Franz Xaver Wernz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Franz Xaver Wernz, né le 4 décembre 1842 à Rottweil (Wurtemberg (Allemagne) et décédé le 19 août 1914 à Rome, était un jésuite allemand, juriste et canoniste de grand renom et recteur de l’université grégorienne. En 1906 il est élu 25e supérieur général de la Compagnie de Jésus. Il le fut jusqu’à sa mort en 1914.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rome : façade de l'Université grégorienne

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Aîné de huit enfants dans une famille de commerçants il fait des études de commerce, mais à 14 ans il a déjà décidé d’entrer dans la Compagnie de Jésus. Cela l’oblige à étudier grec et latin avant d’entrer au noviciat. Arrivé le 27 septembre il est admis comme novice le 5 décembre 1857[1], à Gorheim, près de Sigmaringen. Deux ans plus tard il prononce ses vœux religieux (1859).

Il complète le cycle d’études jésuites par la théologie et est ordonné prêtre à Andernach le 28 mai 1871. Les lois anti-religieuses du Kulturkampf de Bismarck le contraignent à quitter l'Allemagne en 1872. Wernz enseigne d’abord les lettres au Collège Stella Matutina de Feldkirch (Vorarlberg), en Autriche et fait ensuite son Troisième An à Exaten (Pays-Bas). (1872-1873).

Les jeunes étudiants jésuites allemands le rejoignant en exil en Angleterre (Ditton Hall), en 1875, il est chargé de leur enseigner le droit canon après s’y être formé pendant deux ans sous la direction de Theodor Granderath.

Appelé à Rome[modifier | modifier le code]

En 1882 Wernz est appelé à Rome pour enseigner le droit canon à l’université grégorienne. Il vivra à Rome jusqu’à sa mort. Parallèlement à l’enseignement il est consulteur et canoniste de plusieurs Congrégations du Saint-Siège. Il écrit abondamment et est l’auteur, en particulier d’un Ius Decretalium, fort apprécié de Pie X, qui est devenu un ouvrage classique de Droit canon. Certains de ses avis sur des questions particulièrement complexes couvrent jusqu’à une centaine de pages! En 1904, à la demande du pape, il met en chantier la rénovation du code de droit canon. Le nouveau code sera promulgué en 1917.

Supérieur général des Jésuites[modifier | modifier le code]

Électeur d’Allemagne et recteur de l’Université grégorienne depuis 1904, Wernz participe à la congrégation générale de septembre 1906 convoquée pour élire un successeur à Luis Martin décédé quelques mois auparavant. Le 8 septembre, au troisième tour de scrutin Franz Xavier Wernz est élu supérieur général de la Compagnie de Jésus.

Immédiatement après l’élection, la congrégation doit faire face à une situation délicate et sans précédent. Le pape lui-même a envoyé deux "postulats" demandant aux membres de la Congrégation générale d’en délibérer en toute liberté. Le premier demande une pleine adhésion de la Compagnie de Jésus à la lettre Gravissime nos de Léon XIII (1892) en ce qui concerne l’organisation des études ecclésiastiques. Le second recommande à la Compagnie son ancienne mission du Japon, et tout particulièrement qu’elle y fonde un institut d’études supérieures. La congrégation passe un décret (décret 6) dans le sens souhaité, et en confie l’exécution à Wernz.

Une troisième demande du pape, concernant le travail des bollandistes (soupçonnés de modernisme) ne fait pas l’objet de décret, la Congrégation se contentant de rappeler les normes de contrôle interne à appliquer avant qu’un jésuite ne soit autorisé à publier un livret[2].

Gouvernement de Wernz[modifier | modifier le code]

Crise moderniste[modifier | modifier le code]

Wernz vit et gouverne en pleine crise moderniste. La répression est dure et sévère.[réf. nécessaire] Il n’aura de cesse d’exprimer sa totale fidélité (et celle de la Compagnie) au pape. Il suit les orientations données par le Saint-Siège et les communique à la Compagnie. Il recommande ‘surveillance, sévérité et précaution’ dans les nominations professorales de jésuites. il n’empêche que le supérieur général reçoit la nouvelle de l’élévation au cardinalat du jésuite français Louis Billot (en 1911) comme une catastrophe pour la Compagnie de Jésus. Billot est en effet, un des anti-modernistes les plus durs. Il avait collaboré de près à la rédaction de l’encyclique Pascendi de 1907.

Wernz prend la défense de l’apostolat social de Gustave Desbuquois et son ‘Action Populaire’ - également accusé de modernisme - devant le cardinal Merry del Val. Il protège les bollandistes de mesures qui seraient prises à leur encontre, en multipliant les censures et contrôles internes, et recommandant une approche critique historique qui ne 'néglige pas la vision spirituelle de l’hagiographie'.

Souvent classé comme « conservateur modéré »[réf. nécessaire] il interdit aux jésuites de collaborer aux revues catholiques intégristes[réf. nécessaire]. Tout cela fait que lui-même, dans cette atmosphère de chasse aux sorcières[réf. nécessaire], n’échappe pas plus que d’autres à l’accusation de « modernisme »[réf. nécessaire]... La violence de la presse intégriste[réf. nécessaire] à son égard est telle que la congrégation générale, rassemblée après sa mort pour lui élire un successeur (1915), jugera bon de passer un décret défendant sa mémoire (décret 18).

Direction de la Compagnie[modifier | modifier le code]

Wernz met en pratique les directives de la Congrégation générale, allant toutes dans le sens d’une grande prudence : sérieux de l’orthodoxie dans l’enseignement, précaution dans les lectures, vision surnaturelle des faits bibliques, méfiance vis-à-vis des ‘nouveautés’ et préférence pour la ‘doctrine sûre’, observance religieuse plus stricte, surtout en ce qui concerne la pauvreté. Wernz agit et gouverne en juriste : « une loi claire n’a pas besoin d’interprétation »[3].

Dans le même esprit du temps, une préoccupation majeure est la discipline religieuse et la régularité de vie, même si les temps sont difficiles : les jésuites sont exilés de France, d’Allemagne, du Portugal, et en situation difficile en Italie. Par ailleurs pour renforcer l’unité de la Compagnie il crée les Acta Romana une revue qui communique aux provinces et communautés les decisions prises à Rome.

Le nombre de jésuites continue à augmenter durant ces premières années du XXe siècle. Le développement est plus marqué en Amérique du Nord où quatre nouvelles provinces jésuites sont créées: Canada, Californie, Nouvelle-Orléans et Mexique. En réponse au décret de la Congrégation Générale il ouvre l’université Sophia de Tokyo. Toute la Compagnie est invitée à participer à ce projet.

Autres initiatives[modifier | modifier le code]

Il encourage les congrégations mariales et les études historiques sur la Compagnie (l’œuvre des MHSI commencée par son prédécesseur).

Le 7 mai 1909 Pie X fonde l’institut biblique de Rome et le confie à la Compagnie : une autre réponse au défi du modernisme, cette fois dans le domaine de la recherche en sciences bibliques. Wernz réagit avec promptitude et nomme directeur un bibliste jésuite allemand, Léopold Fonck, connu pour son opposition au dominicain Marie-Joseph Lagrange.

Le centenaire de la restauration de la compagnie (en 1914) est l’occasion de plusieurs lettres circulaires où il invite à la rénovation spirituelle intérieure, à l’action de grâce et à une fidélité profonde au pape dans l’esprit traditionnel de la Compagnie. Il encourage également à accepter avec foi et fortitude les persécutions. Pas de triomphalisme dans la célébration du centenaire, qui d’ailleurs tourne court car interrompue par l’ouverture des hostilités de la Première Guerre mondiale.

Décès[modifier | modifier le code]

Quelques semaines plus tard, le 19 août 1914, Wernz meurt à Rome. Les derniers mois de sa vie sont marqués d’une amertume grandissante, due à ce qu’il perçoit comme une perte de confiance de la part du pape. Son ‘ni modernisme, ni intégrisme’ ne plaisait pas aux conseillers les plus proches de Pie X.

Le pape Pie X décède le lendemain, 20 août.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Martina: Article Francisco Xavier Wernz, in Diccionario histórico della Compañía de Jesús, (vol.II, col. p. 1682-1687), Roma, 2001.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ayant, en cette date, 15 ans accomplis...
  2. La demande du pape visait presque certainement le livre du bollandiste Hippolyte Delehaye, Légendes hagiographiques, qui mettait en doute la véracité de nombreuses vie de saints
  3. Certaines de ses paroles prononcées en janvier 1913, lors d’une réunion de jésuites à Rome, sont restées célèbres : « Pour progresser trois choses sont nécessaires : d’abord ‘exécution’, ensuite ‘exécution’ et enfin ‘exécution’.

Lien externe[modifier | modifier le code]