Franz Boas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boas.

Franz Boas

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Franz Boas aux environs de 1915

Naissance 9 juillet 1858
Minden (Royaume de Prusse)
Décès 21 décembre 1942
New York (États-Unis)
Nationalité Américain
Champs Anthropologie
Diplôme Doctorat de physique, Université de Kiel (1881)
Renommé pour « père fondateur de l'anthropologie américaine »

Signature

Signature de Franz Boas

Franz Boas, né le 9 juillet 1858 à Minden[1] en Westphalie dans le Royaume de Prusse et mort le 21 décembre 1942[2] à New York, est un anthropologue américain d'origine allemande, souvent désigné comme le « père fondateur de l'anthropologie américaine » et de la méthode intensive de terrain. Il est la première grande figure de l'anthropologie à rejeter l'évolutionnisme. Souvent considéré comme l'un des principaux représentants de l'école américaine du diffusionnisme car il a été l'élève de Friedrich Ratzel qui en est le « fondateur », il prendra rapidement ses distances avec ce mouvement pour développer une pensée personnelle novatrice à l'origine de l'ensemble de l'anthropologie culturelle américaine. À l'origine de cette rupture, son introduction des concepts de relativisme culturel et de particularisme historique en anthropologie. Il fut à l'origine de toute une génération d'anthropologues américains dont Alfred Louis Kroeber, Robert Harry Lowie, Edward Sapir, Ralph Linton, Margaret Mead et Ruth Benedict.

Biographie[modifier | modifier le code]

Boas est né à Minden (Westphalie) en 1858 dans une famille juive ashkénaze. Il est tout d'abord formé aux mathématiques et à la physique dans plusieurs universités allemandes : Heidelberg, Bonn et Kiel. En 1881, il obtient dans cette dernière un doctorat en présentant une thèse sur les variations de la couleur de l'eau de mer.

Il s'oriente alors vers la géographie et part en 1883 en Terre de Baffin. Il y débute une étude sur l'influence de l'environnement sur le mode de vie des Eskimos. Cette expérience va s'avérer cruciale pour Boas. En vivant parmi eux, il acquiert la certitude que l'histoire d'un peuple a un impact bien plus grand sur ses caractéristiques sociales et culturelles que son milieu naturel. Cette expérience va aussi faire naître chez Boas l'intérêt pour ces peuples que l'on qualifie encore à l'époque de primitif, pour leur singularité culturelle qu'il s'agit de sauvegarder. Encore très proche de la géographie, Boas se fait anthropologue.

Travaux[modifier | modifier le code]

En 1921, il effectua des travaux relatifs aux conséquences des migrations. Ceux-ci consistaient à comparer les premières et secondes générations de migrants aux populations d'origine restées sédentaires. L'objet principal de ses études était de mesurer l'impact du nouvel environnement sur les migrants.

Franz Boas est avant tout un infatigable enquêteur des cultures amérindienne et eskimo : sa théorie est que les anthropologues devraient partir d'observations concrètes afin d'en arriver à des théories générales. Selon lui, chaque culture est le produit d'une histoire contingente : il n'y a pas de lois du développement, seulement des processus singuliers. Franz Boas est le père du relativisme. Il dissocie l'étude des races de celle des cultures. Contre l'évolutionnisme, il affirme qu'aucune culture n'est plus développée qu'une autre. Il traîte chaque culture comme une synthèse originale, dotée d'un « style », qui s'exprime à travers la langue, les croyances, les coutumes, l'art, et constitue un tout. Le monde est divisé en « aires culturelles ». (La culture : de l'universel au particulier, coordonné par Nicolas Journet, Éditions Sciences Humaines, 2002)

Expédition de Baffin (1883-1884)[modifier | modifier le code]

Le but de cette expédition était géographique : collecte d'information sur les zones de chasses, les migrations, les routes de commerces, la cartographie, la météo, etc.

Durant ce voyage il vécut avec des Inuits. Il apprit leur langue, leurs mythes, leur mode de vie et leurs coutumes.

De retour à Berlin, il se rendit compte qu'il n'était pas possible d'expliquer les migrations des Esquimaux uniquement comme étant le résultat d'une adaptation aux modifications de l'environnement, mais qu'il était nécessaire, pour comprendre leur rapport à l'espace, d'étudier également leur histoire et leur culture.

C'est cette expérience qui l'amena à une conversion de la géographie humaine, vers l'ethnographie et l'histoire.

Quand il publie ses travaux (The Central Eskimo) sur le sujet, il ne reste presque plus rien du déterminisme géographique des débuts.

Son concept de culture[modifier | modifier le code]

Pour Franz Boas, la culture est un ensemble de croyances, de coutumes et d'institutions sociales qui caractérisent et individualisent les différentes sociétés. Il est héritier du concept allemand de « Kultur » (civilisation en français), auquel il donne la signification de « totalité spirituelle intégrée. » L'anthropologie américaine a hérité de ce concept.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Boas a milité pour l'idéologie communiste jusqu'à sa mort (envoyant chaque année une carte à Staline pour son anniversaire)[3].

Postérité[modifier | modifier le code]

Fondateur des enquêtes de sociologie empiriques, en particulier sur les populations migrantes et déracinées dont il observe et conforte l'acculturation, Franz Boas est le véritable inspirateur de l'école de Chicago. Ses positions théoriques qui résultent d'une naturalisation du domaine humain, ainsi que d'une décontextualisation aussi bien ethnique, que géographique et historique des traditions culturelles, rencontrèrent l'opposition critique de Margaret Mead, puis de Claude Lévi-Strauss.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications de Franz Boas[modifier | modifier le code]

Malgré sa place centrale dans la constitution de l'anthropologie moderne, l'œuvre de Franz Boas n'a quasiment pas été traduite en français. En voici les titres d'ouvrages et d'articles les plus importants :

  • "The Central Eskimo", Sixth Annual Report of the Bureau of American Ethnology 1884-1885, Washington, Smithsonian Institution, 1888, p. 399-669.
  • Indian Myths and Legends from the North Pacific Coast of America (1895)
  • The Limitations of the Comparative Method in Anthropology, Science 4 (1896)
  • The Social Organization and the Secret Societies of the Kwakiutl Indians, Report of the US National Museum for 1895, Washington, (1897)
  • The Mind of Primitive Man (1911)
  • Handbook of American Indian Languages (1911), Washington, Smithsonian Institution, Bureau of American Ethnology
  • Anthropology and Modern Life (1932)
  • Primitive Art (1927), traduction française par Marie Mauzé : L'Art Primitif, Adam Biro, Broché, 2003
  • Race, Language and Culture (1940), New York, Maxmillan.
  • Race and Democratic Society (1945), New York, J. J. Austin.
  • Kwakiutl Ethnography (1966), The University of Chicago Press.

Études sur Franz Boas[modifier | modifier le code]

  • (en) Walter Rochs Goldschmidt (dir.), The anthropology of Franz Boas: essays on the centennial of his birth, American Anthropological Association, Menasha, Wis. 1959, 165 p.
  • (en) George W. Stocking, Jr (dir.), A Franz Boas reader: the shaping of American anthropology, 1883-1911, University of Chicago Press, Chicago, 1974, 354 p. (ISBN 0-226-06243-0).
  • (fr) Pierre Bonte et Michel Izard (dir.), « Franz Boas », in Dictionnaire de l'ethnologie et de l'anthropologie, PUF, Paris, 2008 (1re éd. 1991), p. 116-118 (ISBN 978-2-13-055999-3).
  • (fr) Sandrine Teixido, « Franz Boas (1858-1942). Le père de l'anthropologie culturelle », Sciences Humaines, no 138, mai 2003, p. 44-46.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (de) www.franz-boas.com - informations sur la commémoration du 150e anniversaire de Boas dans sa ville natale, Minden.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Informations sur la commémoration du 150e anniversaire de Boas dans sa ville natale [www.franz-boas.com]
  2. Norman F. Boas, 2004, Franz Boas, p. 291 (photo of the graveyard marker of Franz and Marie Boas, Dale Cemetery, Ossining, N.Y.)
  3. « Franz Boas as Citizen-Scientist: Gramscian-Marxist Influence on American Anthropology », Gary Bullert, The journal of Social, Political and Economic Studies, 2009.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :