Fray Bentos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fray Bentos
Fray Bentos
Fray Bentos
Administration
Pays Drapeau de l'Uruguay Uruguay
Département Flag of Rio Negro Department.png Río Negro
Maire
Mandat
Omar Lafluf Hebeich
2010-
Code postal 65000
Indicatif téléphonique 056
Démographie
Gentilé Fraybentino/a
Population 24 122 hab. (2004)
Géographie
Coordonnées 33° 07′ 29″ S 58° 18′ 01″ O / -33.1247, -58.300333° 07′ 29″ Sud 58° 18′ 01″ Ouest / -33.1247, -58.3003  
Altitude 15 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Uruguay (administrative)

Voir la carte administrative d'Uruguay
City locator 14.svg
Fray Bentos

Géolocalisation sur la carte : Uruguay (relief)

Voir la carte topographique d'Uruguay
City locator 14.svg
Fray Bentos

Fray Bentos est une ville portuaire d'Uruguay et la capitale du département de Río Negro. Sa population s'élevait à 24 122 habitants en 2004.

Géographie[modifier | modifier le code]

Fray Bentos se situe sur la rive gauche ou orientale du Río Uruguay, qui sépare l'Uruguay de l'Argentine. Le fleuve, qui est large de quelque 1 400 m est franchi par un pont international, à 5 km à l'est de la ville. Le point de confluence du Río Negro, principal cours d'eau du pays, et du Río Uruguay se trouve à environ 35 km en aval de la ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville de Fray Bentos a été fondé en 1853 et fut construite pour pouvoir accueillir les navires de fort tonnages, ce que ne pouvait pas faire le port de la ville de Gualeguaychú. Elle a été officiellement fondée le 16 avril 1859 sous le nom de villa Independencia par les autorités uruguayennes.

On peut aussi que le nom Fray Bentos doit venir du groupe de religieux (frère se traduit alors par fray) envoyé par le gouvernement argentin en 1620 pour instruire les indigènes.

Population[modifier | modifier le code]

Année Population
1963 17 136
1975 19 407
1985 19 862
1996 21 959
2004 23 122

Référence[1],[2]:

Économie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Économie de l'Uruguay.

L'économie de Fray Bentos reposait traditionnellement sur la production de viande jusqu'à la fermeture de l'usine de conditionnement la plus importante de la région en 1975.

La ville possède un port en eaux profondes pour les navires de forts tonnage que le pays partage avec l'Argentine.

L'usine de pâte à papier[modifier | modifier le code]

« Non aux papeteries ! » disent les habitants de la ville argentine de Gualeguaychú.
Article détaillé : Guerre du papier.

A 3 km à l'est de la ville, le groupe industriel finlandais UPM (originellement Botnia)[3] exploite une importante usine de cellulose. Annoncé en 2005, le projet s'est d'abord heurté à l'hostilité de l'Argentine, qui craignait la pollution du fleuve, et le 30 avril 2005, quelque 40 000 Argentins bloquèrent le pont international. Le 20 décembre 2005, une étude de la Banque mondiale conclut que l'usine n'aurait aucun impact négatif sur l'environnement et le tourisme. Malgré une crise diplomatique, en mars 2006, entre les deux pays, l'usine est finalement entrée en service le 13 novembre 2007. Elle consomme annuellement 3,5 millions de m3 de bois d'eucalyptus de la région, dont 70 pour cent fournis par Forestal Oriental, une filiale d'UPM, et le reste par des propriétaires privés. L'usine UPM de Fray Bentos est le plus important investissement privé de l'histoire de l'Uruguay (1,2 milliard de dollars[4]) et produit Mt de pâte à papier par an. Elle procure 3 000 emplois directs dans l'usine et l'exploitation forestière et 5 000 emplois indirects[5].

Après l'élection de José Mujica à la présidence en novembre 2009, les groupes finlandais Stora Enso et chilien Arauco, qui ont annoncé la création d'un consortium dénommé Montes del Plata pour s'installer en Uruguay, ont abandonné leur projet d'installer leur usine à Fray Bentos, celle-ci devant trouver un autre lieu[6]. Début février 2010, Montes del Plata, qui avait racheté les actifs de l'espagnol ENCE, a annoncé le lancement d'une étude de faisabilité pour l'implantation de l'usine de pâte à papier à Punta Pereira[7].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Statistiques Instituto Nacional de Estadística de Uruguay 1963-1996
  2. (es) Recensement 2004 - Département de Río Negro
  3. http://w3.upm-kymmene.com/upm/internet/cms/upmcms.nsf/prv/Botnia%27s_Uruguayan_operations_transferred_to_UPM;_Approximately_EUR_220_million_capital_gain_on_Botnia%27s_Finnish_operations?OpenDocument
  4. Page de la Banque mondiale sur le projet
  5. Site de l'entreprise [1] consulté le 31 juillet 2009
  6. Stora Enso se reunió con Mujica, La República, 16 décembre 2009
  7. http://www.storaenso.com/media-centre/press-releases/2010/02/Pages/stora-ensos-and-araucos-jointventure.aspx

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :