František Tomášek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
František Tomášek
Biographie
Naissance 30 juin 1899
à Studénka
Ordination sacerdotale 5 juillet 1922 par
Mgr Antonín Stojan
Décès 4 août 1992
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
24 mai 1976 in pectore
27 juin 1977 par le pape Paul VI
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de Ss. Vitale, Valeria, Gervasio e Protasio
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 13 octobre 1949 par
Mgr Joseph Matocha
Fonctions épiscopales Évêque auxiliaire d'Olomouc
Administrateur apostolique puis archevêque de Prague

Ornements extérieurs Cardinaux.svg
COA cardinal CZ Tomasek Frantisek.png
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

František Tomášek, né le 30 juin 1899 à Studénka dans la région de Moravie-Silésie et mort à Prague le 4 août 1992, est un cardinal tchèque, à la tête du diocèse de Prague de 1965 à 1992.

Biographie[modifier | modifier le code]

Prêtre[modifier | modifier le code]

František Tomášek est ordonné prêtre le 5 juillet 1922 pour le diocèse d'Olomouc.

Évêque[modifier | modifier le code]

Nommé évêque auxiliaire d'Olomouc le 12 octobre 1949, avec le titre d'évêque in partibus de Butus, il est consacré secrètement dès le lendemain 13 octobre.

Il est interné par les communistes dans le camp de Želiv du 23 juillet 1951 au 28 mai 1954.

Il prend part au concile Vatican II de 1962 à 1965.

Le 18 février 1965, il est nommé administrateur apostolique de Prague. Il n'en portera le titre d'archevêque qu'à partir du 30 décembre 1977.

Il se retire de cette charge à 91 ans, le 27 mars 1991.

Cardinal[modifier | modifier le code]

Le pape pape Paul VI le crée cardinal in pectore, c'est-à-dire sans que sa nomination ne soit dévoilée, lors du consistoire du 24 mai 1976. Sa nomination sera rendue publique lors du consistoire suivant, le 27 juin 1977. Il reçoit alors le titre de cardinal-prêtre de Ss. Vitale, Valeria, Gervasio e Protasio. Il participe aux deux conclaves de 1978 pour l'élection des papes Jean-Paul Ier et Jean-Paul II. Au cours des années 80, il rencontre plusieurs fois Jean-Paul II qui contribue à le mobiliser pour la défense de la liberté religieuse, ce qui provoque des réactions hostiles du gouvernement tchécoslovaque.

En novembre 1989, quand les mouvements anticommunistes prennent de l'ampleur, il soutient les manifestations des étudiants lors de la révolution de Velours.

Articles connexes[modifier | modifier le code]