995. Consulté le 1/03/2011
  13. (en) Rip Rense, « One More Beatles Song, or Should They Just Let It Be », The Rip Post, 21/08/2005. Consulté le 2/03/2011