Federico Fellini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Frederico Fellini)
Aller à : navigation, rechercher

Federico Fellini

Description de l'image  Federico Fellini NYWTS 2.jpg.
Naissance 20 janvier 1920
Rimini, Émilie-Romagne, Italie
Nationalité Drapeau d'Italie Italien
Décès 31 octobre 1993 (à 73 ans)
Rome, Italie
Profession Réalisateur, scénariste
Films notables Les Vitelloni
La strada
Il bidone
Les Nuits de Cabiria
La dolce vita
Huit et demi
Amarcord
Plaque commémorative sur la façade de la maison rue Margutta à Rome où habitèrent
Federico Fellini et Giulietta Masina.

Federico Fellini est un réalisateur de cinéma et scénariste italien né à Rimini, dans la région d'Émilie-Romagne en Italie, le 20 janvier 1920 et décédé à Rome le 31 octobre 1993 à l'âge de 73 ans.

Il est l'un des plus grands et célèbres réalisateurs italiens du XXe siècle et l'un des cinéastes les plus illustres de l'histoire du cinéma, au même titre que Charlie Chaplin, Ingmar Bergman, Akira Kurosawa, John Ford, Alfred Hitchcock ou encore Orson Welles. Il a gagné la Palme d'or au Festival de Cannes 1960 pour La dolce vita et quatre fois l'Oscar du meilleur film en langue étrangère à Hollywood (pour La strada, Les Nuits de Cabiria, Huit et demi et Amarcord), un record qu'il partage avec son compatriote Vittorio De Sica.

Marquée à ses débuts par le néoréalisme, l'œuvre de Fellini évolue, dans les années 1960, vers une forme singulière, liée à la modernité cinématographique européenne à laquelle Ingmar Bergman, Michelangelo Antonioni, Alain Resnais, Jean-Luc Godard ou encore Andreï Tarkovski sont rattachés. Ses films se caractérisent alors par le foisonnement des thèmes et du récit, l'artificialité revendiquée de la mise en scène et l'absence totale de frontière entre le rêve, l'imaginaire, l'hallucination et le monde de la réalité.

En 1993, un Oscar d'honneur pour l'ensemble de sa carrière, « en appréciation de l'un des maîtres-conteurs de l'écran », lui est attribué par la prestigieuse Académie des arts et sciences du cinéma.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de la petite bourgeoisie de province italienne, Federico Fellini est né dans la station balnéaire de Rimini sur la côte adriatique. Durant sa jeunesse, il est marqué par le pouvoir, l'Église et le fascisme, ce qui se ressentira plus tard dans son œuvre (Amarcord, par exemple). Attiré par le journalisme et le dessin de presse, il s'installe en 1939 à Rome où il est engagé par un hebdomadaire humoristique à grand tirage, Marc'Aurelio. L'une des « lectrices » est Giulietta Masina. Lorsqu'il la rencontre, c'est le coup de foudre : il l'épouse le 30 octobre 1943.

Il débute au cinéma comme script et assistant-scénariste de Roberto Rossellini pour le film Rome, ville ouverte (Roma, città aperta) en 1945. Si cette collaboration dure plusieurs années, Fellini travaille également aux côtés de Pietro Germi (Au nom de la loi, In nome della legge en 1948) et Alberto Lattuada (Sans pitié, Senza pietà en 1948). C'est avec ce dernier qu'il signe sa première véritable réalisation pour le cinéma : Les Feux du music-hall (Luci del varietà) en 1951, une œuvre, certes, fortement influencée par le courant néoréaliste, notamment pour sa peinture de l'Italie d'après-guerre, mais qui s'avère déjà très personnelle tant par le style que les thèmes évoqués : les artistes itinérants, la vie de bohème, les spectacles fauchés, les querelles de personne ou de cœur ridicules et les préoccupations quotidiennes futiles.

Un néoréalisme très personnel[modifier | modifier le code]

En 1952, il assure seul la réalisation de la comédie Le Cheik blanc (Lo Sceicco bianco), dont le scénario développe un sujet pensé avec Michelangelo Antonioni, puis il tourne en 1953 Les Vitelloni (I Vitelloni) qui évoque le parcours de cinq jeunes oisifs, vivant aux crochets de leurs parents. Ce film impose définitivement l'univers fellinien.

C'est avec La strada, en 1954, que Federico Fellini obtient son premier succès international. Dans ce film, comme dans Il Bidone en 1955 et dans Les Nuits de Cabiria (Le Notti di Cabiria) en 1957, il met en vedette sa femme, Giulietta Masina. Dans La strada, elle joue le rôle de Gelsomina, une jeune fille simplette confiée à Zampanò (Anthony Quinn), un briseur de chaînes ambulant qui la brutalise et dans Les Nuits de Cabiria celui de Cabiria, une prostituée courageuse, mais naïve. Ces films restent encore fidèles à la thématique néoréaliste (description du petit peuple italien, des marginaux et de la vie de misère), mais s'en écartent en grande partie par leur regard poétique, mélancolique et onirique.

Le clivage[modifier | modifier le code]

La dolce vita en 1960, qui prend le milieu mondain de Rome et les dessous de la presse à scandale en toile de fond, obtient la Palme d'or au Festival de Cannes. Ce film est un tournant décisif et marque, de manière officielle, la rupture avec le néoréalisme. Il impose définitivement ce que la critique appelle, souvent à tort et à travers, le baroque fellinien qui définit les personnages (exubérants, extravagants, grotesques, difformes - caricatures vivantes, proches de la commedia dell'arte) et la narration (fragmentée, digressive ou circulaire, sans réelle progression dramatique). L'esthétique de Fellini cherche dès lors à alterner décor et lumière naturels, scénographie ostensiblement artificielle (stucs, plastique etc.) et éclairage stylisé. Les maquillages et les costumes sont ostentatoires, de nombreux motifs carnavalesques sont déployés et chaque séquence tend vers la théâtralisation. Le traitement du temps prend également une forme inédite : le réel et l'imaginaire, le rêve et la banalité quotidienne, le fantasme, l'hallucinatoire et l'univers familier ou encore le souvenir et le temps présent se confondent allègrement dans une mosaïque de visions hétérogènes. Les thèmes deviennent plus ciblés : le chaos, les ruines de la civilisation, la décadence, la rupture temporelle, la parade sociale, les images d'enfance idéalisées ou fantasmées, l'angoisse métaphysique et l'évocation dramatico-bouffonne de l'Histoire.

L'énorme succès de La dolce vita, dont la musique lancinante signée Nino Rota et l'image légendaire d'Anita Ekberg déambulant dans la fontaine de Trevi allaient faire le tour du monde, lui permet de réaliser, trois ans plus tard, son film le plus personnel et le plus ambitieux, Huit et demi (Otto e mezzo). En livrant ainsi ses angoisses d'artiste en mal d'inspiration, ses délires et ses fantasmes de cinéaste à travers Marcello Mastroianni, son alter ego, Fellini propose une réflexion passionnante et dense sur la création artistique.

Maturité[modifier | modifier le code]

Après son portrait d'une femme de la bourgeoisie italienne délaissée par son mari, incarnée par Giulietta Masina, dans Juliette des esprits qui mêle intimisme, mythologie et onirisme puis la démesure de son Satyricon, d'après l'œuvre de Pétrone, Fellini, désormais totalement débarrassé de l'héritage néoréaliste, plonge dans ses souvenirs d'enfance avec Les Clowns (I Clowns) en 1970, téléfilm sorti aussi dans les salles de cinéma, Fellini Roma en 1972 et, surtout, Amarcord en 1973, qui évoque son adolescence à Rimini, sa ville natale. Il apparait dans un documentaire en trois parties, Les écrivains italiens et l'Italie des écrivains : ombres et questions, dans Italiques pour parler des relations entre le cinéma et la littérature en 1973 et 1974[1].

Avec Le Casanova de Fellini (Il Casanova di Federico Fellini) en 1976, il renoue avec le baroque fastueux du Satyricon. Sa veine intimiste reprend avec un nouveau téléfilm qui sera également exploité dans les salles de cinéma : Répétition d'orchestre (Prova d'orchestra) en 1979.

Derniers films[modifier | modifier le code]

Les années 1980 s'ouvrent sur La Cité des femmes (La Città delle donne), parabole sur la guerre des sexes et la communication rompue entre hommes et femmes. Suivent Et vogue le navire… (E la nave va…) en 1983, opéra funèbre, Ginger et Fred (Ginger e Fred) en 1985, satire féroce de la télévision et Intervista en 1987, un hommage au cinéma où il fait se retrouver Marcello Mastroianni et Anita Ekberg presque trente ans après La dolce vita.

C'est avec La voce della luna, en 1990, un film au climat crépusculaire que se clôt l'activité cinématographique de Fellini.

Lors des funérailles d'État à Rome auxquelles il a droit, le célèbre trompettiste italien Mauro Maur joue L'improvviso dell'angelo de Nino Rota[2].

Fellini et Mastroianni[modifier | modifier le code]

Fellini trouve en Marcello Mastroianni un véritable « double cinématographique ». Ils collaboreront sur de nombreux films : La Dolce vita, Huit et demi, La Cité des femmes , Ginger et Fred et Intervista.

Fellini et Nino Rota[modifier | modifier le code]

Fellini fait la connaissance de Nino Rota alors qu'il travaille sur son second long métrage, Le Cheik blanc. Ce sera le début d'une collaboration ininterrompue jusqu'à la mort du compositeur et qui reste l'une des plus célèbres du cinéma : Les Vitelloni, La strada, La dolce vita, Amarcord… La bande sonore de Huit et demi est souvent citée en exemple dans la manière dont la partition enrichit le sens et l'émotion de la mise en scène fellinienne à laquelle elle apporte une certaine « cohérence ». La dernière participation de Rota pour Fellini date de Répétition d'orchestre[3]. Après son décès, Fellini trouve en Nicola Piovani un nouveau compositeur fétiche pour ses dernières œuvres : Ginger et Fred, Intervista et La voce della luna.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Assistant[modifier | modifier le code]

  • 1948 : L'amore, film en deux parties (I : La Voix humaine - Una voce umana - ; II : Le Miracle - Il miracolo -) de Roberto Rosselini (assistant-réalisateur et acteur sur la seconde partie)

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Long métrage[modifier | modifier le code]

Court métrage[modifier | modifier le code]

Prix, distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Un musée à sa mémoire a ouvert en octobre 2003 à Rimini, sa ville natale.
  • La partie de l'aéroport de Rimini-Miramare ouverte au trafic civil a reçu le nom d’aéroport international Federico-Fellini (en italien : Aeroporto internazionale Federico Fellini).

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Le terme « paparazzi » vient d'un personnage du film La Dolce vita nommé Paparazzo, un journaliste photographiant des célébrités.
  • Le journal américain Entertainment Weekly, dans ses Lists of Bests of All Time (Liste des meilleurs de tous les temps) a attribué en 1999 :
    • à Fellini, la place de dixième plus grand réalisateur ;
    • à La Dolce vita, la place de sixième meilleur film ;
    • à Huit et demi, la place de trente-sixième meilleur film.
  • Un spectacle de théâtre intitulé Gelsomina a été créé en 1992 au Festival d'Avignon par Pierrette Dupoyet.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1955 - Fellini, Federico, Bazin, André, et al. , La Strada. Un film de Federico Fellini, Paris, éd. du Seuil.
  • 1956 - Agel, Geneviève, Delouche, Dominique, "Les Chemins de Fellini", suivi de "Journal d'un bidoniste", Paris, éd. du Cerf, coll. "7e Art.
  • 1974 - Fellini, Federico, et Tonino Guerra, Amarcord (Je me souviens), Paris, Gallimard.
  • 1977 - Salachas, Gilbert, Federico Fellini, Grenoble, éd. Jacques Glénat.
  • 1980 - Fellini, Federico, Les propos de Fellini, Paris, éd. Buchet/Chastel.
  • 1980 - Fellini, Federico, et Zapponi, Bernardino, La Cité des femmes, Paris, éd. Albatros.
  • 1980 - Betti, Liliana, Fellini : un portrait, Paris, éd. Albin Michel. (ISBN 2-226-00963-9)
  • 1984 - Fellini, Federico, et Grazzini, Giovanni, Fellini par Fellini, Paris, Calmann-Levy. (ISBN 2-7021-1309-5)
  • 1987 - Fellini, Federico, Intervista, Paris, éd. Flammarion.
  • 1988 - Ciment, Gilles, éd., Federico Fellini. Dossier Positif-Rivages. Paris, éd. Rivages. (ISBN 2-86930-102-2)
  • 1990 - Collet, Jean, La création selon Fellini, Paris, José Corti.
  • 1990 - Fellini, Federico|Manara, Milo, "Voyage à Tulum", Casterman. (ISBN 2-203-33902-0)
  • 1990 - Fellini, Federico, Giulietta, Paris, éd. de Fallois.
  • 1992 - (en) Bondanella, Peter, The Cinema of Federico Fellini, Princeton, Princeton University Press. (ISBN 0-691-00875-2)
  • 1993 - (it) De Santi, Pier Marco, I disegni de Fellini, Roma, Editori Laterza. (ISBN 88-420-2063-X)
  • 1993 - De Villalonga, José Luis, Fellini, Paris, éd. Michel Lafon/Ramsay cinéma.
  • 1994 - Fellini, Federico, et Pettigrew, Damian, Fellini, je suis un grand menteur, Paris, L'Arche. (ISBN 2-85181-340-4)
  • 1994 - Levergeois, Bertrand, Fellini, Paris, éd. de l'Arsenal, coll. "Curriculum". (ISBN 2-910470-00-8)
  • 1994 - Levergeois, Bertrand, Fellini. La Dolce Vita du Maestro, Paris, éd. de l'Arsenal. (ISBN 2-910470-05-9)
  • 1994 - Fellini: Costumes and Fashion, catalogue de l'exposition au Musée Stedelijk d'Amsterdam du 1er juillet au 19 septembre 1994, sous la direction de Ida Panicelli, Milan, Edizioni Charta.
  • 1995 - Tornabuoni, Lietta, éd., Federico Fellini, New York, Rizzoli.
  • 1995 - Costantini, Costanzo, Conversations avec Federico Fellini, Paris, éd. Denoël.
  • 1996 - Fellini, Federico, Faire un film, Paris, éd. du Seuil.
  • 1996 - Fellini, Federico|Manara, Milo, "Le Voyage de G. Mastorna, Casterman.
  • 1997 - Méjean, Jean-Max, Fellini, un rêve, une vie, Paris, Le Cerf, coll. "7e Art". (ISBN 2204055891)
  • 1998 - Fellini, Federico, et Simenon, Georges, Carissimo Simenon, Mon cher Fellini, Paris, éd. de l'Étoile/Cahiers du cinéma.
  • 1998 - Bossèno, Christian-Marc, Et vogue le navire (étude critique), Paris, Nathan.
  • 2002 - Mollica, Vincenzo, Fellini mon ami, Paris, éd. du Rocher.
  • 2003 - Zapponi, Bernardino, Mon Fellini, Paris, éd. de Fallois.
  • 2003 - (en) Fellini, Federico, et Pettigrew, Damian, I'm A Born Liar: A Fellini Lexicon, New York, Harry N. Abrams, Inc. (ISBN 0810946173)
  • 2003 - (it) Fellini, Federico, et Pettigrew, Damian, Fellini, sono un gran bugiardo, Roma, Elleu. (ISBN 88-7476-122-8)
  • 2003 - (en) Mollica, Vincenzo, Fellini !, catalogue de l'exposition au Musée Guggenheim du 31 oct 2003 au 14 janvier 2004, Genève, éd. Skira.
  • 2003 - Pernot, Hervé, L'atelier Fellini, une expression du doute, Paris, L'Harmattan.
  • 2007 - Kezich, Tullio, Fellini, Paris, Gallimard.
  • 2007 - Delouche, Dominique, Mes felliniennes années, Paris, éd. P.A.S..
  • 2007 - Merlino, Benito, Fellini, Paris, Gallimard, coll. "Folio biographies". (ISBN 978-2-07-033508-4)
  • 2007 - Fellini, Federico, Le Livre de mes rêves, Paris, éd. Flammarion. (ISBN 978-2-0812-0538-3)
  • 2008 - (it) Scolari, Giovanni, L'Italia di Fellini, Edizioni Sabinae.
  • 2009 - Stourdzé, Sam, Fellini : la grande parade, Paris, Éditions Anabet.
  • 2009 - Gili, Jean, Federico Fellini, le magicien du réel, Découvertes Gallimard, 2009
  • 2009 - Federico Fellini - Collection Positif. Coordonné par Jean A. Gili. Éditions Scope La Collection Positif ISBN 2-912573-50-5
  • 2009 - Jean-Max Méjean (dir.) - Fellinicittà. Éditions de la Transparence (avec un DVD de Dominique Delouche), Paris, 2009.

Films sur Federico Fellini[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Reportage sur le tournage du Satyricon et entretiens de Gideon Bachmann avec Fellini. Film présenté au Festival de Cannes 2003 dans le cadre Hommage à Fellini. 1 DVD avec bonus : Fellinikon, Le Monde de Fellini et des rushes (durée totale 120 min).
  2. Produit par Olivier Gal et Arte France, ce long métrage documentaire - sortie en salle dans plus de 14 pays - utilise les dernières interviews majeures avec le Maestro filmées à Rome en 1992 par Pettigrew. Présenté au Festival international du film d'Édimbourg en 2002 et nommé pour le Prix Arte du Meilleur Documentaire aux European Film Awards / Prix du cinéma européen, le film a gagné le Prix Rockie au Festival International de Banff et le Coup de Cœur au Festival international du documentaire de Marseille (Vue sur les docs). 2 DVD avec les suppléments : Autour de Fellini (durée totale 200 min).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Italiques, deuxième chaîne de l'ORTF, 24 août 1973, 16 août 1974
  2. Les funérailles de Federico Fellini
  3. Il y apparaît également à l'écran, dans un rôle de second plan, même si son nom n'est pas crédité au générique.
  4. (it) FELLINI Federico - Cavaliere di Gran Croce Ordine al Merito della Repubblica Italiana - 27 avril 1987 sur quirinale.it

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]