Frank Vandenbroucke (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frank Vandenbroucke.
Frank Vandenbroucke en 2006
Frank Vandenbroucke en 2007

Frank Vandenbroucke, homme politique belge, né à Louvain le 21 octobre 1955, membre du parti socialiste flamand (sp.a). Dans sa jeunesse, il a milité dans les rangs de la Ligue révolutionnaire des travailleurs, la section belge de la Quatrième Internationale trotskyste.

Il siégea pendant la 47e législature de la Chambre des représentants (1988-1991).

En 1994, à la suite de la nomination de Willy Claes au poste de secrétaire général de l'OTAN, il quitte la présidence du SP (où il sera remplacé par Louis Tobback) et devient ministre des Affaires étrangères et vice-Premier ministre.

Il devra démissionner en mars 1995 à la suite de son implication dans l'affaire Agusta, ayant reconnu avoir en 1991 découvert une somme d'argent noir de six millions de francs belges dans les comptes de son parti, dont il était alors président. Cet argent se trouvait sur un compte de la banque suisse CODEP. Il avait alors décidé de brûler les billets. Cependant, aucune preuve ne l'atteste.[réf. nécessaire]

Il sera remplacé par Erik Derycke (SP), jusqu'alors secrétaire d’État au Développement, tandis que le ministre de l'Intérieur Johan Vande Lanotte (SP) devenait vice-Premier ministre.

En 1999, il devient ministre dans le gouvernement Verhofstadt I. Suite aux élections régionales de 2004, il choisit de quitter le gouvernement fédéral pour le Gouvernement flamand dont il est vice-président.

En 2009, il est réélu député flamand, mais non reconduit par son parti comme ministre. En 2010, dernier de liste, il est élu sénateur national avec 177.663 voix de préférence.

Le 23 septembre 2011, il annonce son retrait de la vie politique active.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

  • Conseiller communal de Montaigu-Zichem
  • Membre de la Chambre des représentants (1985-1996) et chef de groupe SP (1995-1996)
  • Président du SP (1989-1994)
  • Vice-Premier ministre en ministre des Affaires étrangères (1994-1995)
  • Ministre des Affaires sociales et des Pensions (gouvernement fédéral de Guy Verhofstadt I) (12 juillet 1999 - 11 juillet 2003)
  • Ministre de l'Emploi et des Pensions (gouvernement fédéral de Guy Verhofstadt II) (12 juillet 2003 - 22 juillet 2004)
  • Ministre de l'Emploi, de l'Enseignement et de la Formation (gouvernement flamand d'Yves Leterme I) (du 22 juillet 2004 au 6 juin 2009)

Il est nommé ministre d'État en 2009.

L'État social actif[modifier | modifier le code]

Suite à sa démission en 1994, Frank Vandenbroucke se rend à l'Université de Cambridge, où il accomplit une thèse auprès de Giddens (auteur de "la 3e voie"). Il en revient avec le concept d'État social actif, dont il fera un nouveau référentiel d'action public. Deux idées soustendent ce référentiel: l'idée de gestion préventive des risques sociaux et le principe de participation citoyenne (les individus ont des droits mais aussi des devoirs). il s'ensuivra la mise en place de politiques d'emploi actives, qui seront individualisées, conditionnalisées et territorialisées.