Franz Joseph Gall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gall.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec France Gall.
Franz Joseph Gall
Planche d'un traité de phrénologie (1837) présentant Gall et la localisation de l'« amativité » sur son crâne.

Franz Joseph Gall (, Tiefenbronn - , Montrouge) est un médecin allemand, considéré comme le père fondateur de la phrénologie, qui visait à déceler les facultés et les penchants des hommes par la palpation des reliefs du crâne.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'abord tenté par la prêtrise, Gall choisit finalement d'étudier la médecine et débute sa formation à l'Université de Strasbourg. En 1781, il poursuit ses études à l'université de Vienne, en Autriche où il devient l'élève de Van Swieten. Nommé professeur, il concentre ses études sur le cerveau et plus particulièrement les relations entre la matière grise et la matière blanche qui composent le cerveau.

Neuroanatomiste brillant, il inventera une méthode de dissection du cerveau qui force l'admiration d'un autre médecin et biologiste célèbre de l'époque, Pierre Flourens, pourtant grand rival des thèses de Gall. En effet, contre l'église catholique romaine qui condamne l'idée que l'esprit humain puisse avoir un ancrage matériel[réf. nécessaire] et contre nombre de scientifique de son époque non convaincus par ces spéculations[réf. nécessaire], Gall développe une théorie localisationiste selon laquelle les facultés mentales sont liées spécifiquement à certaines partie du cerveau. Cette ambition de vouloir lier l'anatomie à la fonction au sein du cerveau en font donc un précurseur des neurosciences cognitives mais c'est en tant que père d'une science nouvelle que son nom restera célèbre.

En effet, vers 1800, Gall conclut à partir de diverses observations que la morphologie du crâne refléterait certains traits de caractère. Il est ainsi frappé par le fait que ses meilleurs étudiants ont les yeux particulièrement protubérants. Gall en conclut que les déformations à la surface du crâne sont dues à la pression des organes du cerveau liés à telle ou telle faculté mentale. Ceux chez qui ces organes sont très développés présenteront donc une bosse à la surface du crâne en regard de cette région du cerveau. Ce lien direct qu'il y aurait entre facultés mentales, anatomie cérébrale et morphologie du crâne pose les fondements d'une discipline qu'il baptisa « crânioscopie » et que l'un de ses disciples, Johann Caspar Spurzheim rebaptisa « phrénologie » en 1810.

Crâne humain annoté par le pasteur Oberlin selon le système de Gall

Rapidement, Gall en vint à généraliser cette idée au point de déterminer une trentaine d'organes de ce type : organe de l'amour physique, de l'amitié, de l'esprit métaphysique, etc. Cette théorie s'est révélée erronée, mais elle fut l'une des premières à attribuer une localisation aux différentes fonctions du cerveau. Indépendamment de la question d'une justesse de la phrénologie, l'idée d'un localisationnisme cérébral restera controversée pendant quelques années, certains chercheurs partisans du « holisme cérébral », se refusaient à admettre que le cerveau puisse être séparé en unités fonctionnant séparément les unes des autres.

Contraint de quitter l'Autriche de François II, Gall s'exile en France où ses idées révolutionnaires semblent mieux s'accorder avec le souffle politique de l'époque. Néanmoins, l'Académie des sciences condamne ses travaux pour leur manque de scientificité, ce qui n'empêche pas Gall de connaître une certaine renommée dans les milieux intellectuels parisiens. Mais c'est en Angleterre et surtout aux États-Unis que ses thèses trouveront le meilleur écho, en particulier grâce à la publicité qu'en fait Johann-Caspar Spurzheim, un assistant de longue date de Gall, mais aussi parce que ces théories y servent à justifier l'infériorité naturelle des peuples colonisés.

Le Musée de l'Homme à Paris conserve encore dans ses réserves des crânes témoignant de l'engouement du XIXe siècle pour la phrénologie où des étiquettes désignent des aires cérébrales sous les termes de « Besoin inné d'être bon », « Charitable et miséricordieux », « Perception des lois de l'Harmonie », « Amour du lucre » ou encore « Besoin d'Admiration ou tendance à la Foi ». Les recherches phrénologiques de Gall ouvriront malgré tout la voie aux travaux portant sur les liens entre les aires du cerveau et les facultés mentales, en particulier à Paul Broca qui déterminera la localisation cérébrale du langage articulé.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (18e division)[1].

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • Sur les fonctions du cerveau et sur celles de chacun de ses parties..., A. Boucher (Paris), 1822-1825 et J.-B. Baillière (Paris), 1825: tome premier disponible sur Gallica.
  • Précis du système phrénologique, [traduit de l'anglais par le Docteur Valentin], Garnier, Paris, 1838, Texte intégral.

En collaboration avec Johann Gaspar Spurzheim :

  • Recherches sur le système nerveux en général, et sur celui du cerveau en particulier; mémoire présenté à l'Institut de France, le 14 mars 1808, suivi d'observations sur le rapport qui en a été fait à cette compagnie par ses commissaires, F. Schoelle et H. Nicolle, Paris, 1809.
  • Anatomie et Physiologie du Système nerveux en général et du cerveau en particulier avec des observations sur la possibilité de reconnaître plusieurs dispositions intellectuelles et morales de l'homme et des animaux par la configuration de leur têtes, Schoell, Paris, 1810. (Texte intégral.)
  • Des dispositions innées de l'âme et de l'esprit, du matérialisme, du fatalisme et de la liberté morale, avec des réflexions sur l'éducation et sur la législation criminelle, Schoell, Paris, 1811.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jules Moiroux, Le Cimetière du Père Lachaise,‎ 1909 (lire en ligne), p. 166

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Létang: Gall et son oeuvre, A. Maloine (Paris), 1906, 1 vol. ([II]-123 p.), in-8, disponible sur Gallica.
  • (da) W. A. Obdrup, Dr. Galls lære om hjernens forretninger og hjerneskallen ... uddraget af de nyeste i denne anledning udkomne skrifter, Soldin, Copenhague, 1805, 83 p.
  • (de) Brigitte et Helmut Heintel, Franz Joseph Gall Bibliographie, Offizin Chr. Scheufele, Stuttgart, 1985, 41 p.
  • (de) Sigrid Oehler-Klein, Die Schädellehre Franz Joseph Galls in Literatur und Kritik des 19. Jahrhunderts : zur Rezeptionsgeschichte einer medizinisch-biologisch begründeten Theorie der Physiognomik und Psychologie, G. Fischer, Stuttgart, 1990, 442 p. (ISBN 3437113348)
  • (de) Peter-Christian Wegner, Franz Joseph Gall, 1758-1828 : Studien zu Leben, Werk und Wirkung, Georg Olms Verlag, Hildesheim ; New York, 1991, 201 p. (ISBN 3487093820)
  • (en) Erwin Heinz Ackerknecht et Henri V. Vallois, Franz Joseph Gall : inventor of phrenology and his collection, Univ. of Wisconsin Medical School, Madison, 1956, 86 p.
  • (en) Karl August Blöde, Dr. F.J. Gall's system of the functions of the brain, Routledge/Thoemmes Press, Londres, 2000 (ISBN 0415228395)
  • (fr) Nicolas Philibert Adelon, Analyse d'un cours du Docteur Gall, ou physiologie et anatomie du cerveau d'après son système, Giguet et Michaud, Paris, 1808, 254 p.
  • (fr) Besnard, François Guillaume, Doctrine de M. Gall, son orthodoxie philosophique, son application au christianisme. Paris, Firmin-Didot, 1830 Texte en ligne sur Scientifica
  • (fr) Charles Blondel, La psycho-physiologie de Gall : ses idées directrices, F. Alcan, Paris, 1913, 165 p. (d’après une thèse soutenue à l’Université de Paris)
  • (fr) M. A. Jullien, Exposé de la marche suivie par M. le Dr Gall, dans ses recherches sur la physiologie du cerveau, Xhrouet, Paris, 1808
  • (fr) Georges Lanteri-Laura, Histoire de la phrénologie : l'homme et son cerveau selon F. J. Gall, Presses Universitaires de France, Paris, 1970, 262 p.
  • (fr) Louis-François Lélut, Rejet de l'organologie phrénologique de Gall, et de ses successeurs, Fortin, Masson, Paris, 1843, 377 p. texte en ligne sur Scientifica
  • (fr) Jacques Baptiste Nacquart, Traité sur la nouvelle physiologie du cerveau, ou, Exposition de la doctrine de Gall sur la structure et les fonctions de cet organe : ouvrage accompagné de beaucoup de notes sur différens points de cette doctrine, et orné de planches, Léopold Collin, Paris, 1808, 452 p.
  • (fr) Charles France Dominique de Villers, Lettre de Charles Villers à Georges Cuvier, de l'Institut national de France, sur une nouvelle théorie du cerveau, par le docteur Gall : ce viscère étant considéré comme l'organe immédiat des facultés morales, Collignon, Metz, 1802, 82 p.
  • (fr) Victor Frédéric Alexandre Ysabeau, Lavater et Gall : Physiognomonie et phrénologie rendues intelligibles pour tout le monde; exposé du sens moral, des traits de la physionomie humaine et de la signification des protubérances de la surface du crâne relativement aux facultés et aux qualités de l'homme (nouvelle édition accompagnée de 150 figures dans le texte), Garnier frères, Paris, 1909?, 282 p.
  • (fr) Paul Nyssens, Introduction à l'étude de la phrénologie et de la physiognomie basée sur la phrénologie suivi de méditation sur la tombe de Gall .2° édition. Éditions Nyssens, Bruxelles, 1937. 108pp

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :