Frans van der Hoff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Frans van der Hoff ou Francisco Vanderhoff Boersma comme il est appelé en Amérique latine, né en 1939, est un missionnaire néerlandais qui, en collaboration avec Nico Roozen et l'agence œcuménique de développement Solidaridad, a lancé en 1988 Max Havelaar, le premier label du commerce équitable. Les liens entre Frans van der Hoff et les producteurs de café mexicains défavorisés ont été essentiels pour sécuriser l'approvisionnement et assurer le succès de la première certification du Commerce Équitable.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frans van der Hoff est né en 1939 dans une famille agricole du sud des Pays-Bas. Il est devenu politiquement actif au cours de ses études à l'Université Radboud de Nimègue au sein des mouvements étudiants. Plus tard, il obtient un doctorat en économie politique et un autre en théologie durant ses études en Allemagne. En 1970, van der Hoff s'installe à Santiago du Chili pour travailler dans les barrios comme prêtre-ouvrier. Lors du coup d'État de 1973, van der Hoff part au Mexique afin de poursuivre son travail dans les bidonvilles de Mexico. Sept ans plus tard, il s'installe à Oaxaca dans le sud du Mexique. En tant que prêtre-ouvrier, il intègre les communautés locales et se rend compte de la misère et des difficultés économiques des producteurs de café. En 1981, il participe au lancement de UCIRI (Union de Comunidades Indigenas de la région del Istmo), une coopérative de producteurs de café créée afin de contourner les commerçants locaux (appelés "coyotes") et mettre leurs ressources en commun.

En 1985, van der Hoff rencontre Nico Roozen à la gare d'Utrecht grâce à un ami commun. Roozen, qui était alors responsable du développement à l'agence de développement œcuménique Solidaridad, s'intéresse au travail de van der Hoff[1]. Le 15 novembre 1988, ils lancent conjointement le premier logo du commerce équitable, Max Havelaar. L'initiative offre aux producteurs de café défavorisés un juste prix, supérieur au prix du marché, pour un fonctionnement conforme à différentes normes sociales et environnementales.

Le café, provenant de l'UCIRI coopérative, a été importé par la société néerlandaise Van Weely, torréfié par Neuteboom puis vendu directement aux magasins du monde et détaillants à travers les Pays-Bas. L'initiative a été un succès et a été reproduite dans plusieurs autres marchés. En 2006, les ventes certifiées commerce équitable s'élèvent à environ 1,6 milliard d'euros dans le monde entier[2] et plus de 569 organisations de producteurs, représentant environ plus de 1,5 million de producteurs, dans 58 pays en développement. En 2010, il est l'auteur du livre Le manifeste des pauvres.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jan van der Kaaij (2004). Building a sustainable, profitable business: Fair trade coffee. URL accessed on September 24, 2006
  2. Fairtrade Labelling Organizations International (2007). www.fairtrade.net. URL accessed on May 24, 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]