Freebox

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis FreeBox)
Aller à : navigation, rechercher
Freebox
La Freebox « Révolution »
La Freebox « Révolution »
Développeur Free
Fabricant Free
Type Box internet et Set-top box
Date de sortie
Média Internet, télévision, téléphone
Unités vendues Avec abonnement triple play Free
Environnement Linux
Alimentation 12 volts DC via FreePlugs
Processeur
Stockage
Mémoire
Carte graphique Player : Intel GMA 500 (200 MHz)
Contrôleurs Télécommande
Manette de jeu
Clavier/souris
Applications dédiées
Connectivité Voir les connectiques
Services Voir les fonctions
Dimensions Largeur : 310 mm
Hauteur : 70 mm
Profondeur : 220 mm
Masse
  • Server : 1,5 kg
  • Player : 2 kg
Compatibilité Applications Elixir, divers formats son et vidéo
Site web www.free.fr/adsl

La Freebox est un appareil électronique fourni par le fournisseur d'accès à Internet français Free à ses abonnés haut débit. La Freebox a connu six versions différentes depuis son premier lancement (avec des sous-versions apportant des changements plus ou moins importants).

Cet appareil sert principalement de modem xDSL ou FTTH, mais il est défini par la société Free comme « un appareil électronique servant d'interface entre l'équipement informatique et/ou audiovisuel de l'usager et le réseau de Free ». En ce sens, il ne sert pas seulement d'interface entre un ordinateur et l'Internet, mais permet aussi à Free de proposer des services ajoutés utilisant le réseau, comme la télévision sur IP ou la téléphonie sur IP, trio que l'on connait sous l’appellation triple play. La Freebox peut également faire office de routeur et de point d'accès sans fil Wi-Fi. La Freebox est définie comme l’équipement terminal du réseau ; elle demeure la propriété de Free, et n'est que prêtée aux abonnés. Elle est livrée avec une télécommande et des accessoires (câbles, filtre…).

Histoire[modifier | modifier le code]

La Freebox a été conçue par Sébastien Boutruche, responsable recherche et développement Freebox, avec son équipe, d'après le concept formulé par Xavier Niel et Rani Assaf en 2001[2],[3]. Freebox est une première mondiale, elle est la première Box Triple Play, c'est-à-dire le premier terminal réseau offrant accès simultanément à Internet, à la télévision et au téléphone. Depuis, de nombreux fournisseurs d'accès français ont donné à leur modem un nom se terminant par « box », imitant ainsi le nom de la Freebox.

Obtenir une Freebox[modifier | modifier le code]

Lors d'un abonnement haut débit Free, une freebox est gratuitement fournie à l'abonné. Freebox n'est pas vendue, elle est une partie intégrante du réseau Free et agit en tant que point de livraison du service. Chaque Freebox en zone dégroupée est configurée pour n'être opérationnelle que sur l'IP client: l'adresse MAC de la carte réseau lui sert à s'identifier sur son DSLAM, qui l'autorise uniquement s'il y a correspondance entre l'IP de connexion et la MAC dans la base client Free. En zone non dégroupée par Free, l'adresse MAC de la Freebox sert de login IPADSL.

  • Un nouvel abonné xDSL en zone non dégroupée recevra une Freebox Crystal sans boîtier TV.
  • Un nouvel abonné xDSL en zone dégroupée recevra une Freebox Crystal et un boîtier TV ou une Freebox Révolution (v6) suivant son choix de forfait.
  • Un nouvel abonné à l'offre FTTH disposera d'une Freebox Révolution (v6).

Free permet à ses abonnés de passer à la Freebox v6 en contrepartie d'une compensation financière, dégressive en fonction de l'ancienneté, et de l'acceptation des nouvelles conditions générales et d'une nouvelle grille tarifaire.

L'ancienneté a pu être remise à zéro lors d'un précédent échange de Freebox ou d'un changement d'abonnement (passage de « Freebox en zone dégroupée » à « Total Freebox » par exemple). Cependant, un jugement du a déclaré abusive et a donc annulé la clause de remise à zéro de l'ancienneté suite à un renouvellement de Freebox[4].

Versions de Freebox[modifier | modifier le code]

Logo de la Freebox

La version est indiquée en dessous de la Freebox (en italique dans le tableau).

Première génération : versions 1 et 2[modifier | modifier le code]

La première Freebox est la première « box » xDSL mondiale permettant d'avoir accès au triple play[5].

Les Freebox v1 et v2 ne sont plus distribuées et plus aucun abonné n'en dispose officiellement.

Version Date de sortie Changements par rapport à la version précédente
Freebox version 1
FBX-ADSL01
  • Internet (via USB ou ethernet)
  • Téléphonie et services classiques associés (messagerie, rejet, renvoi, double appel, conférence, transfert, filtrage, …)
  • Télévision
  • Processeur RC32355[6]
Freebox version 2
FBX-ADSL02
  • Nouveaux composants matériels pour la VoIP
  • Nouvelle alimentation (l'alimentation sous-dimensionnée de la v1 pouvait griller en quelques jours, la box étant alors à changer..)

Deuxième génération : versions 3 et 4[modifier | modifier le code]

La Freebox v3 apporte une refonte du design (dont celui de la télécommande) avec une réduction importante du volume de la Freebox et l'ajout d'un affichage à LED sur la face avant permettant d'avoir l'heure ou d'autres informations (informations sur la connexion ou canal de la chaîne de télévision par exemple) que la v4 conserve.

Les Freebox v3 et v4 ne sont plus distribuées, les v3 étant déjà retirées du circuit, et les v4 sont en cours de remplacement gratuit par la version 5 et HD pour les abonnés xDSL dégroupés et seulement le boîtier réseau de la version 5 pour les abonnés xDSL non dégroupés.

Version Date de sortie Changements par rapport à la version précédente
Freebox version 3
FBX-ADSL03
  • Refonte du design (dont celui de la télécommande)
  • Afficheur frontal quatre fois sept segments
  • Fonction Wi-Fi via un port PCMCIA (avec la norme 802.11b)
  • Fonction routeur
  • Transformateur externe
  • Le connecteur audio numérique S/PDIF de type coaxial RCA devient optique Toslink
  • Suppression de tous les connecteurs RCA (le S/PDIF comme les 2 analogiques)
  • Suppression du second connecteur pour le téléphone qui était inutilisé
  • Processeur Conexant CX82310[6] cadencé à 168 MHz
Freebox version 4 (A)
FBX-ADSL04
fin
  • Compatibilité à l'ADSL 2+
  • Capacités internes plus performantes
  • Ajout d'un connecteur USB maître, utilisé pour brancher une imprimante que l'on partage sur le réseau
  • Processeur Broadcom BCM6348[7] cadencé à 255 MHz
Freebox version 4 B
FBX-ADSL04B
  • Réorganisation interne, mais pas de nouvelle fonctionnalité
Freebox version 4 C
FBX-ADSL04C
  • Compatibilité avec la norme 802.11g pour le Wi-Fi en passant du PCMCIA 16 bits au CardBus 32 bits
Freebox version 4 R
FBX-ADSL04R
entre avril et
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Troisième génération : versions 5 HD, Ô HD et Crystal[modifier | modifier le code]

À partir de sa cinquième version, la Freebox est divisée en deux boîtiers distincts :

  1. un boîtier réseau : Freebox v5 pour les abonnés xDSL ou Freebox Ô pour les abonnés fibre optique et à partir du 11 juin 2013 Freebox Crystal 1.
  2. un boîtier multimédia : Freebox HD et à partir du 11 juin 2013 Freebox Crystal 2.

Les deux boîtiers sont reliés entre eux via Wi-Fi ou ethernet pour les premières versions de Freebox v5 HD puis via CPL ou ethernet ensuite.

Boîtier réseau[modifier | modifier le code]

Le boîtier réseau Freebox v5 reprend le même design que les Freebox v3 et v4 mais la couleur est passée au gris-bleu argenté.
Il était distribué aux abonnés xDSL ayant choisi l'offre de base, en zone non dégroupé (sans boîtier TV) et aux abonnés de la Fondation Free.

Le boîtier réseau Freebox Ô est identique à la Freebox v5 hormis la connectique, elle arrive plus tard en même temps que le lancement des offres commerciales fibre optique. Il est distribué aux abonnés FTTH avec l'offre de base.

Le boîtier réseau Freebox Crystal 1 reprend la philosophie épurée des boîtiers de la Freebox v6 Révolution dans un coloris blanc. Il est actuellement distribué aux abonnés xDSL ayant choisi l'offre Crystal qui remplace l'offre de base xDSL.

Version Date de sortie Changements par rapport à la version précédente
Freebox version 5 (00)
FBX-ADSL05-00

Réorganisation totale de la Freebox :

  • Couleur du boîtier grise à la place du noir
  • Partie télévision reléguée au boîtier HD
  • Wi-Fi MIMO (trois antennes sont livrées avec la Freebox, la carte séparée n'est plus nécessaire)
  • Téléphonie Wi-Fi (via le protocole SIP)
  • Mini-switch Ethernet pour relier jusqu'à quatre ordinateurs
Freebox version 5 (01)
FBX-ADSL05-01
  • Connecteurs d'antenne MIMO argentés au lieu d'être dorés
Freebox version 5 (02)
FBX-ADSL05-02
  • Composants de gestion de la VoIP intégrés dans la carte mère
  • Changement des composants de mémoire vive (deux chipsets au lieu d'un seul auparavant)

Du fait de la fabrication en Chine, contrairement aux anciennes versions de Freebox fabriquées en France, les finitions ont changé[8] :

  • Technique de coloration du plastique différente
  • Connecteurs d'antenne MIMO fixés sans écrous
  • Pieds en caoutchouc moins élevés
Freebox version 5 A
F-ADSL05A
  • Deux antennes Wi-Fi MIMO au lieu de trois précédemment (sauf pour la version F-ADSL05A-2-EN et F-ADSL05A-2-BR)
Freebox version 5 B
F-ADSL05B
  • Retour des trois antennes Wi-Fi MIMO + intégration du module wifi N
Freebox version 5 C
F-ADSL05C
  • La norme du Wi-Fi passe au 802.11n
  • Les antennes Wi-Fi sont intégrées dans le boîtier
  • Connexion au boîtier HD grâce aux FreePlugs
Freebox Crystal 1[9]
  • Nouveau boîtier
Freebox Ô 1 A
nom de code Ophélie
F-OPT01A-0-MN
  • Nouvelle carte mère avec redisposition complète des ports
  • Le connecteur ADSL devient un connecteur SFF (pour y brancher la fibre optique)
  • Ajout de DEL d’activité sur chaque port Ethernet
  • La vitesse des ports Ethernet est portée à Gb/s
  • Ajout d'un port SFP
  • Ajout de ports HDMI, Péritel et S/PDIF (ce boîtier est maintenant lui aussi capable d'utiliser le service de télévision)
  • Suppression du port USB et d'un port Ethernet (il en reste néanmoins quatre dans le mini-switch) servant à la connexion avec l'ordinateur
  • L'adaptateur secteur de 12 volts devient un adaptateur 9 volts
Freebox Ô 1 B
F-OPT01B 0-SR
  • La norme du Wi-Fi passe au 802.11n
  • Les antennes Wi-Fi sont intégrées dans le boîtier
  • Fabrication en république tchèque et non plus en chine
  • L'installation par un technicien Free n'est plus nécessaire
Freebox Ô 2 A
F-OPT02A 0-RN
  • Non compatible fibre directement. Nécessite un convertisseur optique séparé.
  • À base de F-ADSL05C.
  • Firmware permettant l'accès WAN par RJ45 via le convertisseur optique
  • Plafonne généralement à 20-25Mb/s en mode routeur, 40-50Mb/s en mode bridge (Free n'a pas fourni d'explication à ce phénomène, mais les utilisateurs incriminent un chipset Broadcom BCM6348 aux performances insuffisantes)
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Boîtier multimédia[modifier | modifier le code]

Le boîtier multimédia Freebox HD arbore un design de parallélépipède rectangle complètement nouveau. Il était distribué aux abonnés ADSL ayant choisi l'offre de base, en zone non dégroupé (sans boîtier TV) et aux abonnés de la Fondation Free mais est toujours distribué aux abonnés FTTH avec l'offre de base. Il est aussi distribué aux abonnés à l'option Multi-TV, même ceux possédant une Freebox Révolution.

Le boîtier multimédia Freebox Crystal 2 est identique au boitier réseau Freebox Crystal 1 qui reprend la philosophie épurée des boîtiers de la Freebox v6 Révolution dans un coloris blanc. Il est actuellement distribuée aux abonnés ADSL ayant choisi l'offre Crystal qui remplace l'offre de base ADSL.

Version Date de sortie Changements par rapport à la version précédente
Freebox « HD » version 1
FBX-HD01

Réorganisation totale de la Freebox : présence de deux boîtiers reliés par Wi-Fi MIMO ou Ethernet. Celui-ci totalement nouveau (notamment au niveau du design) reprend uniquement les fonctions télévisuelles de la version 4, en y ajoutant les fonctionnalités suivantes :

Freebox « HD » version 2
FBX-HD02-00
  • Deux antennes Wi-Fi MIMO au lieu de trois précédemment
  • Nouvelle carte mère complètement retravaillée (dont changement de place des entrées et sorties et disparition de la carte mini-PCI Wi-Fi intégrée)
  • Augmentation de la capacité du disque dur qui passe de 40 Go à 80 Go (néanmoins bridé à 40 Go)
  • Ajout d'une ventilation intégrée (l'activation du disque dur interne est nécessaire pour activer la thermorégulation du ventilateur)
  • Ce boîtier pèse quatre-cent grammes de plus que la version précédente
  • Alimentation 12 V - 3,15 A au lieu de 9 V - 4,0 A
  • Ajout d'une petite diode verte sur l'alimentation indiquant son fonctionnement ou non
Freebox « HD » version 2.2
F-HD01A
F-HD01B
F-HD02A
F-HD02B
  • Suppression du décodeur TNT (sauf sur le modèle F-HD01A-0-CR et F-HD01A-1-LR)
  • Suppression de la ventilation intégrée sur les modèles F-HD01
  • Chez certains nouveaux abonnés en 2010, des boîtiers de cette série sont fournis avec une clé USB TNT externe en remplacement du décodeur TNT interne manquant[10]
Freebox « HD » version 3
F-HD02A-TN
F-HD02A-0-TN
F-HD02C-0-TN
F-HD02D-0-TN
F-HD02E-0-TN
  • Réintégration du décodeur TNT
  • Réintégration du ventilateur sur certains modèles
  • Connexion au boîtier ADSL ou optique grâce aux FreePlugs
  • Suppression des antennes Wi-Fi rendues inutiles par les FreePlugs
  • Suppression du module Wi-Fi
  • Capacité du disque dur qui passe de 80 Go à 100 Go sur certains modèles (néanmoins bridé à 40 Go), d'autres restent à 40 Go (version actuellement distribuée)
  • Sur le modèle F-HD02E-0-TN, passage à l'interface SATA au lieu de PATA pour le disque dur, avec des disques de 160 Go, toujours bridés à 40 Go[11]
Freebox Crystal 2[9]
  • Nouveau boîtier
  • Nouvelle interface TV, qui a également été mise en place sur les anciens modèles de Freebox v5 avec une mise à jour[12]
  • Nouvelle télécommande
  • Suppression des entrées vidéo
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Quatrième génération : version 6 « Révolution »[modifier | modifier le code]

Le , Xavier Niel a dévoilé la nouvelle mouture de la Freebox : la version 6 dite Révolution. Ce boîtier, esthétiquement conçu par Philippe Starck, offre de nombreuses nouveautés dont un disque dur de 250 Go, un lecteur de DVD et de Blu-ray 3D ready (uniquement sur sortie hdmi et péritel depuis le firmware 1.1.0)[13], un Tuner TNT-HD, le son 7.1, une télécommande à liaison radio dotée d'un gyroscope et d'un accéléromètre, un commutateur réseau ethernet gigabit, le WiFi 802.11n à 450 Mbit/s. Le tout architecturé autour d'un SoC Intel CE4150 (Sodaville)[14],[15], soit un processeur Intel Atom à 1,2 GHz et une carte graphique PowerVR (licencié sous l'appellation Intel GMA 500) à 400 MHz pour le boîtier Player.

Basé sur le logiciel libre VLC, la prise en charge de la lecture des disques Blu-Ray n'est pas complète. En fonction du niveau de protection BD+ ou Cinavia, les disques peuvent ne pas être lus par le player de la FreeBox[16],[17],[18],[19].

Les boîtiers Server et Player sont communs aux abonnés ADSL et Fibre. Ils sont distribués aux abonnés ayant choisi l'offre Révolution.

La Freebox Révolution abandonne l'affichage de messages comme le message « Rock'n'Roll » qui s'affichait, soit sur l'écran de télévision pour les versions 1 à 4 soit sur l'afficheur frontal de la Freebox HD ou même un simple « Rock » sur l'afficheur frontal de la Freebox Ô, tout cela pour signifier que la partie TV des box est prête à être utilisée. Elle a aussi abandonné le message qui s'affichait lors de certains passages au nouvel an sur les afficheurs frontaux des versions 3 à 5.

Boîtier réseau[modifier | modifier le code]

Le boîtier réseau de la Freebox v6 « Révolution » est nommé Freebox Server.

Version Date de sortie Changements par rapport à la version précédente
Freebox version 6 « Révolution » Server
  • SoC Broadcom BCM6368 à 400 Mhz (MIPS32)[20] pour la partie xDSL
  • SoC ARM Marvell Kirkwood 88F6281 à 1.2 Ghz[21] pour les fonctions de plus haut niveau (NAS)
  • La partie commutation Gigabit Ethernet est assuré par un Marvel 88E6161 rendant disponible 4 ports Gigabit Ethernet (1000 Base-T)[22].
  • RAM : 512 Mo de DDR2-800 (NAS) + 32 Mo de DDR-400 (xDSL)
  • Wi-Fi 802.11n (3x3 à 450 Mbit/s)
  • Disque dur 2,5" de 250 Go.
  • Serveur NAS accessible depuis l’extérieur depuis août 2011[23].
  • Base DECT, Cat-iq.
  • 1 port USB 2.0 accessible en façade.
  • 2 ports USB 2.0, 1 port e-SATA, une entrée/sortie audio/stéréo, à l'arrière
  • Deux haut-parleurs intégrés permettant d'écouter les messages du répondeur, une webradio ou de la musique pour les produits et les applications supportant le protocole AirPlay.
  • Contrôle parental, téléchargement autonome, surveillance de la consommation téléphonique, serveur web local pour l’administration.
  • Port SFP relié au switch par un transceiver Gigabit Ethernet Marvel Alaska 88E1118R[24].
  • Depuis le firmware 2.0.6, les abonnés fibres peuvent avoir un débit de l'ordre de 500 Mb/s en mode routeur (Broadcom BCM6368) et 1 Gb/s en mode bridge (Marvell Kirkwood 88F6281)[25].

Boîtier multimédia[modifier | modifier le code]

Le boîtier multimédia de la Freebox v6 « Révolution » est nommé Freebox Player.

Version Date de sortie Changements par rapport à la version précédente
Freebox version 6 « Révolution » Player
  • SoC Intel CE4150[14],[15] (Processeur Intel Atom à 1,2 GHz + carte graphique Intel GMA 500 PowerVR à 400 MHz)
  • 1 Go de RAM DDR3-1333
  • Lecteur Blu-ray intégré, (prise en charge partiel du format Blu-ray vidéo)
  • Tuner TNT-HD
  • 1 port USB en façade
  • Télécommande (par liaison radio ZigBee) interactive dotée d’un accéléromètre et d’un gyroscope à trois axes
  • Interface remodelée
  • Prévisualisation des chaînes
  • Navigateur Web
  • Musique avec Airmedia pour les produits Apple et l'application AirSync pour ceux sous Android
  • HDMI 1.3

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Caractéristiques matérielles[modifier | modifier le code]

Caractéristiques externes[modifier | modifier le code]

Les deux premières versions de la Freebox ont le même design et sont constituées d'un boîtier relativement imposant, ayant deux diodes frontales pour afficher son état de fonctionnement. La seule différence entre les deux modèles était l'alimentation interne ; le circuit « basse tension » était identique.

La Freebox v3 est dotée d'un boîtier entièrement nouveau. Elle est plus petite, plus légère, de couleur noire et a la forme d'un coquillage vue du dessus. Elle dispose d'un petit afficheur frontal quatre fois sept segments. La Freebox v4, apparue à la rentrée 2004, conserve le même boîtier.

La Freebox version 5, sortie en 2006, se compose de deux modules séparés :

  • le boîtier ADSL, dont le design ne change de la v4 que par la couleur bleu-gris.
  • le boîtier HD, de forme rectangulaire et disposant en façade de cinq boutons en forme de croix et d'un petit afficheur neuf fois treize segments.

Les premières version de la version 5 de la Freebox comportent trois antennes wifi à l'arrière des deux boîtiers, puis deux antennes pour finalement disparaître ensuite.

La version 6 de la Freebox, sortie début 2011, se compose toujours de deux modules qui ont tous deux une apparence quasiment jumelle réalisée par Philippe Starck, carrée, noire, posée sur un port USB frontal et ayant une suite de mots découpée en guise de grille d'aération recouvrant le dessus :

  • La boîtier Server, qui a un port USB frontal de couleur rouge, a un écran OLED monochrome 128×128 pixels et une façade tactile.
  • Le boîtier Player, qui a un port USB frontal de couleur gris, et une fente pour le lecteur Blu-Ray.

Free propose pour 30 euros, un pied circulaire pour pouvoir disposer une Freebox à la verticale ou de travers.

Caractéristiques internes[modifier | modifier le code]

La Freebox dispose d'un système d'exploitation basé sur le noyau Linux utilisant BusyBox qui est administrable à distance par Free, tout en fournissant des services supplémentaires « à la carte ».

Les Freebox v1 et v2 s'articulent autour du processeur de communication 32 bits RC32355. Presque toutes les Freebox v1 ont été remplacées par des V2 pour cause de problèmes électriques (le transformateur est interne).

La quatrième version comporte un nouveau chipset ADSL compatible ADSL 2+, un support de la norme Wi-Fi 802.11g pour les versions v4 C et v4 R. La dernière évolution de la Freebox v4 est sortie en version « R », ceci signifiant qu'elle est aussi compatible nativement avec le Re-ADSL 2.

La Freebox v5 possède, dans le boîtier télévision, un disque dur interne de 40 Go utilisables (jusqu'à 160 Go matériellement présents) permettant l'utilisation de la Freebox comme un magnétoscope numérique, disposant d'un décodeur TNT. La puce de décodage vidéo est une Sigma Designs SMP8635 fonctionnant à 300 MHz.

La Freebox v6 dispose d'un disque dur qui peut contenir 250 Go, et qui se trouve dans le boîtier Server. Le processeur du boîtier Server repose sur une architecture ARM9 à 1,2 GHz, et le boîtier Player dispose d'un SoC Intel CE4150[14],[15], reposant sur une architecture x86 à 1,2 GHz et une carte graphique Intel GMA 500 à 400 MHz (dérivée d'une PowerVR SGX535). Le boîtier Server contient 512 Mo de mémoire vive, et le boîtier Player, Go, de type DDR3 SDRAM.

Connectiques[modifier | modifier le code]

Connecteurs v1
v2
v3 v4 v5 v6
HD Crystal Révolution
v5 HD Ô 1 2 Server Player
Alimentation électrique IEC C7 230 V AC / 5,5 mm 12 V DC 1 / - - / 1 - / 1 - / 1 - / 1
(ou 9 V DC)
- / 1 - / 1 - / 1 - / 1 - / 1
Internet xDSL RJ-11 FXS 1 1 1 1 - - 1 - 1 -
FTTx SC (SFF) / Port SFP - - - - - 1 / 1 - - (1 a) / 1 -
Ethernet RJ-45 100BASE-T / 1000BASE-T 1 / - 1 / - 1 / - 1 + 4 / - 1 / - - / 4 1 + 4 / - 1 / - - / 4 - / 1
Wi-Fi Fente PCMCIA ou CardBus - 1 1 - - - - - - -
RP-SMA (antennes) - - - 3, 2 ou 0 3, 2 ou 0 3, 2 ou 0 - - - -
Femtocell Slot Pci express x1 - - - - - - - - 1 -
Téléphone(s) RJ-11 2 1 1 1 - 1 1 - 1 -
Ordinateur USB type B 1 1 1 1 - - - - - -
Stockage USB type A / eSATA - - - - 2 / - - - 2 / - 2 / 1 2 / 1
Imprimante USB type A - - 1 1 - 1 1 - (2) b -
Sorties
Audio / Vidéo
numérique
HDMI
(norme)
- - - - 1
(1.1)
1
(1.1)
- 1
(1.1)
- 1
(1.3a)
S/PDIF RCA / TosLink 1 / - - / 1 - / 1 - 1 / 1 - / 1 - 1 / 1 - - / 1
Sorties
Audio / Vidéo
analogique
Péritel standard / mini DIN 1 / - 1 / - 1 / - - - / 1 - / 1 - - / 1 - - / 1
S-Vidéo / RCA vidéo - - - - 1 / 1 - - 1 / 1 - -
RCA audio gauche / droite 1 / 1 - - - (1 / 1) c (1 / 1) c - (1 / 1) c - -
Jack audio entrée / sortie - - - - - - - - 1 / 1 -
Entrées
Audio / Vidéo
analogique
S-Vidéo / RCA vidéo - - - - 1 / 1 - - - - -
RCA audio gauche / droite - - - - 1 / 1 - - - - -
Tuner TV IEC 169-2
9,52 mm
entrée / sortie - - - - 1 / 1
ou
0 / 0
- - 1 / 1 - 1 / -
Non utilisés Ultra-ATA / SATA 1 / - - / 1 - / 1 - - - - - - -
RJ-11 (modem V.22bis) - - - - - - - - - 1

a. Le port SFP sert à enficher un transceiver SFP, livré seulement aux abonnés fibre optique v6, permettant de brancher la fiche SC de la fibre optique. La Freebox Ô intégrait déjà en son sein un transceiver SFP interne relié au connecteur SC (SFF) disponible, le port SFP ne servant qu'à la potentielle évolution de ce boîtier.

b. Les connecteurs USB du stockage servent aussi à brancher les imprimantes.

c. Adaptateur livré avec le boîtier, à brancher sur le connecteur mini DIN 9-pin vers Péritel (et deux RCA audio gauche/droite suivant le boîtier).

Consommation électrique[modifier | modifier le code]

Freebox v4 : Le boîtier Freebox v4 B consomme environ 9,3 W (mesurée lors d'une connexion ADSL 2 MB/s)[26].

Freebox v5 : Le boîtier modem freebox v5 consomme 11,1 watts. Le boîtier lecteur HD consomme au maximum 21 watts et 14,7 watts en veille. L'ensemble consomme donc au maximum 32 watts et 25,8 watts en veille[27].

Freebox v6 : Le boîtier Server de la Freebox v6 consomme jusqu'à 36 watts et au minimum 18 watts en inactivité. Le boîtier Player consomme jusqu'à 25 watts pendant la lecture d'une vidéo sur disque optique, jusqu'à 17 watts lors de la lecture d'une vidéo, 13,4 watts en veille, et 0,7 watts en veille prolongée[28],[29]. La veille prolongée s'obtient avec un appui long sur le bouton d'allumage et nécessite 40 secondes pour revenir à l'état de marche. L'ensemble des deux Freebox Révolution consomme donc 31 watts en veille (20 % de plus que l'ensemble de la version précédente), soit au minimum 271 kWh sur une année. Cela représente un coût de 30 euros à l'année (à 0,11 € le kWh).

Firmware[modifier | modifier le code]

Fonctions[modifier | modifier le code]

Réseaux[modifier | modifier le code]

Internet[modifier | modifier le code]

La Freebox permet d'accéder à Internet. Les débits maximum de la connexion dépendent, entre autres, de la version de la Freebox utilisée :

  • Freebox v1, v2 et v3 : débits de l'ADSL commercialisé par free à 10 Mbit/s en réception et 1 Mbit/s en émission (débits maximum ATM).
  • Freebox v4 et v5 : débits de l'ADSL 2+ (ou Re-ADSL 2 pour les lignes éloignées depuis les v4R) commercialisé par Free à 28 Mbit/s en réception et 1 Mbit/s en émission (débits maximum ATM).
  • Freebox optique : débits de 1 Gb/s (1 000 Mb/s ou Mbit/s) en FTTH commercialisé par Free à 100 Mbit/s en réception et de 50 Mbit/s en émission.
  • Freebox v6 : Dispose des caractéristiques de la Freebox v5 combinées à celles de la Freebox optique. Cependant la puce électronique gérant la partie ADSL 2+ (BCM6368 de chez Broadcom) permet aussi de gérer le VDSL2 qui est, actuellement, en cours de déploiement en Gironde et Dordogne[30].
Routeur[modifier | modifier le code]

La Freebox dispose depuis la v3 d'un routeur qui fait office de :

  • Serveur DHCP simplifié. Il est possible de définir des adresses MAC afin de permettre d'attribuer toujours la même adresse IP à une machine donnée.
  • Service de routage NAT et UPnP[31] simple. Il peut être activé par l'utilisateur depuis le site de Free, et route aussi bien l'USB, le port Ethernet et les connexions Wi-Fi.
  • Proxy Wake-on-LAN. Celui-ci permet d'allumer un ordinateur d'un réseau à distance, en utilisant des paquets codés (comprenant l'adresse MAC de l'ordinateur à allumer).

Le routeur des v3, v4 et v5 est administrable depuis une console de gestion via une page internet du site de Free dans le compte utilisateur de l'abonné. La Freebox rapatrie les paramètres du routeur lorsqu'elle se synchronise au DSLAM, qui oblige à redémarrer la box après chaque série de changement pour qu'ils soient pris en compte, mais ce système permet de rester administrable à distance même sans que la Freebox concernée ne soit connectée.

La console d'administration de la Freebox V6 Server permet de surveiller l'activité réseau, le paramétrage du routeur étant toujours réalisé via la console de gestion. Cette console web du boîtier Server permet aussi le paramétrage du NAS et l'utilisation de la seedBox. Elle est accessible directement par l'adresse ip locale de la freebox.

Wi-Fi[modifier | modifier le code]

Les Freebox v1 et v2 ne disposent pas de moyen intégré pour supporter le protocole Wi-Fi.

La Freebox v3 est la première version de la Freebox à pouvoir émettre du Wi-Fi, néanmoins, pour cela elle nécessite l'ajout d'une carte PCMCIA Wi-Fi 802.11b (11 Mb/s maximum théorique), vendue par Free, pour activer cette fonction (chipsets : Prism 2/2.5, broadcom 43xx, Ralink RT2500, Orinoco et d'autres…). Certaines cartes équivalentes du commerce peuvent être également utilisées. Une fois la carte insérée dans la Freebox, l'utilisateur doit activer la fonction via sa console de gestion sur le site web de Free.

La Freebox v4 utilise le même système que la Freebox v3, cependant elle accepte aussi les cartes Wi-Fi 802.11g (54 Mb/s maximum théorique) depuis la v4C d'octobre 2004 dont le port PCMCIA a été remplacé par un port CardBus complètement rétrocompatible.

La Freebox v5, Ô et HD utilisent une carte Mini PCI intégrée, comportant un chipset du constructeur Ralink. Il existe deux types de Wi-Fi équipant ces Freebox suivant ses révisions :

  • Les premières disposent de Wi-Fi 802.11g gérant le MIMO XR de Ralink (108 Mb/s maximum théorique), qui est uniquement du MISO et non du véritable MIMO[32]. Elles sont fournies avec deux ou trois antennes pour chaque boîtier. Dans la version à trois antennes, l'antenne centrale est émettrice et les deux antennes aux extrémités sont réceptrices[33]. Le boîtier réseau peut à la fois relier le boîtier multimédia et les différents équipement connecté, tout cela par Wi-Fi. Cependant, il n'y a pas de liaison Wi-Fi MIMO possible si l'équipement n'est pas équipé d'une carte Wi-Fi MIMO doté d'un chipset Ralink. La liaison se fera sinon en Wi-Fi non MIMO.
  • Celles distribuées depuis avril 2008 disposent de Wi-Fi 802.11n MIMO 2x2 sur une fréquence de 2,4 GHz (270 Mb/s maximum théorique) et les antennes sont intégrées à l'intérieur la coque du boîtier réseau tandis que le boîtier multimédia perd complètement son module Wi-Fi qui est remplacé par du CPL pour communiquer avec le boîtier réseau. Les performances sans fils du boîtier réseau sont meilleures avec des cartes équipées du chipset RaLink RT2800 ; en cas d'absence d'une carte 802.11n, la liaison est alors en 802.11g.

La Freebox v6 « Révolution » émet un Wi-Fi 802.11n MIMO 3x3 sur une fréquence de 2,4 GHz (450 Mb/s maximum théorique) grâce à une carte mini PCI Express Marvell 88W8366 (capable d'émettre aussi sur une fréquence de 5 GHz). Cette carte permet aussi le fonctionnement en mode WDS pour l'extension de réseau mais à sa sortie, le firmware de la Freebox n'implémente pas cette fonctionnalité.

FreeWifi[modifier | modifier le code]

Freewifi est un réseau Wi-Fi communautaire réservé aux abonnés dégroupés disposant d'une Freebox v5 ou v6 et partageant leur connexion en activant une borne Wi-Fi accessible pour les autres abonnés dégroupés Free ayant eux aussi activé cette fonctionnalité[34]. Ceux disposant d'une Freebox v4 ne peuvent qu'utiliser les bornes des v5 et v6, ils ne peuvent pas partager.

Pour la mise en service, il est nécessaire, par mesure de sécurité, de recopier un code qui s'affiche sur l'afficheur de la Freebox, il est ensuite fourni à l'utilisateur ses identifiants permettant d'utiliser ce service.

Courants porteurs en ligne[modifier | modifier le code]
Article détaillé : FreePlug.

Les Freebox v5 livrées à partir du et les Freebox v6 sont équipées de deux FreePlugs permettant de relier les deux boîtiers par l'intermédiaire d'une connexion CPL. Le boîtier HD de la Freebox v5 n'est depuis plus équipé de module Wi-Fi.

Les FreePlugs sont conçues selon la norme HomePlug AV qui n'est pas compatible avec d'autres boîtiers 85Mb/s plus anciens (distribués par Free ou d'autres marques), mais ils peuvent cohabiter sur le même réseau électrique, permettant de créer des réseaux indépendants. Autrement dit, des boîtiers FreePlug ne communiquent ainsi qu'entre eux en parallèle d'un autre réseau CPL, exception faite des FreePlugs de la Freebox v5 qui sont compatibles, à condition de respecter à la lettre la procédure d'association : Il est nécessaire de brancher un FreePlug v6 en tant que no 1 (« Émetteur sur le Server », c'est-à-dire branché sur le Freebox Server), pour lui ajouter ensuite plusieurs FreePlugs v6 ou v5. Cette configuration est notamment utilisée pour l'option deuxième télévision des abonnés ayant une Freebox v6 et dont le boîtier pour la seconde télé est un boîtier de Freebox v5.

Téléphonie[modifier | modifier le code]

Voix sur IP[modifier | modifier le code]

Il est possible de brancher un téléphone classique pour disposer d'une ligne téléphonique VoIP. De nombreuses fonctions téléphoniques sont disponibles sur cette ligne sans surcoût : double appel, Ring Back Toneetc.. Malheureusement pour les utilisateurs, le transfert d'appel, longtemps inclus aussi, est facturé à la minute depuis février 2011.

Depuis la Freebox v6 une station de base DECT (CAT I/Q), gérant jusqu'à cinq combinés, est intégrée au boîtier Server, grâce à laquelle il n'est plus obligatoire de brancher physiquement les combinés téléphoniques à la norme DECT à l'arrière de la Freebox, ni même de disposer d'une base DECT. L'acquisition de combinés dit « supplémentaires » seuls est théoriquement possible.

L'équipementier qui fournit à Free sa plate-forme de VoIP est Cirpack qui a été racheté en 2005 par Thomson. La signalisation s’effectue en MGCP et les appels utilisent le protocole SIP.

SIP et Freephonie[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Freephonie.

Tous les abonnés Freebox bénéficient gratuitement d'un compte SIP via leur interface de gestion qui leur permet de bénéficier des appels gratuits vers les fixes de particuliers en France depuis n'importe quelle connexion Internet dans le monde (via un logiciel ou matériel compatible SIP tel un téléphone mobile ayant accès à Internet via Wi-Fi). Pour des raisons de sécurité les appels via le compte SIP sont limités aux seuls appels vers les fixes en France[réf. souhaitée].

De plus, les possesseurs d'une Freebox v5 peuvent utiliser la technologie SIP sur le réseau Freephonie, et ainsi profiter de la tarification identique à l'utilisation normale à partir de chez soi et ce aussi bien pour les appels sortants qu'entrants, en ayant un téléphone Wi-Fi compatible SIP et en téléchargeant les certificats WPA Entreprise disponibles sur sa console de gestion.

Pour utiliser le réseau Wi-Fi Freephonie, Free commercialisait aussi deux téléphones VoIP, le « white » Wi-Fi à 59,99 € (d' à ) et le « Black » hybride Wi-Fi/GSM (d' à ). Le téléphone « Black » hybride permettait aussi d'utiliser le réseau classique de téléphonie mobile (GSM, GPRS, 3G, …) de votre opérateur. La technologie UMA, qui peut permettre la continuité d'une conversation en changeant de réseau (passer du GSM au Wi-Fi ou inversement), n'est pas disponible avec l'offre de Free.

Multimédia[modifier | modifier le code]

Télévision et radio[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Freebox TV.

Free propose un service de télévision nommé Freebox TV qui est accessible via la Freebox aux abonnés dégroupés techniquement éligibles. Ce service était compris dans les forfaits internet de Free depuis ses débuts, mais depuis le 1er février 2011, il est soumis à un abonnement de 1,99 €.

Ce service comporte plus de quatre cents chaînes dont près de deux cents incluses dans le forfait de base, plusieurs services de vidéo à la demande, un service de télévision de rattrapage, un EPG, plus de soixante-dix Radio FM et plus de mille deux-cents webradios.

Les internautes utilisant une Freebox Révolution ont également la possibilité de regarder l'ensemble des chaînes diffusées sur Freebox TV sur divers autres équipements connectés au réseau privé diffusé par une Freebox (ordinateurs, téléphones et tablettes multimédia), tandis que les précédentes versions de Freebox, quelques chaines, notamment des groupes TF1 et M6, sont absentes.

Il est également possible de s'abonner aux offres commerciales du groupe Canal+ tels Canalsat ou Canal+ Le Bouquet afin de les recevoir via la Freebox sans location de décodeur supplémentaire. Cette possibilité ne nécessite pas la souscription de l'abonnement Freebox TV.

Disque dur multimédia[modifier | modifier le code]

Les abonnés disposant d'une Freebox à deux boîtiers ont la possibilité d'utiliser le boîtier multimédia sans supplément comme un véritable magnétoscope numérique et un media center.

En effet, il leur est possible d'enregistrer en qualité numérique les émissions de Freebox TV ou de la TNT (sauf les chaînes issues des bouquets Canal+ Le Bouquet — sauf via l'univers freebox — ou Canalsat et les radios qui ne sont pas enregistrables) directement sur le disque dur intégré de la Freebox. Il leur est également possible de programmer un enregistrement, manuellement ou via le guide des programmes visible sur la Freebox, ou de gérer le direct d'une émission, en appuyant simplement sur la touche « Pause ». La fonction « enregistrement à distance » est ajoutée en décembre 2009 : l'utilisateur programme ses enregistrements depuis sa console de gestion.

Le disque dur de la Freebox est également disponible sur un serveur FTP visible sur n'importe quel ordinateur branché sur le réseau de cette Freebox. On peut alors récupérer des fichiers vidéos préalablement enregistrés sur son ordinateur ou y déposer des vidéos qu'on a sur l'ordinateur afin de les regarder sur sa télévision (tout cela même si la Freebox est éteinte). La freebox ne peut lire que certains types de vidéos :

  • Les vidéos encapsulées dans un fichier de format conteneur AVI dont l'image est codée en Divx (Divx 3) ou Xvid et le son en MP3 ou AC3
  • Les fichiers encapsulés dans un conteneur au format TS dont la vidéo est codée en MPEG2 ou Xvid et le son en MP3, AC3 ou DTS.
  • Les fichiers encapsulés dans un conteneur au format Matroska *.mkv dont l'image est codée en Divx/Xvid ou H264 et le son en MP3 ou AC3.

Les fichiers de sous-titres portant le même nom que le fichier vidéo sont pris en compte.

Il est possible de connecter un disque dur externe sur le port USB de la freebox. Les fonctionnalités disponibles sur le disque dur interne s'étendent alors à celui-ci. Toutes les chaînes peuvent être enregistrées, mais certaines chaînes interdisent d'exporter les fichiers d'enregistrement en FTP ou de les enregistrer sur le disque dur connecté sur le port USB pour des raisons de droit d'auteur.

La Freebox Révolution (v6) intègre dans son boîtier Player un lecteur Blu-ray compatible CD-DVD, et le nombre de formats de fichier lu a été revu à la hausse. Elle intègre aussi un NAS et une Seedbox.

Freeplayer[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Freeplayer.

Depuis la Freebox (à partir de la version 3) est équipée d'une nouvelle fonction « Freeplayer », qui permet de visionner sur sa télévision les différents fichiers multimédias (images, sons, vidéos) stockés sur son ordinateur, et de naviguer via une interface HTML simplifiée.

Le système Freeplayer repose sur des standards (HTTP, MPEG-2, RTP, UDP) et des logiciels libres (VLC media player), ce qui lui assure le soutien et le développement d'une communauté de passionnés.

La sortie de la Freebox v6 Révolution sonne le glas de cette fonction qui est officiellement abandonnée, Free invite les utilisateurs à se tourner vers le media center intégré à la box, bien plus complet[35].

Codage vidéo MPEG2[modifier | modifier le code]
Article détaillé : TV Perso.

Depuis le lancement du service TV Perso le , Free a activé la fonction de codage vidéo des Freebox HD (v5). Ainsi, chaque abonné peut émettre un flux vidéo en branchant n'importe quel appareil sur une des entrées vidéo de la Freebox (connexions RCA ou S-Vidéo), ainsi que sur l'entrée son stéréo.

Le codage se fait :

  • soit à la volée, la Freebox diffuse alors le flux à un débit dynamique, réglable par l'utilisateur (par défaut 80 % de l'upload maximum, donc de 400 à 800 kb/s), ce qui permet de faire des émission live sur TV Perso. La qualité reste cependant très moyenne.
    Mais avec l'avènement de la Freebox optique, ce flux montant pourra atteindre les 3,5 Mbit/s, voire plus (Free a fait des tests de codage en Live HD, résolution 1080i, à 13 Mbit/s en MPEG2), et offrir ainsi une qualité de live égale à celle des chaînes TV classiques.
  • Soit en différé à 3,5 Mbit/s, le disque dur fait alors tampon entre les serveurs et la Freebox, l'envoi se faisant dans la limite de l'upload définie.

Le service permet aussi de numériser une vidéo (par exemple d'un magnétoscope) sur le disque dur, puis de la transférer directement sur un PC pour la retoucher, compresser, etc.. Le codage est alors à 3,5 Mbit/s si la destination est le disque seul. Si la destination est aussi TV Perso, la vidéo est codée selon le choix de diffusion : 800 kbit/s max. pour une diffusion en « live » et 3,5 Mbit/s pour une diffusion différée.

Applications et Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

La Freebox HD exploite le design manette de jeu de sa télécommande depuis le firmware 1.6.1 et l'ouverture de sa section « Jeux » le 19 novembre 2009. Il est ainsi possible de jouer à des jeux développés par Iliad (Démineur, Solitaire, Morpion, Bomberbox, Sokobox, Scavenger, Snakebox, …), des jeux développés avec le kit de développement Elixir ou à des jeux émulés de consoles de jeux des années 1990 et 1980 comme la Sega Master System, la Game Boy, la Game Boy Color et la Game Gear. Pour utiliser ces émulateurs, il suffit de disposer des ROM ou de les récupérer sur l’une des plateformes web de téléchargement légal existantes et de les copier sur le disque dur de la Freebox HD ou sur un périphérique de stockage externe USB que l’on connectera à la Freebox HD.

Le 10 août 2010, la partie « Jeux » s'étend et devient une plateforme de téléchargement d'applications, le « Freestore », dans lequel sont intégrés les jeux mais aussi des applications.

Avec l'arrivée de la Freebox v6, la partie jeux se développe, grâce à une puissance de traitement accrue, Xavier Niel la situe entre une Wii et une PlayStation 3 « en étant plus proche de la Wii que d'une Playstation 3 »[36], à la mise à disposition d'une manette de jeu classique filaire USB et à des partenariats conclus avec des éditeurs de jeux vidéo, notamment Gameloft qui propose quelques jeux dont certains offerts. L'utilisation d'une manette à la norme USB HID du commerce (comme beaucoup de manettes de jeu PC) ou d'une manette de PS3 raccordée en USB est possible (celles de la Xbox 360 ne sont pas compatibles). Il est, par ailleurs, tout à fait fonctionnel de se servir d'un Hub USB pour y brancher plusieurs manettes.

Autres[modifier | modifier le code]

Fax[modifier | modifier le code]

Depuis , les abonnés Free Haut Débit peuvent envoyer des fax. Il ne s'agit cependant pas de relier un fax sur sa Freebox, puisque tout se passe en ligne :

  • La réception du fax est redirigée vers l'adresse de courriel choisie à cet effet, sous forme de pièce jointe en PDF.
  • L'émission d'un fax se fait depuis la console d'administration de votre compte Free et une copie vous est adressée sur l'adresse de courriel choisie. Le document à envoyer doit être au format PDF A4 portrait. Voir tous les détails dans l'article fax2mail.

Les abonnés peuvent se servir de ce service de fax depuis n'importe quel accès à Internet. Bien que non supportés par FREE, certains Fax matériels (ou PC dotés d'un modem) peuvent envoyer des Fax.

En pratique tous les abonnés ont un nouveau numéro, destiné uniquement à la réception de fax. On peut le calculer soi-même. Si le numéro de téléphone freebox est le 095 B XXX XXX, le numéro de fax est le 095 B+5 XXX XXX. Un exemple concret : 095 2 123 456 donne 095 7 123 456. Ce numéro est rappelé dans la page d'envoi de fax accessible depuis la console d'administration. À noter que les images, même noir et blanc de basse résolution, comme un scan, sont très dégradées à l'envoi, qui est de facto réservé au texte électronique. La réception n'a pas ces limitations.

Ce service de fax est compris dans l'abonnement Free. Il devrait ainsi être possible d'envoyer gratuitement des fax sur les 70 destinations comprises dans le service de téléphonie illimitée.

Toutefois, la facturation vers les destinations hors forfait, serait incontrôlable si elle était facturée au temps d'émission et les envois de fax n'apparaissent pas dans les factures d'avril et .

Serveur d'impression[modifier | modifier le code]

Depuis le et la sortie du firmware 1.3.0, la Freebox v5 (et v4 avec un firmware plus récent), avec une connexion dégroupée par Free (offres Freebox dégroupé ou Freebox dégroupé total), fait maintenant office de serveur d'impression en réseau, utilisant le protocole JetDirect. Il suffit de brancher une imprimante sur le port USB de type A du boîtier ADSL, et l'imprimante est immédiatement disponible sur le port 9100 de la Freebox. Le serveur d'impression est utilisable via l'adresse mafreebox.freebox.fr correspondant à l'adresse IP 212.27.38.253 en mode routeur comme en mode « bridge » (pont).

Problème du passage à l'heure d'été[modifier | modifier le code]

Le dimanche 25 mars 2012, au lieu de passer à l'heure d'été, les Freebox v4, v5 et Révolution ont continué d'afficher l'heure d'hiver pendant une semaine[37],[38]. Le problème était dû à la bibliothèque logicielle uClibc qui programmait le changement d'heure une semaine plus tard : le problème s'est ainsi résolu de lui-même le dimanche suivant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une nouvelle Freebox « révolutionnaire » pour 2014 - Gizmodo.fr, 3 avril 2013
  2. Équipe dirigeante Free
  3. Autour de Xavier Niel un commando et une famille - Les Échos
  4. Mon procès contre Free: le renouvellement payant des freebox…
  5. Freebox, la petite boîte devenue grande - Les Échos, 28 juillet 2009
  6. a et b (fr) CompaFreebox - Open Freebox
  7. (en) Processeur BCM6348 - linux-mips.org
  8. « Freebox V5-02 : fabriquée en Chine », Tom's Hardware,‎ 22 mars 2007
  9. a et b Annonce de la Freebox Crystal par Iliad
  10. _Univers Freebox_ Des Freebox avec clé TNT envoyées à certains Freenautes
  11. _Univers Freebox_ La nouvelle version révisée de la Freebox intègre un disque dur de 160 Go
  12. « Free lance la nouvelle interface TV sur la Freebox HD » sur Univers Freebox
  13. Mise à jour du Freebox Player 1.1.0
  14. a, b et c Olivier Ezratty, « Les Entrailles de Freebox », sur http://www.oezratty.net,‎ 14 décembre 2010
  15. a, b et c Matthieu Lamelot, Pierre Dandumont, « Freebox Revolution : au tour du Player », sur http://www.presence-pc.com,‎ 19 janvier 2011
  16. [1]
  17. [2]
  18. [3]
  19. [4]
  20. http://www.datasheetdir.com/BCM6368+download
  21. http://www.presence-pc.com/image/FreeboxV6-046,0101-277297-8960-0-0-0-jpg-.html
  22. http://www.tomshardware.fr/articles/freebox-revolution-serveur-demontage,5-115-18.html
  23. « NAS accessible depuis l’extérieur, UniversFreebox »
  24. http://www.presence-pc.com/image/FreeboxV6-047,0101-277298-8960-0-0-0-jpg-.html
  25. http://www.universfreebox.com/article/22566/Tests-de-debits-de-l-offre-fibre-de-Free-des-Freenautes-s-approchent-des-1-Gbit-s
  26. Mesures de consommation électrique -
  27. Consommation d’énergie : Freebox HD et Freebox V5 - LesNumeriques.com, 26 novembre 2009
  28. Freebox Révolution - Communiqué de presse de Free, 14 décembre 2010 [PDF]
  29. Freebox Revolution : consommation électrique en veille, en lecture... - LesNumeriques.com, 12 janvier 2011
  30. Free va proposer le VDSL2 en Dordogne et en Gironde - Journal du Net, 07 juin 2013
  31. http://www.clubic.com/actualite-266150-freebox-adsl-upnp-routage-de-ports-facilite.html
  32. Le Journal du Freenaute : Freebox HD : un parfum de MIMO
  33. Ceci peut être aisément vérifié en débranchant les antennes tout en mesurant la puissance reçue grâce à un logiciel tel qu'Airodump
  34. Utiliser » Hotspots WiFi Free - Assistance Free
  35. Freenews Test : les anciens services sur Freebox Player
  36. Interview vidéo de Xavier Niel
  37. Les Freebox ne passent pas à l’heure d’été sur L'Informaticien
  38. Un bug de uClibc bloque le passage à l’heure d’été des box ADSL de Free et Orange sur Linux.fr

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]