Francolin du Cameroun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Francolin du Cameroun

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Pternistis camerunensis

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Galliformes
Famille Phasianidae
Genre Pternistis

Nom binominal

Pternistis camerunensis
(Alexander, 1909)

Statut de conservation UICN

( EN )
EN B1ab(i,ii,iii,v); C2a(ii) : En danger

Le Francolin du Cameroun (Pternistis camerunensis) est une espèce d'oiseaux de la famille des Phasianidae.

Distribution[modifier | modifier le code]

Endémique des versants sud et notamment sud-est du mont Cameroun dans l’extrême ouest du Cameroun.

Habitat[modifier | modifier le code]

Ce francolin est confiné aux sous-bois denses de la forêt primaire et secondaire du mont Cameroun entre 850 et 2100 m, semblant éviter les zones ouvertes comme les prairies alpines (Urban et al. 1986).

Mœurs[modifier | modifier le code]

Généralement farouche et fuyant, il garde le couvert du sous-bois dense en se tenant en couples ou en petits groupes, mais il a été observé en train de prendre son bain de poussière à découvert en plein soleil. En cas d’alarme, il préfère s’enfuir à travers le sous-bois mais il a aussi été vu s’envoler dans les arbres après avoir été poursuivi par des chiens (Madge & McGowan 2002).

Alimentation[modifier | modifier le code]

Elle consiste en baies, insectes et graines d’herbes (Urban et al. 1986).

Voix[modifier | modifier le code]

Elle est très peu documentée, ce que l’on en connaît se limite à une note sifflée, aiguë et mélodieuse, répétée trois fois (Madge & McGowan 2002).

Nidification[modifier | modifier le code]

Elle a lieu en saison sèche avec une période de ponte entre octobre et décembre (del Hoyo et al. 1994), mais le nid et les œufs n’ont toujours pas été décrits.

Statut[modifier | modifier le code]

L’espèce est considérée comme « en danger » avec une population estimée entre 1 000 et 2 500 individus sur un territoire de 190 km2. La principale menace vient des feux de brousse allumés intentionnellement par les chasseurs et qui causent des pertes d’œufs et de jeunes. Ces brûlis détruisent aussi directement l’habitat sur le versant sud-est et occasionnent un éclaircissement sur le versant est. Il existe déjà un plan de conservation spécifique au mont Cameroun (Cameroon Biodiversity Conservation Society), et grâce au concours financier d’organisations internationales, le gouvernement camerounais doit prochainement adopter le classement de l’ensemble du mont Cameroun en parc national (Hennache & Ottaviani 2011).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Del Hoyo, J., Elliott, A. & Sargatal, J. (1994). Handbook of the Birds of the World. Vol. 2, Lynx Edicions, Barcelona.
  • Hennache, A. & Ottaviani, M. (2011). Cailles, Perdrix et Francolins de l’Ancien Monde, 400 pages. Editions W.P.A. France, Clères, France.
  • Madge, S. & McGowan, P. J. K. (2002). Pheasants, Partridges & Grouse. Helm, London.
  • Urban, E.K., Fry, C.H. & Keith, S. (1986). The birds of Africa, vol 2. Academic Press, London.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]