Fred Rogers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rogers.
Fred Rogers
Image illustrative de l'article Fred Rogers
Fred Rogers, à droite, en compagnie de George W. Bush.

Nom de naissance Fred McFeely Rogers
Date de naissance 20 mars 1928
Lieu de naissance Latrobe, Pennsylvanie
Date de décès 27 février 2003 (à 74 ans)
Lieu de décès Pittsburgh, Pennsylvanie
Nationalité américaine
Langue anglais
Années d'activité 1951 - 2001
Émissions Mister Rogers' Neighborhood (en)
Chaîne PBS

Fred Rogers, né à Latrobe en Pennsylvanie le 20 mars 1928 et mort à Pittsburgh le 27 février 2003, est un animateur et producteur de télévision américain. Il est également acteur, compositeur et scénariste. Rogers est ordonné pasteur par l'Église presbytérienne.

À partir de 1964, il présente et produit l'émission pour enfants Mister Rogers' Neighborhood (en), diffusée par la station de télévision éducative WQED, basée à Pittsburgh. De 1968 à 2001, le programme est distribué à l'échelle nationale par le réseau public PBS.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Fred McFeely Rogers naît à Latrobe en Pennsylvanie dans une famille de la classe moyenne supérieure. Il souffre d'allergies durant son enfance, et ne peut quitter le domicile familial sans être accompagné[1]. Il prend des leçons de piano à partir de l'âge de neuf ans[2]. Par la suite, il étudie la musique au Dartmouth College, puis au Rollins College (en), d'où il sort diplômé avec la mention « magna cum laude » en 1951[3].

Rogers prévoit d'entrer au séminaire, mais décide de faire carrière dans l'audiovisuel après avoir découvert la télévision[1],[4]. Il n'apprécie pas les programmes qu'il a l'occasion de voir mais croit au potentiel du nouveau média. Il expliquera plus tard : « J'ai pensé qu'il était possible d'utiliser cet outil fabuleux pour favoriser le développement du public » (« I thought there’s some way of using this fabulous instrument to nurture those who would watch and listen. »)[2].

Carrière dans l'audiovisuel[modifier | modifier le code]

L'un des gilets de l'animateur exposé au musée national d'histoire américaine.

Au début des années 1950, il est recruté par NBC et s'installe à New York. Il retourne en Pennsylvanie et rejoint WQED, une nouvelle station de télévision éducative et non-commerciale de Pittsburgh, affiliée au réseau public PBS. À partir de 1954, il participe en tant que musicien et marionnettiste à une émission pour enfants intitulée The Children's Corner. Rogers est également le producteur du programme, présenté par Josie Carey[5],[6].

En 1963, il effectue ses débuts en tant qu'animateur dans une émission pour enfants de 15 minutes intitulée Misterogers, diffusée par la Canadian Broadcasting Corporation (CBC). Rogers et son épouse décident de retourner à Pittsburgh afin d'y élever leurs enfants[5]. À partir de l'année suivante, il présente un programme d'une demi-heure, baptisé Mister Rogers' Neighborhood (en), produit pour WQED, et diffusé à l'échelle régionale. De 1968 à 2001, il est distribué dans tout le pays par PBS[3],[7].

Rogers a écrit plus de 200 chansons pour ses émissions, dont les paroles abordent les préoccupations que peuvent rencontrer les enfants, comme l'angoisse de la séparation, le divorce ou la manière de contrôler sa colère[2],[3],[5].

Autres activités[modifier | modifier le code]

À partir de 1954, Fred Rogers étudie la théologie à mi-temps au séminaire de Pittsburgh. Il est diplômé (divinity degree) en 1962[8], et est ordonné par l'Église presbytérienne l'année suivante[1],[3]. Il étudie également le développement de l'enfant (child development) et obtient un master's degree de l'université de Pittsburgh[5].

Famille et vie privée[modifier | modifier le code]

Fred Rogers épouse Joanne Byrd en 1952. Pianiste de concert, elle est diplômée de Rollins College (en). Le couple a deux enfants[3],[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

La médaille présidentielle de la liberté (Presidential Medal of Freedom) est remise à Fred Rogers en 2002[7].

Récompenses et hommages[modifier | modifier le code]

Statue de Fred Rogers à Pittsburgh.

Un Peabody award est décerné à l'animateur en 1987. En 1997, il reçoit un Daytime Emmy Award pour l'ensemble de sa carrière. L'année suivante, une étoile lui est attribuée sur le Walk of Fame d'Hollywood[9]. Rogers est introduit au Television Hall of Fame (en) en 1999[6].

En 1984, la Smithsonian Institution fait l'acquisition de l'un des gilets portés par l'animateur durant ses émissions. Il est exposé au musée national d'histoire américaine[3]. En 2003, un astéroïde est baptisé (26858) Misterrogers en son honneur[10]. Une statue à la mémoire de Fred Rogers est inaugurée en 2009 dans le quartier du North Shore (en) à Pittsburgh[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Patricia Brennan, « Looking Behind His Cardigan, Mild Manners », The Washington Post,‎ 4 mars 1990
  2. a, b et c (en) Joyce Millman, « Fred Rogers », Salon.com,‎ 10 août 1999
  3. a, b, c, d, e et f (en) Daniel Lewis, « Fred Rogers, Host of 'Mister Rogers' Neighborhood,' Dies at 74 », The New York Times,‎ 28 février 2003
  4. (en) Wendy Murray Zoba, « Won't You Be My Neighbor? », Christianity Today,‎ 6 mars 2000
  5. a, b, c, d et e (en) Robert Bianco, « Mister Rogers takes off the cardigan », USA Today,‎ 27 août 2001
  6. a et b (en) Rob Owen, Barbara Vancheri, « Fred Rogers dies at 74 », Pittsburgh Post-Gazette,‎ 28 février 2003
  7. a et b (en) « Highlights in the life and career of Fred Rogers », Pittsburgh Post-Gazette,‎ 27 février 2003
  8. (en) Randall Herbert Balmer, Encyclopedia of Evangelicalism, Westminster John Knox Press,‎ 2002, 654 p. (ISBN 9780664224097, lire en ligne), p. 485
  9. (en) Lynne Heffley, « Mr. Rogers Marks 30 Years in His TV 'Neighborhood' », Los Angeles Times,‎ 17 février 1998
  10. (en) « Asteroid is named after Mister Rogers », Associated Press,‎ 3 mai 2003
  11. (en) Anya Sostek, « Mr. Rogers takes rightful place at riverside tribute », Pittsburgh Post-Gazette,‎ 6 novembre 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :