Franz Xaver Süßmayr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Franz Xaver Süßmayr, né en 1766 à Schwanenstadt et mort le 17 septembre 1803 à Vienne, est un chef d'orchestre et compositeur autrichien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après de premières études musicales à Kremsmünster, il est l'élève de Salieri à Vienne en 1787, puis l'assistant de Mozart en 1791 [1]. On sait avec assez de certitude qu'il termina la dernière œuvre de Mozart, le Requiem, à la demande de Constance Mozart du fait que Franz Xaver Süßmayr savait imiter l'écriture (le tracé) de son maître et vraisemblablement pour payer les lourdes dettes du couple (dont l'enterrement). L'étendue du travail de Süßmayr sur le Requiem est inconnue, puisque l'état d'avancement dans lequel il trouva la partition nous l'est aussi. Il se fait connaître à Vienne et à Prague comme compositeur de nombreux opéras et est nommé en 1794 chef de l'orchestre du Théâtre national de Vienne. Il a aussi composé de la musique instrumentale et de la musique sacrée[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Opéras[modifier | modifier le code]

  • Die Liebe für den König (1785),
  • Moses (1792),
  • Il turco in Italia (1794),
  • Der Spiegel von Arkadien (1794),
  • Idris und Zenide (1795)
  • Die edle Rache (1795)
  • Die Freiwilligen (1796)
  • Der Wildfang (1797)
  • Der Markscreyer (1799)
  • Soliman der Zweite (1799)
  • Gülnare oder Die persiche Sklavin (1800)
  • Phasma oder Die Ercheinung im Tempel der Verschwiegenheit (1801)
  • Das Hausgesinde (1802)

Autres[modifier | modifier le code]

  • 2 messes
  • 2 requiems
  • 7 offertoires
  • 1 gradual
  • Psaumes
  • 1 magnificat
  • Hymnes
  • Ave Maria (1792).
  • Concerto pour clarinette, écrit en fait pour le cor de basset et probablement destiné à être joué par Anton Stadler.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Honegger 1970, p. 1083 op. cit.

Lien externe[modifier | modifier le code]