Franco Baresi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baresi.
Franco Baresi
Franco Baresi.JPG
Franco Baresi en 2012.
Biographie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italie
Naissance 8 mai 1960 (54 ans)
Lieu Travagliato, Italie
Taille 1,76 m (5 9)
Période pro. 1977-1997
Poste Libéro
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1977-1997 Drapeau : Italie Milan AC 719 (33)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1980-1994 Drapeau : Italie Italie 081 (1)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Franceschino « Franco » Baresi est un ancien footballeur international italien né le 8 mai 1960 à Travagliato. Il évoluait au poste de défenseur central. Son frère Giuseppe est également footballeur professionnel.

Il a effectué toute sa longue carrière au sein du Milan AC, équipe avec laquelle il a remporté les plus grands trophées du football professionnels dont 3 Coupes d'Europe des Clubs champions en 1989, 1990 et 1994 et 6 titres de Champion d'Italie. International italien, il a remporté la Coupe du monde 1982 (sans la jouer) et fut finaliste de celle de 1994. Capitaine en club et en équipe d’Italie (où il était surnommé « Il Capitano »), il fut l'une des grandes légendes du football italien et l'un des joueurs emblématiques des grands succès du Milan AC à la fin des années 1980. Il était aussi un bon tireur de pénalties. Il est toujours considéré par beaucoup comme l'un des meilleurs défenseurs centraux de l'histoire du football italien et même mondial.

Il intègre à la fin de sa carrière sportive le secteur marketing du Milan AC. Il a entre autres entraîné la Primavera pendant deux ans, de 2006 à 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière en club[modifier | modifier le code]

Franco Baresi ne portera que deux maillots au cours de sa carrière : le rouge et noir du Milan et l'azzurro de la Nazionale. À son arrivée au Milan à 14 ans, personne n'avait prévu que ce jeune footballeur, jugé au premier abord trop maigre, trop petit, trop frêle, deviendrait l'un des joueurs les plus adulés de Milan, élégant et sûr de lui sur le terrain, taciturne et sombre en dehors. Un classement, publié par la revue World Soccer en fait le 19e plus grand joueur du XXe siècle. Avec son club, il aura gagné beaucoup, souffert et connu la défaite aussi.

Les débuts[modifier | modifier le code]

C'est en 1974, à l'âge de 14 ans, qu'il arrive au club milanais, ayant été refusé par l'Atalanta puis l'Inter (qui lui a préféré son frère aîné, Giuseppe), considéré comme inadéquat au haut niveau, inadapté physiquement. Il est cependant accepté au Milan donc, lors de son troisième bout d'essai. Le 23 avril 1978, Liedholm, alors entraîneur, décide de le lancer contre le Hellas Verona. Franco Baresi fait des débuts remarqués puisqu'il obtient un 7 de la part de la Gazzetta dello Sport. L'année suivante, lors du championnat 1978-1979, il est installé comme titulaire, à seulement 18 ans, dans un club aussi prestigieux que le Milan et à un poste aussi délicat qu'important, celui de libéro. Liedholm, son mentor, lui enseigne toutes les subtilités de la défense de zone et n'hésite pas à sacrifier un joueur tel que Ramon Turone pour faire entrer son protégé dans l'équipe type.

Les années noires[modifier | modifier le code]

Pour sa première année en tant que titulaire, Baresi remporte le scudetto. Il comble les lacunes physiques qu'on lui reprochait plus jeune par une vision du jeu impeccable, un placement irréprochable et un talent naturel à diriger sa défense. Capable de s'adapter à n'importe quel style de jeu, il devient capitaine à 22 ans. Mais plus qu'un simple joueur de foot, il apparaît pour les supporters du Milan AC comme un bandiera (porte-drapeau, figure emblématique d'un club, en Italie), attaché au club et en partageant ses valeurs. Ainsi, lorsque le Milan est rétrogradé en Serie B en 1980 (affaire Totonero, des paris faussés), puis deux ans plus tard (pour des raisons cette fois-ci sportives), Franco reste fidèle à son poste de Capitano et malgré de nombreuses offres alléchantes de divers clubs, il choisit de rester quand beaucoup d'autres joueurs font leurs valises. Cette fidélité se verra récompensée par de (très) nombreux titres plus tard.

La consécration[modifier | modifier le code]

En 1986, Silvio Berlusconi rachète le Milan AC et investit plus de 100 milliards de lires dans le club, afin que celui-ci retrouve de son lustre d'antan. L'investissement se concrétise par les arrivées d'Arrigo Sacchi, un entraîneur dont le nom sera irrémédiablement attaché au renouveau du club, puis de joueurs comme les néerlandais Ruud Gullit, Marco van Basten et Frank Rijkaard en 1987 et 1988. Rapidement, le Milan AC se hisse dans la hiérarchie du football national remportant un titre de champion d'Italie en 1988, puis au sommet du football européen, en remportant 2 Coupes d'Europe des Clubs champions en 1989 et 1990. Si les succès du club sont dus en grande partie à l'efficacité du trio néerlandais, Franco Baresi reste néanmoins comme l'un des grands piliers de l'équipe, par son rôle de capitaine et son influence sur le jeu défensif. Avec le jeune Paolo Maldini à gauche, Mauro Tassotti à droite, Baresi et Alessandro Costacurta au centre, la défense du Milan AC est considéré comme l'une des meilleures en Europe.

La défaite du Milan AC en quart de finale de la Coupe d'Europe des Clubs Champions contre l'Olympique de Marseille en 1991 marque la fin de la période Arrigo Sacchi remplacé par Fabio Capello. Sous la houlette de ce nouvel entraîneur, le Milan AC renoue avec les titres: championnat d'Italie 1992, 1993, 1994 et 1996 ainsi qu'un nouveau titre en Coupe d'Europe des Clubs Champions en 1994. Sur le terrain, de nombreux joueurs ont quitté le club (Gullit, van Basten, Rijkaard) d'autres sont arrivés (Marcel Desailly, Zvonimir Boban, Dejan Savicevic), seul Franco Baresi (et quelques joueurs comme Maldini ou Tassotti et Alessandro Costacutrta) reste fidèle au poste.

La fin d'une immense carrière[modifier | modifier le code]

Franco Baresi met un terme à sa carrière en 1997 après 20 ans de haut niveau. Le club décide, honneur suprême, que son numéro 6 ne sera plus attribué. Cette marque de reconnaissance est extrêmement rare (Costacurta par exemple n'y aura pas droit). Paolo Maldini endosse le brassard de capitaine et saura se montrer digne de son prédécesseur. Le club milanais organise également un tournoi nommé « 6 Per Sempre » (« 6 pour toujours »), qui donne lieu à des festivités à San Siro, de nombreuses étoiles du football sont conviées. Tout au long de l'année suivante, une grande bannière à son effigie fera des apparitions régulières dans les tribunes.

Carrière en équipe nationale[modifier | modifier le code]

Franco Baresi a disputé 81 rencontres avec la sélection azzurra. Il a remporté la coupe du Monde en 1982, mais sans disputer une seule minute du tournoi. En 86, en désaccord avec le sélectionneur de l'époque Enzo Bearzot, il n'est pas convoqué, ce qui lui permet d'éviter une déroute. Les beaux jours reviennent lorsque Azeglio Vicini devient sélectionneur national. Il fait de Baresi l'un des piliers inamovibles de cette équipe, en tant que libero. Cela lui permet de disputer l'Euro 88 et la Coupe du Monde 90.

Après avoir côtoyé Arrigo Sacchi en club, il le retrouve en équipe d'Italie pour la Coupe du monde de football de 1994, où l'équipe d'Italie se hisse en finale contre le Brésil. Blessé pendant le tournoi, il est absent pendant quatre matchs et revient pour ce match après s'être fait opérer. Il joue un match magnifique, d'une grinta exceptionnelle. La Gazzetta lui attribue un 9. Néanmoins, le succès n'est pas au rendez-vous, Baresi rate le premier penalty lors de la séance des tirs au but, imité plus tard par Daniele Massaro et Roberto Baggio. L'Italie termine deuxième du Mondial 94. Il est actuellement le 8e joueur le plus capé en Italie, et a marqué 1 but (un but sur pénalty le 20 février 1988 lors d'un match amical de préparation à l'Euro 1988 face à l'Union Soviétique)

Palmarès[modifier | modifier le code]

Avec le Milan AC[modifier | modifier le code]

Il ne lui manque qu’une coupe d’Italie, épreuve que le Milan AC, finaliste en 1985 et 1990, n’a pas pu gagner de 1978 à 2002.

Avec l'Italie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :