Free Tibet Campaign

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir FTC.

Free Tibet Campaign

Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association à but non lucratif
Fondation
Fondation 1987
Identité
Siège Londres, Angleterre
Personnages clés Stephen Corry (en), Executive Committee Member
Président Daniel Russell
Site web http://www.freetibet.org

Free Tibet Campaign est une organisation non gouvernementale à but non lucratif, fondée en 1987 et basé à Londres, Angleterre qui réalise des campagnes en faveur des droits du peuple tibétain à l'autodétermination[1],[2].

L'association fait campagne pour mettre fin à ce que certains considèrent comme une occupation du Tibet par la République populaire de Chine (RPC), et pour que les droits de l'homme des Tibétains soient respectés[3].

L'association est membre du Réseau international de soutien au Tibet (ITSN), une organisation non gouvernementale (ONG) internationale regroupant 166 associations qui se focalisent sur la situation au Tibet et soutiennent le peuple tibétain[4].

Au mois de mars 2008, l'association a donné des informations sur la plus grande série de manifestations au Tibet en plus de vingt ans ; manifestations sur lesquels les associations solidaires des Tibétains continuent à rassembler des preuves[5]. Comme le gouvernement chinois contrôle l'accès des journalistes au Tibet et fait en sorte que les dissidents politiques soient sévèrement punis, le travail des associations pour obtenir des informations au Tibet est difficile mais vital à la cause tibétaine[6].

En 2008, Free Tibet Campaign et d'autres associations ont dénoncé l'hypocrisie fondamentale de la Chine qui obtint l'attribution des jeux olympiques bien qu'ayant un des rapports les plus mauvais du monde sur les droits de l'homme ; en contradiction avec l'esprit des Jeux de même qu'avec les promesses faites au Comité international olympique [CIO] que Chine améliorerait ce rapport suivant l'accession de Pékin jeux olympiques. Ceci a inclus les organisations de grands rassemblements à l'échelle dans Londres pendant le Relais de la flamme olympique 2008 au mois d'avril, durant lequel des milliers de supporters du Tibet ont rempli les rues[7], menant la Chine et le CIO à réduire et dévier des relais dans d'autres villes[8], permettant que l'événement devienne moins efficace comme méthode pour promouvoir la notion de propagande que la Chine est un état « harmonieux ».

Suite aux jeux olympiques, les analystes de la Chine pensent qu'il est possible que les autorités commenceront à traiter sévèrement les contestataires tibétains, à présent que les journalistes du monde ne sont plus à Pékin[9]. Free Tibet Campaign a produit la preuve d'une accumulation militaire considérable dans le secteur[10], et exhorte des dirigeants politiques de ne pas tourner le dos à la région.

Free Tibet Campaign recherche aussi la libération de prisonniers politiques par l'information, les pétitions et ses Campagnes d'Action Urgentes[11]. Cette approche a permis d'obtenir de premières libérations de prisonniers politiques éminents comme Phuntsog Nyidron, de réduire la sentence de Tenzin Delek Rinpoché de la peine de mort à la prison à vie et aussi probablement d'influer pour obtenir une condamnation relativement faible pour Runggye Adak en 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]