Fred Hirsch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hirsch.

Fred Hirsch (1931 à Vienne en Autriche – janvier 1978) est un économiste autrichien connu pour sa critique sociale de la croissance.

Présentation[modifier | modifier le code]

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1952, Fred Hirsch est diplômé de la London School of Economics. Après avoir travaillé pour le Fonds monétaire international et comme journaliste économique pour la rédaction londonienne de The Economist.

En 1975, il devient professeur d’économie internationale à l’université de Warwick en Angleterre. Il meurt à 46 ans, en janvier 1978, des suites d'une longue maladie.

Travaux[modifier | modifier le code]

Post-keynésien, ses recherches ont surtout porté sur l'inflation. Il est l’auteur de plusieurs articles scientifiques et d'ouvrages sur les questions monétaires internationales (Alternatives to Monetary Disorder, 1977) et sur l’inflation (The Political Economy of Inflation, 1978). Toutefois, sa renommée tient surtout à la publication de The Social Limits to Growth, paru en 1976. Sa principale thèse est que la croissance matérielle ne peut plus apporter ce qui a longtemps été sa promesse : une classe moyenne à portée de tous. Sa mort précoce ne lui permettra pas de développer davantage cette thèse

Publications[modifier | modifier le code]

  • The Social Limits to Growth, 1976
  • Alternatives to Monetary Disorder, 1977
  • Alternatives to Monetary, 1978
  • The Political Economy of Inflation, 1978

Critique sociale de la croissance[modifier | modifier le code]

Selon Hirsch, au-delà d'un certain seuil de richesse matérielle, la consommation revêt un caractère toujours plus social par lequel la satisfaction que l'on tire d'un bien ou d'un service dépend étroitement de la consommation que les autres individus font de ces mêmes biens ou services. Les individus doivent composer avec la rareté de certains biens et services (rareté physique ou sociale) et se trouvent confrontés à des phénomènes de congestion et de pénurie sociale qui dégradent la satisfaction tirée des fruits de la croissance. En l'absence d'une régulation politique, ces phénomènes de congestion et de pénurie sociale entraînent une lutte entre individus pour l'acquisition de ce que Hirsch nomme les biens positionnels. Une lutte coûteuse à l'origine d'un réel gaspillage social.

Dès lors, l'impact de la croissance économique sur le bien-être de la société change. Jeu à somme positive dans le secteur matériel, elle devient un jeu à somme nul lorsqu'elle se déplace vers le secteur positionnel. En effet, les places qu'un individu gagne sont nécessairement perdues par d'autres et le bien-être global reste inchangé. Pire, la croissance peut même devenir un jeu à somme négative car, en luttant pour préserver leur position ou gagner des places, les individus et la société dans son ensemble gaspillent de l'énergie, du temps et des ressources pour un résultat nul.

Hirsch illustre ce phénomène en prenant l'image d'une salle de concert. Dans une salle de concert, ceux qui, compte tenu de leur petite taille (relative), peinent à voir la scène, auront tendance à se mettre sur la pointe des pieds. Ce faisant, il masqueront la vue des personnes situées derrière eux, qui se mettront à leur tour sur la pointe des pieds. Finalement, toute la salle se hisse sur la pointe des pieds et s'épuise sans que personne n'obtienne une meilleure vue qu'au départ.