Freda Bedi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Freda Bedi

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Freda Bedi et Baba Pyare Lal Bedi, à Nishat Bagh (en), Srinagar, 1948

Naissance 5 février 1911
Derby, Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Décès 26 mars 1977 (à 66 ans)
New-Delhi, Drapeau de l'Inde Inde
École/tradition Vipassanā bhāvanā
Bouddhisme tibétain
Maîtres Mahasi Sayadaw
16e Karmapa
Conjoint Baba Pyare Lal Bedi
Enfants Ranga Bedi, Kabir Bedi et Gulhima Bedi


Freda Bedi, alias Frida Bedi, Sœur Palmo, ou Gelongma Karma Kechog Palmo, née à Derby, en Angleterre (5 février 1911 - 26 mars 1977) était une britannique, qui fut la première femme occidentale à être ordonnée dans le bouddhisme tibétain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Freda Bedi née Freda Houlston, à Derby, Angleterre, le 5 février 1911, était la fille de Francis Edwin Houlston et Nellie Diana Harrison. Son père a été tué en 1918 dans la Première Guerre mondiale, et sa mère s'est remariée en 1920 avec Frank Norman Swan.

Elle a étudié à la Parkfield Cedars Grammar School à Derby, puis au St Hugh's College à Oxford où elle a obtenu une maîtrise ès arts en Philosophie, politique et économie. À Oxford, elle a rencontré son futur époux, Baba Pyare Lal Bedi (1909–1993), un sikh de la famille Bedi, lié à l'ancien clan de Gurû Nanak[1], écrivain et philosophe fondateur du sikhisme[2]. Elle a étudié quelques années à la Sorbonne[3].

Vie en Inde[modifier | modifier le code]

Dans les années 1930, elle part pour l'Inde où elle s'installe définitivement en 1934. Elle participe au mouvement pour l'indépendance de l'Inde en tant que militante du Satyagraha. Elle est arrêtée et détenue avec ses enfants[4] en même temps que Gandhi[5].

Elle devient professeur d'anglais à Srinagar au Cachemire, puis rédacteur en chef du magazine « Social Welfare » du Ministère des Affaires sociales. Elle devient également assistante sociale des Services sociaux de la Commission de planification de la Birmanie aux Nations Unies et conseillère pour les réfugiés tibétains au Ministère des Affaires extérieures. En 1952, elle visite Rangoon où elle a apprend la méditation Vipassanā bhāvanā avec Mahasi Sayadaw et Sayadaw U Titthila[1],[6].

En 1959, lorsque le 14e Dalaï Lama arrive en Inde avec des milliers de Tibétains, Freda Bedi est appelée par Jawaharlal Nehru pour les aider en tant que responsable de la commission de protection sociale. Elle consacre alors sa vie à l'activité sociale et prend pour guide le 16e Karmapa, de la tradition Kagyüpa. Elle collabore avec le Dalaï Lama pour établir l'École des jeunes lamas[7], (tout d'abord à Delhi, puis à Dalhousie, Himachal Pradesh), dont elle devient directrice. Elle sollicite Chögyam Trungpa Rinpoché pour former les jeunes moines tibétains[8]. Il devient ainsi le conseiller spirituel de Lama Zopa Rinpoché[9], Akong Rinpoché, Tulku Tenzin Pema, Gelek Rimpoché, Yéshé Losal, et les fils de Tulku Urgyen Rinpoché, Chokyi Nyima Rinpoché et Chokling de Tsikey[10].

En 1963, avec Lama Karma Thinley Rinpoché et sous la direction du Karmapa, elle fonde le couvent pour femmes tibétaines Karma Ling Drubgyu Thargay au nord de l'Inde ; il se trouve aujourd’hui à Tilokpur[11],[12].

En 1959, Christopher Hills fait pression sur Nehru pour qu'il approuve la formation du gouvernement tibétain en exil du dalaï-lama qui a fui la persécution au Tibet et accorde le statut de réfugiés aux Tibétains en exil. Hills était en contact avec des Tibétains à travers ses études bouddhistes. En 1960, il finance son amie Freda Bedi[13] pour l'établissement de l'école des jeunes lamas à Dalhousie. Il contribue aussi à la construction du couvent Karma Ling Drubgyu Thargay et aide Freda Bedi à organiser son voyage en Occident avec Rangjung Rigpe Dorje en 1974.

En 1966, Freda Bedi reçoit l'ordination sramaneri à Rumtek, siège du Karmapa en exil, et prend le nom de Gelongma Karma Kechog Palmo. Elle devient ainsi la première femme occidentale à recevoir l'ordination dans le bouddhisme tibétain. En 1972, elle reçoit l'ordination bhikkhuni complète à Hong Kong. En 1971, un livre dont elle est l'auteur est publié en Allemagne par l'Arya Maitreya Mandala de Lama Anagarika Govinda.

Elle décède à New Delhi, le 26 mars 1977[14],[15],[16]. Elle laisse deux fils, Ranga et Kabir Bedi, et une fille, Gulhima[17]. Elle fut aussi traductrice du tibétain vers l'anglais[18].

Livres[modifier | modifier le code]

  • Freda Marie Houlston Bedi, Baba Pyare Lal Bedi, India analysed, V. Gollancz, 1933
  • Freda Marie Houlston Bedi, Behind the mud walls, Unity Publishers, 1940
  • Freda Bedi, Bengal Lamenting, Lahore: Lion, 1944
  • Baba Pyare Lal Bedi, Freda Marie (Houlston) Bedi, Sheikh Abdullah: his life and ideals, 1949
  • Ein Rosenkranz von Morgengebeten : nach der Tradition des Mahayana - Buddhismus / aus dem Tibetischen ins Englische übers. von Karma Khechog Palmo. Deutsche Wiedergabe von Advayavajra. – Almora, Indien : Kasar-Devi-Ashram-Publication, 1971. – VI, 49 S.
  • Freda Bedi, Anna Bhushan, Rhymes for Ranga, Random House, India, 2010, ISBN 81-8400-036-7

Traductions[modifier | modifier le code]

Du français[modifier | modifier le code]

  • Voltaire, Fragments on India, Lion Press, 1937

Du tibétain[modifier | modifier le code]

  • A Garland of morning prayers in the tradition of Mahayana Buddhism, Gelongma Karma Tsultim Khechog Palmo, Ed Palmo, 1976
  • Wangchuk Dorje (Karmapa IX), Zhar dMar dKon mChog Yan Lag, Mahamudra meditation or The Mahamudra, Gelongma Karma Tsultim Khechog Palmo, Ed. Karma Rigdol Publications, 1971

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gelongma Karma Khechog Palmo, Curriculum Vitae
  2. Kabir Bedi Biography (1946-)
  3. Hanna Havnevik, Tibetan Buddhist nuns: history, cultural norms, and social reality, 1989, p. 87
  4. Rick Fields, How the swans came to the lake: a narrative history of Buddhism in America, Shambhala, 1986, (ISBN 0-87773-354-6), p. 278 : « Baba Bedi spent about fifteen years in prison. Freda herself was detained for a shorter time along with her children. »
  5. Andrew Rawlinson, The book of enlightened masters: western teachers in eastern traditions, Open Court, 1997, (ISBN 0-8126-9310-8), p. 181 : « She took part in the national independence movement and spent a short time in detention with her children after being arrested along with Gandhi as a satyagrahi. »
  6. Andrew Rawlinson, op. cit. « In 1952 she went to Rangoon and practised vipassana with Mahasi Sayadaw (Friedman, 276), one of the first Westerners to do so. She also practised with Sayadaw U Titthila (Snelling, 321). »
  7. Chögyam Trungpa, Sam Bercholz, Meditation in Action
  8. Diana J. Mukpo, Carolyn Rose Gimian, Dragon Thunder: My Life with Chogyam Trungpa, p. 71
  9. Jamyang Wangmo, The Lawudo Lama: stories of reincarnation from the Mount Everest region p. 191 : « The Young Lamas Home School started in Delhi in 1961 in the house of Frida Bedi, with Chogyam Trungpa, Akhong Rinpoche, Tulku Pema Tenzin, and Geleg Rinpoche as the first students. After a while, Mrs. Bedi rented a beautiful new house at L-7, Green Park, in the Hauz Khas area of New Delhi. When I joined the school in 1962 there were twelve tulkus attending. »
  10. Young Lamas Home School in Dalhousie
  11. Tilokpur, Tibetan Nuns Project
  12. Karma Drubgyu Thargay Ling
  13. Vicki Mackenzie (en), Cave in the Snow: A Western Woman's Quest for Enlightenment, 1999, (ISBN 1-58234-045-5)
  14. Bernard de Give, Les Moniales Tibétaines
  15. Mick Brown, The Dance of 17 Lives: The Incredible True Story of Tibet's 17th Karmapa
  16. Hanna Havnevik, op. cit., p. 88 « Freda Bedi died in New Delhi on the twenty-sixth of March 1977. »
  17. Fiona Fernandez, A Bedi good rhyme, MiD DAY (en), 2010-08-15
  18. In Memory of The Venerable Gelongma Karma Kechog Palmo

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :